-

 

Infos pratiques


tl4
Le doute est-il nécessaire ou nous freine-t-il ?

Avis sur la question
icone

Etat d'être possible, pas nécessaire

Le 01 octobre 2012 par Thazz1
Le doute est l'expression de notre culture du résultat.
Lorsque nous faisons quelque chose, ce n'est pas notre investissement dans cet acte que nous remettons en question, ce n'est pas non plus notre dévotion à le réaliser, c'est uniquement son acceptation sociale. Nous ne doutons pas de ce que nous faisons mais du regard qui sera porté sur cet acte, et par voie de conséquence sur son auteur.
Le doute n'est pas partie intégrante de l'être humain, il est en revanche partie intégrante de la culture que nous entretenons. Penser que le doute est salutaire pour l'esprit est, à mon sens, une acceptation d'un des principes premiers de l'église catholique: la péché originel et la nature imparfaite de l'être humain. Je ne crois plus en cela car accepter l'idée que l'homme à été créé imparfait revient à nier la perfection du créateur qui é créé l'homme à son image et à sa ressemblance selon ces mêmes enseignements.
Ce n'est pas le sujet pour débattre de cela mais dans un système causal, il me semblait important d'expliquer mon raisonnement.
Nous devons nous garder de confondre le doute et le recul, car si le recul est nécessaire pour nous permettre le détachement, le doute est un acte de destruction instantané qui n'apporte rien à l'analyse sinon une négation de celle ci. Le doute est l'expression de notre liberté absolue, mais il n'a pas de sens au-delà.
Douter d'une chose revient à lui nier son existence, pourtant si l'on doute de cette chose c'est bien qu'on lui accorde une existence. Donc douter d'une chose est en fait un acte de négation de soi, lorsque je doute je ne suis pas moi, je suis un non-moi. Paradoxalement, je fais acte de liberté d'expression, car la relativité permet toutes les expressions, or toutes les expressions forment partie du Tout qui les compose. Tout étant expression de la création (donc du créateur) douter est donc également un acte de création, mais une création par le vide, un assemblage paradoxal et donc improbable. Douter est la couleur de la toile dans un tableau en couleur, elle n'est pas une couleur mais participe à l'ensemble pour lui donner son unité globale. Pourrions-nous vraiment être libres si nous n'avions pas le pouvoir de douter ? Je ne le crois pas.
Le doute fait-il partie de l'être humain ?
Qu'est-ce que l'être humain ? Si vous considérez que l'être humain est à la frontière entre le monde physique et le monde spirituel, alors il est à la croisée des mondes, il est donc pleinement libre et par conséquent peut utiliser l'ensemble des états existants, dont le doute fait partie. Le doute ne fait pas partie de l'être humain, il fait partie des états dont l'être humain peut se servir pour son existence. Nous avons possibilité de douter, cela ne signifie pas que le doute est systématique parce que nous sommes humains. Si le doute est omniprésent dans nos vies c'est parce que nous avons élaboré un système de croyances qui justifie et encourage le doute systématique.
En résumé, nous ne doutons pas parce que nous sommes humains, nous doutons parce que nous pouvons le faire et parce que nous croyons que nous devons le faire.

Que l'Amour vous porte.

Tous les avis
Plan du site · Recommander ce site
Tous droits de reproduction réservés (c) 2011
Tous les textes · Toutes les questions · Tous les avis · Toutes les lectures · 
spiritisme esprits spiritualite