-

 

Infos pratiques


tl4
Les nombres ont-ils un sens caché ?

Avis sur la question
icone

Les nombres sont...sacrés

Le 28 janvier 2006 par Mireille
St Augustin nous dit : « Avec les idées, les nombres gouvernent l'ordre des choses. Nombres et idées ne sont certes point des créatures, mais derrière eux sont à l'oeuvre, éternelle sagesse par laquelle le Créateur a fait le monde. Puisqu'ils sont contenus dans l'intelligence divine, il ne tient qu'à nous d'essayer de remonter de l'image au modèle. C''est ainsi qu'à travers les choses du monde, nous pourrons nous élever jusqu'au Créateur.
L'enseignement Rosicrucien pense que si dans sa nature, Dieu est inconnaissable, il peut être appréhendé par les lois de sa création. Ainsi la géométrie et les nombres qui leur correspondent sont considérés comme représentant les principes de la Création par le Divin.
En d'autres termes, d'après Pythagore, les formes (la géométrie, qui devient donc géométrie sacrée) sont des concepts mentaux, des archétypes, sans contrepartie matérielle et qui symbolisent les lois de la Création.
En Egypte la connaissance des lois « matérialisées » par la géométrie sacrée à laquelle sont intimement liés les nombres sacrés, était dite « les mystères » par les anciens.
Nombreux sont les grands hommes de notre terre qui se rejoignent dans cet état d'esprit (les compagnons, Vitruve, Platon...).
On parle donc ainsi de formes et de nombres sacrés. Mais si les formes sont universelles, les nombres ne le sont pas et sont interprétés différemment d'une culture et d'une époque à l'autre.
Ainsi, les formes (quelles soient géométriques ou images : la croix, l'aigle etc..) comme les nombres sont symboles, et « les symboles sont la source », à laquelle il est possible de remonter d'une part par la réflexion mais essentiellement par le canal de l'intuition. Les symboles sont un support de méditations qui révèleront au postulant les « mystères » de la connaissance qu'ils renferment, de précieux...trésors cachés.
Par exemple, si l'on prend le « un », il représente entre autre mais surtout, « Un est tout, tout est un ». L'origine de tout est dans Dieu créateur.
Tout commence par le un, et la forme qui le représente est le point, mais la nature du Divin étant infinie, ce point est également infini et englobe tous les cercles dont il est le centre.
Ce chiffre comporte comme tous les symboles diverses représentations. Il est aussi symbole de l'homme debout, seul être jouissant de cette faculté. Il est également dans l'image de la pierre dressée, du bâton vertical et représente ainsi l'homme actif, associé à l'oeuvre de la création. Il est également le principe non manifesté, c'est de lui que découle pourtant toute manifestation et c'est à lui qu'elle revient, son existence éphémère épuisée. Il est le principe actif, le créateur. L'un est le lieu symbolique de l'être, source et fin de toute chose, centre cosmique et ontologique. Symbole de l'être mais aussi de la Révélation, qui est la matrice pour élever l'homme par la connaissance à un niveau d'être supérieur. L'un est aussi centre mystique d'où rayonne l'Esprit, comme un soleil. On peut distinguer, avec Guénon, l'un de l'unicité, celle-ci exprimant l'être absolu et sans commune mesure, le transcendant, le Dieu unique.
Dans les récits légendaires et les thèmes folkloriques, le Dieu unique est souvent symbolisé par le chiffre un.
Mais il est comme nous l'avons déjà dit, en priorité le chiffre de l'Unité. D'après Pascal « tout l'Univers est contenu dans l'Unité ». Le un (UN) est le point de départ de tous les autres nombres, leur cause initiale, leur « père/mère » androgyne irrationnel et rationnel puisqu'il contient toutes les polarités complémentaires. Il ne peut être élevé au carré, et multiplié par lui-même il donne encore 1.
« Si vous connaissez l'unique vous pouvez tout connaître nous enseigne Ramakrishna.
Le deux :
Il est symbole de l'opposition, du conflit, de la réflexion et indique l'équilibre réalisé ou des menaces latentes. Il est le chiffre de toutes les ambivalences et des dédoublements. Il est la première des divisions : le créateur et sa créature, le blanc et le noir, le masculin et le féminin, la matière et l'esprit, celle dont découlent toutes les autres. Dans l'antiquité il était attribué à la mère et désigne le principe féminin. Il peut être le germe d'une évolution créatrice aussi bien que d'une involution désastreuse.
Le deux symbolise donc le dualisme sur lequel repose tout effort, tout combat, tout mouvement, tout progrès. Mais la division est le principe de la multiplication aussi bien que de la synthèse. La multiplication est bipolaire, elle augmente ou diminue selon le signe qui affect le nombre.
Le deux exprime donc un antagonisme, une rivalité, une réciprocité qui peut être de haine autant que d'amour, une opposition contraire et incompatible ou bien complémentaire et féconde.
Comme tout progrès ne s'opère que par une certaine opposition, tout au moins par la négation de ce que l'on veut dépasser, deux est le moteur du développement différencié ou du progrès. Les symboles binaires ou les couples sont innombrables dans toutes les traditions et sont à l'origine de toute pensée, de toute manifestation, de tout mouvement.
Le trois :
Le trois est connu pour être aux yeux de tous, un nombre universellement fondamental, exprimant un ordre tant intellectuel que spirituel en Dieu, dans le cosmos ou dans l'homme. Il synthétise la tri-unité de l'être vivant ou résulte de la conjonction du 1 et du 2 produisant dans ce dernier cas l'union du Ciel et de la terre.
Mais le plus souvent, le trois comme nombre premier impair est le nombre du ciel et le 2 celui de la terre car le 1 est antérieur à leur polarisation. Trois, disent les chinois est un nombre parfait car il est l'expression de la totalité, de l'achèvement. C'est l'achèvement de la manifestation : l'homme fils du ciel et de la terre, complète la grande Triade. C'est d'ailleurs pour les chrétiens, la perfection de l'unité Divine : Dieu est Un en trois personnes.
Le ternaire, s'exprime par divers symboles graphiques, tels le trident et le triangle... Tsi, caractère chinois anciennement figuré par le triangle exprime la notion d'union et d'harmonie. Autre symbole de la trinité : le triangle, seul ou contenant le tétragramme hébraïque, ou encore l'oeil Divin.
Symbole de la masculinité, le trois est aussi celui du mouvement, par opposition au 4, symbole de la féminité et des éléments. Pour les Bambaras, explique Dieterlen, le premier univers est le 3 mais il est réellement manifesté (c'est-à-dire pris en conscience), qu'avec le 4 (le nombre des éléments)...............
Bref, chaque nombre contient sa signification dans l'univers manifesté et est un symbole. D'ailleurs, sur terre tout est symbole, symbole de ce qui est en haut afin qu'en bas nous puissions comprendre et avancer quelque soit notre niveau intellectuel, car il s'agit là d'utiliser le canal de l'intuition et c'est possible même avec...les nombres.
Bien amicalement.
Mireille

Tous les avis
Plan du site · Recommander ce site
Tous droits de reproduction réservés (c) 2011
Tous les textes · Toutes les questions · Tous les avis · Toutes les lectures · 
spiritisme esprits spiritualite