-

 

Infos pratiques


tl4
Comment différencier une connexion avec l'au-delà de la schizophrénie ?

Avis sur la question
icone

La schizophrénie

Le 29 décembre 2004 par Patricia
Bonjour,
Nombreux sont ceux qui ne croient pas en l'existence de l'esprit et qui donc attribuent la communication avec les esprits ou les phénomènes paranormaux à des hallucinations, des délires donc à une maladie psychique. Cependant nous ne sommes pas tous déséquilibrés, certains ont une vie pour ainsi dire normale sans que cet autre monde n'interfère dans leur actes, décisions et chemin de vie. Peut-être que certains tombent dans une trop grande crédulité, se laissent manipuler, ne sont pas préparés ou n'ont pas assez travaillé sur eux pour mener à bien cette "expérience" qu'est la communication avec l'esprit. Cela ne veut pas dire pour autant que ce sont des personnes malades.
Rappelons que seulement 1% de la population souffre de schizophrénie. Les symptômes se révèlent au moment de la fin de l'adolescence et jusqu'à environ 30 ans. Et ces mêmes symptômes bien caractéristiques sont à l'origine d'une maladie et non d'une quelconque communication spirite.
Les symptômes sont classés dans deux catégories : les positifs et les négatifs.
Les symptômes positifs :
- Les hallucinations
(Entendre des voix qui dictent une conduite, qui insultent, qui jugent le comportement, etc.)
- Les délires
(Persécution, mysticisme, le malade a la sensation d'être espionné, harcelé, etc.)
- Les troubles de la pensée et du langage
(Discours incohérent, fixation sur une idée, utilisation d'un langage qui ne suit pas les règles habituelles de grammaire et syntaxe, etc.)
- L'agitation et les troubles psychomoteurs
(Gestes impulsifs, mouvements répétés, grimaces, rires paradoxaux, etc.)
Les symptômes négatifs :
- La démotivation
(Manque d'énergie, de motivation, etc.)
- L'apathie et le retrait social
(Tendance à se replier sur soi-même, mauvaise communication tendant à se réfugier dans la solitude, etc.)
- La dépersonnalisation
(Perte de la sensation d'être soi-même suivi d'états anxieux, etc)
Source :
BERNEDE, Marianne et KORSIA-MEFFRE, Stéphane, Vidal de la santé psy, Editions Vidal
Il est quand même évident qu'il y a une grosse différence entre être schizophrène et être un cherchant qui doute de ses communications ou de ses capacités réelles. Pour ma part je conçois le doute comme un sentiment salutaire puisqu'il permet de se questionner, de remettre en question ce qui est "soi-disant" établi et ainsi d'avancer dans plus de vérité personnelle et intérieure comme vers plus de sincérité dans ses intentions et dans sa foi toujours mise à l'épreuve.
Amicalement,
Patricia

Tous les avis
Plan du site · Recommander ce site
Tous droits de reproduction réservés (c) 2011
Tous les textes · Toutes les questions · Tous les avis · Toutes les lectures · 
spiritisme esprits spiritualite