Oui et non...plutôt non - Sommes nous capables d'y répondre ? Pas sur... mais rien ne nous empêche d'essayer après tout, non ? J'espère que les réponses seront nombreuses afin qu'ensemble nous tentions

 

Infos pratiques


tl4
Le temps existe-t-il ?

Avis sur la question
icone

Oui et non...plutôt non

Le 20 août 2005 par Mireille
Sommes nous capables d'y répondre ? Pas sur... mais rien ne nous empêche d'essayer après tout, non ?
J'espère que les réponses seront nombreuses afin qu'ensemble nous tentions d'y voir moins sombre.
L'esprit nous dit :
« Le temps n'existe que dans le mental de l'homme ».
« Le temps est l'illusion dans l'illusion ».
« Le temps est l'illusion de l'homme qui croit toujours que demain est un autre temps alors que dans l'éternité tout est présent ».
« La conscience et le temps sont des notions humaines car en l'Un tout est réuni ».
Pour comprendre, peut-être faut-il distinguer d'abord le monde tangible, terrestre, matériel de celui de la vie éternelle, celle de l'infini, en opposant ainsi dans un premier temps le matériel et le spirituel pour finalement tenter d'avance vers le Tout, l'unicité.
D'ailleurs le dictionnaire des symboles nous explique (extrait) « Dans le langage comme dans la perception, le temps symbolise une limite dans la durée et la distinction la plus sentie d'avec le monde de l'Au-delà, qui est celui de l'éternel. Par définition, le temps humain est fini et le temps Divin est infini, ou plutôt, il est la négation du temps, l'illimité. L'un est siècles, l'autre l'éternité. Il n'existe donc entre eux aucune commune mesure possible ».
Sur terre, nous vivons dans le monde fini où tout naît, vit, meurt, puis renaît, revit et meurt à nouveau... C'est entre autre pourquoi il est appelé le monde de l'illusion (tout ce qui est mesurable), puisque la Réalité se trouve sur le plan Eternel et infini, le « vrai » monde, la vraie vie.
Qu'est ce que le temps finalement ? On pourrait le définir tout simplement comme mouvement, comme cycles.
Tout est rythmes, cycles, tant au point de vue individuel que collectif. On le voit bien. Il y a les rythmes binaires : jour/nuit. Lumière/ombre. Veille/sommeil. Travail/repos. Joie/tristesse. Optimisme/pessimisme. Inspiration/expiration etc.... Les rythmes, les cycles, sont présents dans la nature et dans l'être humain. Et puis le rythme quaternaire : les quatre saisons, les quatre âges de l'homme, les quatre périodes de la maladie...
« Il en est ainsi pour tous les éléments de l'univers, les soleils, les mondes, les hommes, les animaux, l'esprit, l'énergie et la matière. Cette loi se manifeste dans la création et la destruction des mondes, dans le progrès et la décadence des nations, dans la vie de toutes chose et enfin dans l'état mental de l'homme » nous dit le Kybalion.
Nous y voilà donc encore : ce fameux mental de l'homme, ce diable qui divise. Ainsi le temps de l'homme ne serait en fait que la loi des cycles des mondes tangibles que l'homme a divisé en périodes (ères, siècles, ans, mois, etc.) par de savants calculs... mentaux...
Mais il y aussi l'espace temps : il nous faut du temps pour nous rendre d'un endroit à un autre. Il faut du temps au gland pour devenir chêne, à l'enfant pour devenir homme. Ceci est un autre temps. C'est le temps chronologique, il est lié à la distance et aussi à la cause et à l'effet.
On peut donc dire que sur le plan matériel, oui, le temps existe. Il est à mettre en polarité opposé au monde Divin où tout est Un, donc tout est présent, éternel présent. Difficile pour notre mental fini d'aborder cette notion de présent infini...Tout est aussi polarité et au Divin éternel et infini la polarité opposée est le monde tangible, dont l'homme en sacralisant la matière s'éloignera pour approcher le monde Divin, celui de l'Esprit et de l'Amour.
Le temps sur notre réalité tangible et matérielle existe donc bien, c'est une réalité concrète.
Parlons à présent d'un autre temps : le temps psychologique. Existe-t-il celui-là ? Qui, en regardant une photo ou en se replongeant dans son passé ou sur un lieu ne se dit pas « je m'en souviens comme si c'était hier » ? Ou bien « c'était il y a quelques années, aux environs de telle période, je ne me souviens plus de la date mais je me souviens bien de l'évènement... » Ou aussi projection d'avenir « je m'y vois déjà, j'y suis....je l'imagine si bien... »Dans ces moments là, l'homme vit les évènements au présent, non ? Son passé et son futur sont totalement présents donc présent.
On pourrait donc dire que le temps psychologique lui, n'existe pas, c'est l'homme avec son mental qui se le créé.
Pourquoi cette création issue de notre pensée qui passe son temps à tout fragmenter ? Et bien peut être Krishnamurti est-il dans le vrai ? ...Comme moyen d'atteindre un objectif, un but, d'ordre psychologique ( ?) : l'espoir relève du temps. Toute notre pensée est fondée (d'où l'intérêt d'apprendre à désapprendre comme nous l'enseignent les esprits) sur la notion de châtiment et de récompense, la récompense (ex : spirituelle) est un moyen de fuir la souffrance, mais c'est une autre histoire, ne nous y attardons pas ici. L'homme aurait donc pu créer un temps psychologique pour se donner espoir et échapper ainsi à la souffrance. Une quête de récompense qui donc serait mouvement du temps. C'est peut être bien ici que, comme nous le dit l'esprit « le temps est l'illusion dans l'illusion » ? Le temps psychologique est une illusion dans le monde illusoire de la matière. ( ??).
Quant à cette phrase spirite « La conscience et le temps sont des notions humaines car en l'Un tout est réuni », peut-être veut elle signifier que notre mental a créer un moi distinct du Tout (ce pourrait être le « péché originel » ?), d'où découle un temps psychologique, les deux n'étant qu'illusion puisque dans la vraie vie, celle du monde infini, Tout est un et Un est en tout, autrement dit il n'y a aucune division en réalité, nous avons créé ces divisions de consciences personnelles qui engendrent un temps psychologique illusoire, alors que dans l'Un il n'y a qu'une conscience et qu'un temps : le présent.
Alors comment l'homme peut-il s'affranchir du temps psychologique ? En vivant au présent. Pas pour tout bien sur. Nous avons besoin de notre mémoire (qui est le savoir issu du passé) pour nos affaires terrestres quotidiennes. Mais dans nos relations, dans nos relations avec l'autre, il nous faut peut-être apprendre à être observateur des faits, des choses, des gens, sans les nommer, sans y porter de jugement de valeur ou de notion de bien ou de mal.
Les choses SONT. Point. Il n'y a pas à les comparer, la comparaison étant issue de l'alliage mémoire (donc du passé)/mental.
C'est peut-être ainsi que nous arriverons à nous affranchir de notre temps psychologique illusoire ce qui nous mènera vers la vision du Tout où tout est un. ( ??).Car la division du temps et de la conscience engendre inexorablement l'ego, le moi, qui, de fait, nous dissocie du Tout en un, nous amenant à la création d'illusions dans l'illusion.
Vivre au présent : c'est se situer au-delà de l'asservissement du temporel.
L'esprit nous explique (et nous allons tenter de comprendre...) :
« Le présent n'est pas le temps, le présent est l'instant inscrit dans l'éternité. Vivre au présent est se libérer de son passé et de son avenir ».
« Lorsque l'homme est dans le présent, il n'est ni dans le passé ni dans les projections d'avenir. Lorsqu'il est dans l'instant présent l'homme est dans l'éternité et dans la liberté d'esprit qui ne ressent plus les souffrances du passé et les incertitudes de l'avenir, vivre au présent c'est se rendre libre en l'esprit ».
La nécessité de revenir, de vivre au moment présent (dans ses relations) est une instruction spirituelle de tout premier ordre à mes yeux (bon, à mes yeux seulement....à chacun de voir derrière ses propres lunettes). Et échappe au mental diviseur, source de conflits internes et de vie de l'ego.
Je crois qu'il nous faut apprendre à nous affranchir de notre passé et de notre futur : lâcher prise de l'un et de l'autre. Ne pas s'y attacher, dans le sens de ne pas en être dépendant, ne pas s'y fixer, et avoir le courage de s'arracher intérieurement de tout ce qui nous tient à coeur relatif au passé ou au futur, arriver à s'en libérer, quitte à y revenir ensuite mais à un autre niveau de conscience. C'est dans l'instant présent que le mental ne peut plus subsister et, le fait de rester dans l'éternel présent pulvérise l'illusion puisque seul « l'ici et maintenant » est réel.
Le passé maintient la conscience emprisonnée dans une dimension horizontale alors que le présent la projette dans la dimension verticale du monde spirituel. Par rapport à l'absolu, il n'existe qu'un seul temps : le présent. Le passé et le futur font parti du monde relatif.
Vivre au présent relève non plus de l'âme mais de l'esprit. La dépossession de soi, l'effacement de l'égo et de sa prison ne se produit que par la confiance au moment présent transcendant le mental diviseur.
La « vérité », le monde spirituel, le monde Divin, ne procèdent pas du monde des souvenirs ou de l'imagination mais du présent éternel car il est intemporel et correspond à la porte étroite si difficile à franchir. Ce point fixe de l'instant présent, avant le grand décollage permet d'accéder à la dimension verticale qui effraie l'homme car il y pressent l'éclatement de ses repaires familiers : il faut encore quitter... quelque chose ou quelqu'un...
Le Royaume ne se trouve ni dans le temps ni dans l'espace, il est dans notre Soi Divin et la porte se trouve dans l'instant présent. Il s'agit de rassembler en un, l'être tout entier sur le tout petit point de l'instant.
L'homme éveillé est celui qui a réalisé sa dimension Divine, il s'est ouvert à un monde nouveau où n'existent plus de dualités, de larmes, de souffrances, de morts. Il a transformé radicalement son être et sa conscience « ici et maintenant » pour se placer et entrer par la porte étroite du plan vertical celui où tout est Un, tout est présent éternellement et où le mental n'a pas de prise, où seul l'Amour existe.
L'esprit nous explique « c'est un travail de tous les instants car la porte étroite n'est pas accessible à celui qui se complet inconsciemment sur le plan horizontal ».
Mais... je me suis éloignée du sujet je crois... j'espère que vous n'en n'êtes pas fâchés... ?
Alors pour conclure et répondre à la question initiale : « le temps existe-t-il ? »
Je dirais quant à moi, dans un premier temps : oui et non.
Cela dépend du plan sur lequel on se place.
Sur le plan matériel : oui, il existe sous formes de cycles que l'homme avec son mental fragmentaire a divisé, comme il se divise lui même du Tout en élaborant un moi distinct.
Sur le plan mental, ou psychologique : non mais l'homme le croit réel alors qu'il est illusion.
Et bien sur, sur le plan spirituel : non : tout est présent, intemporel...Divin.
Et finalement pour répondre à la question par un oui ou un non bref, on pourrait dire : non.
Non, le temps n'existe pas, parce que le vrai monde étant celui du plan vertical, celui de l'esprit, de l'infini, du présent éternel, est donc intemporel. Le temps qui existe sur la terre, le monde tangible, matériel est illusion puisque issu de l'illusion de la matière.
Et vous, qu'en pensez-vous ?
J'espère que accepterez de donner vos avis afin qu'ensemble on puisse avancer un peu aussi sur ce sujet là...et, en attendant je vous souhaite à tous et à chacun, beaucoup de...............bon temps !
A bientôt, à tout de suite, à maintenant......ici.

Tous les avis
Plan du site · Recommander ce site
Tous droits de reproduction réservés (c) 2011
Tous les textes · Toutes les questions · Tous les avis · Toutes les lectures · 
spiritisme esprits spiritualite