L'initiation choisie - Avant de parler de l'initiateur, voyons d'abord celui qui prétend être initié. Nous vivons dans un monde de consommation et si nous pouvons acheter tout ce que nous voyons,

 

Infos pratiques


tl4
Quand une société initiatique parle d'initiation que revêt pour vous ce terme ?

Avis sur la question
icone

L'initiation choisie

Le 02 octobre 2006 par Jean
Avant de parler de l'initiateur, voyons d'abord celui qui prétend être initié. Nous vivons dans un monde de consommation et si nous pouvons acheter tout ce que nous voyons, tout ce que nous voulons apprendre, tout ce que nous pensons être utile pour nous, il n'en est pas de même dans le domaine spirituel.
Bien entendu nous trouverons "sur le marché", quantité de gourous qui, moyennant finance, nous proposerons de nous initier à quelque dogme venant de lointaines contrées et nous pourrons ensuite nous en venter auprès de nos amis et ainsi nous donner un peu d'importance afin de briller d'une lumière... que nous ne connaissons pas en fait.
Dans ce cas, nous sommes face à la vision la plus simpliste de l'inutile chemin, celle qui se passe le plus souvent pour bon nombre de "conso-mystiques".
Alors, viendra bien un jour où, nous levant le matin, nu devant le miroir, nous devrons bien admettre que le spirituel ne s'achète pas et que l'initiation véritable n'est pas du domaine des choses que nous connaissons.
Car celui qui demande l'initiation doit avoir l'humilité du cherchant sincère et non la vanité naturelle de l'ignorant.
L'homme qui choisit l'initiation avec l'espoir d'en retirer un profit personnel, un honneur, un bien quel qu'il soit, ne peut obtenir que ce qu'il réclame : Regrets, amertume, colère, vengeance...
Il en est de même avec l'Esprit et nos textes le rappellent souvent : "La qualité des réponses vient de la qualité des questions", extrait de « Mémoire spirite »
Si nous sommes face à un être débarrassé de toutes les superficialités, un être en chemin afin de devenir un être spirituel, il est alors possible qu'il croise sur sa route un initié passé par là quelques temps avant lui et qui acceptera de l'aider. L'initié sait qu'il n'est pas supérieur à son frère débutant le chemin car il n'est pas tenté par les vices de l'humanité et sert la cause du bien.
Mais pour que l'initiation se fasse, encore faut-il d'abord que le profane le désir fermement, avec conviction, qu'il veuille lui aussi donner une dimension spirituelle à sa vie. Il est donc important de ne jamais oublier que l'homme qui demande l'initiation est un homme de foi qui aime agir et penser comme son Dieu le ferait.
L'initiation n'est pas, à mon sens et au regard de nos textes, quelque chose de figée.
Bien entendu il y a un "avant" et un "après" mais il est plutôt question pour nous de voir les choses comme la possibilité de réfléchir et de progresser plutôt que de sentir l'initiation comme une révélation religieuse (car toutes les religions disent les mêmes sottises: "tiens, voilà la vérité, crois je le veux, c'est un ordre !").
Il existe en d'ailleurs plusieurs mots dans le mot "initiation". On peut y voir, dans certaines tribus, des actes difficiles à accomplir afin de bénéficier d'un autre statut, de pouvoir gravir un échelon, d'y trouver reconnaissance.
On peut trouver les gestes initiatiques à partir du moment ou nous observons un groupe humain. Mais bien entendu, tous ne sont pas spirituels.
Restons en à la spiritualité.
En abordant rapidement le sujet, je conclurai ce petit message en voyant en l'initiation un acte parmi d'autres dans l'activité humaine afin de revenir à l'unité au sein d'une société fraternelle partageant ses savoirs entre ceux qui cherchent de la même manière.
Pour cela, le profane en chemin rejoint un groupe, qui n'est pas là pour le soumettre mais pour lui transmettre ce que lui même a reçu. Le groupe doit donc s'assurer que celui qui espère recevoir l'initiation en est "digne" (c'est à dire "cherchant sincère" d'abord), mais, comme le dit groupe n'est pas Dieu, je doute qu'il ne fasse jamais d'erreurs.
En fait, et comme toujours en rapport avec nos textes dans l'Alliance, je dirai que la race humaine a un devoir de transmission. Nous ne vivons aujourd'hui que grâce aux avancées de nos parents ; si la spiritualité est un terrain difficile, je pense que malgré tout, dans ce domaine aussi, l'homme a soif de transmettre avant de mourir. Il sent que tout cela est dans l'ordre des choses. L'homme ne pratique l'initiation que pour montrer, donner, partager...aimer.
Mais, comme le monde est imparfait, il est difficile de voir l'initiation comme quelque chose de beau en des heures ou les sectes et églises médiatiques pullules non pour le bonheur des hommes et l'amour de Dieu, mais pour engraisser quelques tristes sires intégristes
Heureusement, depuis toujours, se transmettent les savoirs à ceux qui avancent dans la lumière de la sincérité.
Gardons l'espoir en nous non d'être initié un jour, mais d'être des hommes dignes de mourir en parfaits initiés... avec ou sans l'initiation... qui est d'abord un choix de nous-mêmes et non d'un autre.

Tous les avis
Plan du site · Recommander ce site
Tous droits de reproduction réservés (c) 2011
Tous les textes · Toutes les questions · Tous les avis · Toutes les lectures · 
spiritisme esprits spiritualite