-

 

Infos pratiques


tl4
L'homme est-il prêt pour la vérité aussi difficile soit-elle à entendre ?

Avis sur la question
icone

La vérité - lumière

Le 22 août 2006 par Patricia
Pourquoi suivre en aveugle le chemin du sens de nos existences ?
Ne peut-on concevoir que notre cécité n'est due qu'à notre esprit voilé par nos propres conceptions, nos savoirs, nos capacités et notre ouverture ?
J'ai des scrupules à accuser les autres, Dieu ou le "hasard" de mes erreurs, de mes décisions ou des situations de ma vie.
Je ne sais quelle est la vérité, mais il m'est difficile de croire que Dieu ou une force supérieure puisse être à l'origine de si grands désastres tels que la famine, la pauvreté, le réchauffement de la planète ou même la perte d'un être cher. Je crois plutôt que nous sommes des êtres, des esprits dont la motivation première serait d'être responsable de la vie, de l'amour, de la nature, de tout ce qui les entoure comme si tout faisait partie intégrante d'eux-mêmes. Ainsi, tout est construit à partir de soi, tout se déroule en soi et par notre petite mais non moins importante responsabilité nous sommes un maillon de la grande chaîne qu'est l'humanité.
Le chemin, n'est-ce pas l'ensemble de nos expériences, de nos décisions, de nos découvertes et du développement qu'on se permet de vivre ?
Le sens, n'est-ce pas à nous de le chercher en nous comme un message de notre esprit ?
Si je le conçois ainsi, quelle serait l'utilité de Selbat ?
Sinon corrompre notre libre-arbitre, nos décisions et nos destinées qui sont en grande partie une conséquence de nos choix.
En fait, tout dépend du sens qu'on donne à Selbat. L'interprétation est si personnelle et si individuelle, que je me sens incapable de donner le sens de Selbat. Ma conception s'éloigne du livre de la vie en tant que prophétie pour se rapprocher du livre de la nature, de l'origine, de l'histoire et l'évolution de la vie, donc de l'esprit... je vois là, une porte vers la compréhension, vers l'entendement et la connaissance. Comme tout dans "Absolion".
En ce qui concerne la deuxième partie de la question, je poserais la question autrement : Sommes-nous tous prêts pour cette vérité ?
Je ne pense pas qu'il s'agisse de préférence entre "rester aveugles" ou "voir la lumière" ? Cette dualité est trop simpliste.
Le cherchant est un aveugle oeuvrant à l'ouverture de sa conscience, à la découverte de son esprit. C'est par ce travail qu'il parvient à lever peu à peu le voile et qu'il peut apercevoir un peu de lumière. Alors, un jour peut-être sera-t-il prêt à aller vers la lumière. Ce jour-là, correspond parfaitement au récit du voyage des personnes ayant vécu des expériences aux frontières de la mort.
Une autre question surgit (une de plus) : La mort, n'est-ce pas la lumière et la vérité tant attendue ?
D'où peut-être l'enseignement aux mourants en de nombreuses civilisations, tels que les Egyptiens et les Tibétains ? L'art de mourir ou l'art d'accéder à la vie-vérité-lumière ?
J'en conclue, provisoirement, que la vérité nous ne la détenons pas... que celui qui prétend la détenir, prétend - comme nous le démontrent tous les jours les hommes au travers des dogmes - détenir la conscience de ses prochains et ainsi exercer un pouvoir sur eux.
A l'intérieur de nous, à notre portée, se situe une lumière qui est celle de l'esprit.
Patricia

Tous les avis
Plan du site · Recommander ce site
Tous droits de reproduction réservés (c) 2011
Tous les textes · Toutes les questions · Tous les avis · Toutes les lectures · 
spiritisme esprits spiritualite