L'état d'Amour - L'amour est une force, l'amour est un sentiment, dit l'homme. L'Amour est un état , nous dit l'esprit. Avant de tenter d'approcher un tant soi peu l'état d'Amour,

 

Infos pratiques


tl4
Qu'est-ce que l'amour ?

Avis sur la question
icone

L'état d'Amour

Le 03 février 2005 par Mireille
L'amour est une force, l'amour est un sentiment, dit l'homme. "L'Amour est un état", nous dit l'esprit.
Avant de tenter d'approcher un tant soi peu l'état d'Amour, celui du "je suis", il faut prendre conscience que l'homme vit l'amour de différentes façons, suivant, très probablement, son niveau de conscience.
Il peut ainsi le vivre de trois manières différentes et concomitantes, plus ou moins intensément, tout étant affaire de degrés et de nuances sur les trois plans : corps (matériel) coeur (mental) et esprit (spirituel).
L'amour est le lien suprême qui lie les êtres par le corps, par le coeur ou par l'esprit. Il est ce qui nous fait vibrer et nous fait vivre, ce que nous cherchons toute notre vie et que nous devons apprendre à connaître et à reconnaître, car si l'amour peut faire envoler le coeur et l'âme, il peut aussi, si l'on y prend pas garde, être l'élément destructeur qui nous mène au plus profond de notre abîme intérieur.
L'amour se manifeste de multiples façons, il est amour/passion, amour/profond, amour/filial ou maternel, amour/amitié...
Il faut donc tenter de le comprendre pour mieux l'appréhender et ne pas irraisonnablement se laisser prendre à ses pièges. Mais l'amour demande-t-il à être raisonné ? "Le coeur a ses raisons que la raison ignore", certes, mais le coeur est aussi soumis à des forces qui peuvent nous entraîner à l'autodestruction si on se laisse totalement dominer par ces forces.
On peut "grossièrement" dire que l'être humain se compose de trois parties : le ventre, la poitrine et la tête, sur lesquelles agissent des forces. Forces du corps, forces du coeur, forces de l'esprit.
Si c'est le centre inférieur qui prédomine et surtout si la personne se laisse prédominer par lui, alors c'est l'appel à la productivité qui fait surface essentiellement, et pour certains très peu évolués, nous pouvons dire presque exclusivement. La personne sera alors le jouet de ses appétits corporels, croyant commander ses forces mais en réalité commandée par elles. Combien de personnes soumises uniquement à la matière se voient dans l'amour que l'attrait sexuel. Ils se croient amoureux alors qu'ils sont en proie à l'unique appétit sexuel, qui une fois assouvit laissera place à un grand vide.
Si le centre médiane, la poitrine, siège du coeur, est prédominant, alors se fait jour les sentiments amoureux et affectueux, avec pour l'un comme pour l'autre des degrés.
Mais, ce centre est parfois source de souffrance parce que celui qui cèdera exclusivement à toutes ses sensations, peut osciller entre la tendresse, la suavité, le bonheur mais aussi la passion, la jalousie et toutes les impulsivités. De l'amour à la haine, il n'y a qu'un pas qu'il est difficile parfois de ne pas franchir si l'on n'a pas su maîtriser ses émotions trop passionnées.
Dans le domaine du coeur on touche là, bien évidemment à des forces qui, si elles sont analogues aux précédentes, sont d'essences supérieures.
"C'est le coeur qui fait tout", nous dit l'esprit, mais qui comporte aussi de nombreux mirages. Un regard, un geste, une personnalité, un visage, un mot, peuvent émouvoir et laisser croire à la promesse d'un coeur qui s'offre. On se promet alors l'amour pour la vie et certains s'engagent sur ce si séduisant mirage. Parfois le mirage n'en n'est pas un et d'une idylle passionnée naît un amour profond et durable, certes et heureusement, mais combien se sont laissés prendre au piège de cette force du coeur non maîtrisée ? Ils se sont laissés emportés par de longues illusions, croyant que l'amour de l'être qu'ils aimaient était de la même force que la leur, jugeant le coeur de l'autre d'après la force du sien. Mais les forces ne sont pas toujours égales d'une personne à l'autre ou pas au même instant bien qu'à leur insu, et mieux vaut en être averti. Vient alors le désarroi le château qui s'écroule. Il faudra du temps et des consolations pour surmonter, se reconstruire.
Avec le troisième centre de l'homme, nous abordons l'amour cérébral qui a de grands charmes aussi pour les esprits évolués. On ressent alors de la sympathie, de l'amitié pour certaines personnes, voire toutes celles que l'on rencontre. On échange de belles pensées et on est porté à accomplir les actions les plus méritoires. On se promet de rester fidèle, honorable, d'avoir le sens du devoir... On s'imagine être au-dessus de toutes les forces, de planer sur le "mal" et les forces terrestres. Si ce centre est prédominant, alors la personne risque d'apparaître comme quelqu'un de froid et davantage portée à la fusion des idées que des épanchements sentimentaux. Il s'agit là de personnes souvent très affectueuses mais qui donnent davantage libre cours à leur esprit qu'aux marques extérieures d'affection et d'amitié. Tout est ressenti profondément mais elles laissent s'exprimer presque exclusivement leur esprit, gardant leurs sentiments bien cachés au plus profond de leur coeur.
Il s'agit là aussi d'une force, qui, s'y on n'y prend pas garde, nous dominera à son tour. C'est ainsi qu'il peut arriver de manquer à sa parole ou à ses devoirs, c'est alors la chute dans l'estime de soi, le remord... et pour s'en sortir, notre nature humaine nous pousse bien souvent à accuser l'autre de notre propre faiblesse. Là aussi, la haine peut faire place à l'amour/amitié. Là aussi, nous avons ignoré quelles forces mettent en jeu l'attrait des âmes comme elles mettent en jeu celles des corps et des coeurs.
Il est donc important de savoir que l'amour est aussi une force qui exerce sa puissance dans le corps, dans le coeur et dans l'esprit, avec ses lois d'attraction et de répulsion à des degrés différents et d'énormes diversités (passion, sympathie, antipathie, haine, amour de tout etc.), et dans l'ignorance de la chose, nous sommes facilement enclin à tomber dans ses pièges. D'où là encore, l'intérêt du travail sur la maîtrise de soi.
Apprendre à se maîtriser ne veut pas dire inhiber ses émotions ou sentiments pour se transformer en "homme de fer", mais être vigilant, apprendre à maîtriser son extérieur (impulsivité, passion etc..) pour être en mesure d'apprendre progressivement à maîtriser son intérieur et ne pas être le jouet de forces qui nous balancent d'une polarité à l'autre, nous balançant également d'un état à l'autre.
Il ne faut donc pas confondre en amour émotions et sentiments. Attractions et ressentis, mais apprendre à les reconnaître. Les émotions émanent du plan psychique alors que le sentiment d'amour est enfant du plan spirituel. Savoir aimer à partir de son coeur avec esprit et concrétiser éventuellement cet amour par celui du corps.
Ayant comprises ou ressenties les "lois" de l'amour terrestre, la personne tend à vouloir développer l'amour spirituel, l'amour universel, l'amour qui rend l'âme accomplie, lui faisant prendre conscience qu'il doit aimer tout ce qui vit puis tout ce qui est.
Comment pourrions nous être capable de cet amour là ? Quels sont les chemins qui peuvent nous y conduire ? Car pour répondre à la question initiale "pourquoi cherche-t-on désespérément l'amour", il nous faut prendre réellement conscience dans notre for intérieur que nous sommes issus du Divin et que par delà, consciemment ou non, nous cherchons à lui retourner, et pour cela, le fil conducteur est l'AMOUR, sous ses différentes phases ou aspects, que nous franchissons plus ou moins rapidement, plus ou moins facilement d'expériences en expériences.
L'Amour est en nous, comme le Divin, le Un, le Tout, et c'est en trouvant l'amour profond de notre être que nous pouvons espérer retrouver notre essence Divine, car Dieu est Amour et l'Amour est Divin.
Il ne s'agit donc plus là du même amour mais de la recherche de l'amour / état, l'état d'amour permanent pour tout ce qui vit, nous donnant une capacité d'ouverture et d'abandon ainsi qu'une sincérité et une pureté d'intention permanente.
Il nous faut alors transposer l'amour pour une ou plusieurs âmes en l'amour pour tout. Long et difficile chemin qui demande un travail sur soi de tous les instants, sans relâche et de multiples vies.
Outre la maîtrise de soi qu'il nous faut acquérir, la connaissance de soi joue ici aussi un rôle fondamental, car comment espérer un jour s'acheminer pour être capable de cet amour-là ?
Il faut d'abord apprendre à se connaître soi même pour s'aimer tel que l'on est en recherchant l'amélioration.
Aimer ses ennemis, ses démons intérieurs. Apprendre à aimer ses propres états négatifs, tant qu'on n'a pas réussi à les transcender, afin de ne pas les renforcer en s'y opposant, car se faire violence à soi même ne mène qu'à faire redoubler de violences ces forces négatives et nous faire entrer dans un labyrinthe inextricable. Aimer aussi ses ennemis extérieurs, car Il est impossible à un ego d'aimer ses ennemis, or, s'il y a finalement amour de ses ennemis alors il n'y a plus d'ego, il y a enfin l'amour pour l'autre, pour les autres dans un altruisme et une abnégation sincère, sans rien attendre en retour, pas même une récompense spirituelle ou Divine.
Apprendre à aimer ensuite, chacun de ses frères comme s'il était soi même, et la question qui se pose alors n'est pas de savoir qui est ce frère, mais si l'on est prêt à devenir son compagnon, son prochain. L'autre devient alors de part notre attitude intérieure, d'effacement et d'ouverture, le seul et unique centre d'intérêts/ Se fait jour ainsi un sentiment profond qui ne dépend ni d'une humeur passagère, ni d'une attraction ou d'une force particulière, elles ont été dépassées. Cet amour là n'a plus rien de commun avec celui de la passion ou de l'attirance. C'est l'Amour universel, l'Amour avec un grand A.
Un bon "truc" nous a été donné à maintes reprises pour s'y acheminer :
Pythagore : "Ce dont tu as horreur chez les autres, ne le fais pas toi-même"
Confucius : "Ce que tu ne désires pas pour toi, ne le fais pas aux autres"
L'ancien testament : "Ne fais à personne ce que tu ne voudrais pas subir"
Jésus : "Ainsi, tout ce que vous voulez que les hommes fassent pour vous, faites-le vous mêmes pour eux."
Aimer véritablement autrui implique d'être libre soi même, dégagé de tous les préjugés, les opinions et les identifications.
Nous devons purifier notre coeur et notre conscience. Pour qu'ils soient clairs et disponibles aux autres, se délivrer soi même pour se fondre en l'autre et finalement se fondre en LUI et reconnaître l'amour en tout pour espérer un jour ne vivre qu'en état d'amour. L'amour permanent, l'amour incommensurable, celui qui a réussi à faire fondre le mental dans le coeur.
L'esprit nous donne quelques explications :
"L'amour est le feu sacré qui brûle les coeurs et les esprits mais si les coeurs se meurent, l'amour en l'esprit est éternel."
"L'amour est le reflet de l'âme qui se révèle à Dieu."
"L'amour est le bienfait qui rend les hommes heureux et libres, l'amour est comme un soleil qui irradie tout l'espace. Il est libre et autonome, il ne reprend jamais mais donne toujours. Sa source est intarissable et se dispense comme le vent dans les feuillages. L'amour ne peut qu'apporter le bonheur à satiété. Il est tout ce que l'homme recherche en réalité dans toutes ses vies. L'homme ne voit pas, pauvre âme en détresse, qu'il lui suffirait de s'ouvrir à l'amour universel pour trouver le bonheur suprême et pour trouver Dieu, car Dieu est l'amour et jamais l'amour n'abandonne personne, mais il faut savoir le voir dans tous les actes de sa vie, mais il faut vouloir le voir dans tous ses sens en toute circonstances, mais il faut oser l'avouer, oser le prendre, vouloir le donner et le reconnaître en toutes choses. L'amour n'est jamais que le lien suprême entre les êtres, entre les choses, entre les sens. L'amour est un bienfait que Dieu a donné à tous, en reconnaissant l'amour on peut reconnaître Dieu."
"L'amour est le moteur de ton âme, il te porte toujours plus haut en l'amour pour tes frères. L'amour n'a ni commencement ni fin, il est éternel comme ton âme et si tu le cherches ailleurs qu'en ton coeur, tu ne le trouveras pas car l'amour est en toi, il est Dieu en toi et pour trouver Dieu, il faut chercher l'amour et pour chercher l'amour nul besoin de se perdre dans les dédales de la pensée, c'est le coeur qui fait tout, c'est le coeur qui est tout, c'est le coeur le moteur et l'amour le conduit."
"L'amour est le joyau de l'âme."

Tous les avis

Donnez vous aussi votre point de vue sur la question
en cliquant sur 'Donner son avis'.
Plan du site · Recommander ce site
Tous droits de reproduction réservés (c) 2011
Tous les textes · Toutes les questions · Tous les avis · Toutes les lectures · 
spiritisme esprits spiritualite