Une petite histoire - Alors voilà, c'est l'histoire d'un mec qui se demandait qui il était, qui goutait tout ce qu'on lui offrait, drogues, sexes, alcool, amitiés, business malsains, et tous les autres

 

Infos pratiques


tl4
Retour au forum

Ce message est archivé, vous ne pouvez donc pas y répondre

Une petite histoire

Rédigé par Fafet
Posté le samedi 13.04.02 à 22h17
Message n° 165

Alors voilà, c'est l'histoire d'un mec qui se demandait qui il était, qui goutait tout ce qu'on lui offrait, drogues, sexes, alcool, amitiés, business malsains, et tous les autres vices auquel je ne pense pas à cet instant. Pis, un jour, alors qu'il dormait dans une gare, le vent frois est venu le réveiller comme souvent, mais ce jour-là, c'était différent, il était fatigué, le vent
pourtant lui avait toujours raconté des histoires, il l'écoutait souvent, il flanait porté par des contes superbes, il rigolait seul, il vivait seul avec le vent comme meilleur ami. Mais ce jour-là, le vent ne lui a pas fait plaisir, car il l'a rendu triste, ce pauvre jeune homme a regardé ce qu'il était, avec qui ils vivaient, couché dans le même endroit que lui, ronflé un clochard, avec ses couvertures, sales, mais chaudes, mais devait-il lui piqué pour que lui aussi ai chaud, au moins cette nuit-là ? Non, il s'est dit non, jamais il n'avait volé, sauf une fois, et encore il l'avait regretté juste après, et n'avait pas cherché à recevoir l'argent recupéré, il s'était fait volé sa pureté, il était devenu un peu plus malsain ce jour-là, c'était au début de sa chute, celle qui l'avait mené dans cette gare ; au moment du vol, il devait avoir 17 ans, dans cette gare, il en avait 22 ; 5 ans de décadence, de recherche de soi, sans résultats. Ce jour-là, il a décidé de parler à Dieu, car celui-ci dans sa chute ne l'avait jamais abandonné, il se sentai toujours protégé, serain, rien ne lui faisait peur, même pas la mort, car au moins pour lui, la mort ne représentait aucunes pertes, car on ne perd pas le carrelage qui protège une gare, celui-ci n'est rien qu'un lieu ou on va se perdre quand on a pas de sous, et qu'on veut pas demander à quelqu'un de l'héberger, alors on reste dehors, et on marche jusqu'à ce que les jambes fassent souffrir, et qu'on se dise qu'il vaudrait mieux s'asseoir, oui, mais où, par terre, en plein mois de décembre, même s'il n'y a pas de neige, il fait quand même froid, et on a besoin de chaleur, au moins pour que la mort ne nous tue pas trop lentement, mais plutôt d'un coup. Dans ces moments-là, on se sent seul, et quand le vent vient vous faire regretter là où vous êtes, lorsque votre meilleur ami, vous quitte, il ne reste que Dieu. Ce soir-là, j'ai dit à Dieu, si tu m'aides à sortir de cette merde, je te jures que je ferais tout pour être meilleur, et te faire plaisir. Voilà, une fois ça dit, on retourne à la réalité, dure et froide, et on se dit Dieu se fout de sa gueule, j'ai toujours aussi froid, mais on se lève, car on sait que le vent ne nous lachera pas, qu'il veut qu'on se mette en marche, sinon il risque de partir à tout jamais. Alors, je me suis levé et je me suis mis en marche, j'en ai bien chier jusqu'à maintenant, mais je ne regrette rien, aujourd'hui quand je regardes ce qui est derrière moi, je suis assez fier de moi, je crois pas avoir déçu Dieu sur la totalité du chemin que j'ai accompli, je me laisses encore aller de temps en temps, mais je ne suis qu'au début du chemin, tout comme un enfant qui sait marcher, mais qui, encore trop prêt du bonheur de ramper, continue à le faire, simplement
pour s'en souvenir. Voilà, je crois qu'aujourd'hui, je vais mieux, j'ai avancé tant matériellement que spirituellement, je suis très heureux que le vent m'ai réveillé cette nuit-là, j'en suis raconnaissant à Dieu, je lui dois ce que je suis, car il m'a guidé, je n'ai eu qu'à faire les pas, bientôt j'espère je serais capable de marcher seul, que Dieu n'aura plus qu'à me regarder comme un enfant plus prêt à apprendre ce qu'est son Père, et à comprendre dans quel système il l'élève, dans celui de l'Amour.
Voilà, c'est la fin de l'histoire, c'est simplement, que cet homme dont je vous ai parlé, c'était moi, j'ai décidé d'avancer encore un peu plus vite, alors je vous offre mon passé, que je suis heureux d'avoir vécu, et dont je suis, aujourd'hui heureux de pouvoir parler au passé.
Voilà, vous vouliez qu'on vous dise comment on avait croisé Dieu, c'était là, espérant que ce texte vous sera utile mes chers Frères.
MANU


Les réponses à ce message

 Manu!!!!!! par Leia44fr le 14.04.02 à 09h59

Plan du site · Recommander ce site
Tous droits de reproduction réservés (c) 2011
Tous les textes · Toutes les questions · Tous les avis · Toutes les lectures · 
spiritisme esprits spiritualite