Commentaires autour du texte 'A la manière d’un chaman : parler aux animaux' - Commentaires autour du texte 'A la manière d’un chaman : parler aux animaux'

 

Infos pratiques


tl4

A la manière d’un chaman : parler aux animaux

Texte publié le 09 avril 2008 proposé par Maxel87
Sans chercher à se comparer ou à égaler les pouvoirs d'un chaman, je pense qu'il est tout à fait possible en s'inspirant des grandes lignes de l'initiation chamanique d'obtenir quelques résultats. Celui qui est doué naturellement, qui a la chance de vivre en harmonie avec la nature avec une hygiène de vie équilibrée, pourra très bien un jour se rendre compte par exemple qu'il est capable de communiquer avec ...

Commentaires autour du texte

Le chat / un vecteur

Par Linavalana le 22.10.2008
Le jour où j'ai dû me séparer de mon chat... Le chagrin me submergeait, pourtant il avait 16 ans, ça m'a beaucoup aidé. Je l'ai vu "s'endormir" chez le vétérinaire, je me suis écroulée de chagrin. Soudain une force incommensurable m'a envahie. Sa "mort" m'a transmis une énergie inexplicable, très vite les pleurs ont cessé, et je me suis sentie libérée, délivrée du poids de la séparation. Que s'est-il passé ? Ou plutôt, que m'a-t'il passé. Nous étions en parfaite osmose. Je n'avais, auparavant jamais vu la mort arriver, me sentant même incapable de faire cet ultime geste le délivrant de la souffrance. Je vivais seule avec lui, j'ai le sentiment que désormais, il vit en moi, me transmettant une énergie nouvelle.

Communication et compassion

Par Emanuel le 20.09.2009
Je ne sais pas s'il est possible de "parler aux animaux" selon la méthode préconisée par Maxel87, et je ne pourrais pas en faire l'expérience car depuis le printemps, je n'ai plus de chat. Il s'est en allé un matin, bien que très malade et très faible, tenant à peine sur ses pattes, après 17 ans de vie commune (le chat devait bien avoir 19 à 20 ans d'âge).
Toutes mes recherches dans le grand voisinage avaient été restées vaines, et je m'étais fait à l'idée qu'on avait du me le voler pour sa fourrure (c'était un angora turc tout blanc).
L'idée d'une possible mort atroce me tourmentait et j'ai prié pour lui.
Puis, quinze jours après sa disparition, on m'a prévenu que quelqu'un l'avait "recueilli" et amené chez un vétérinaire situé à une vingtaine de kilomètres de chez moi. Je passerais sur les détails de cette histoire peu glorieuse pour bien des gens, pour dire que je ne l'ai retrouvé chez le vétérinaire en question que pour prendre une décision que je ne souhaite à personne de devoir prendre un jour. Il était sous perfusion, avec une sonde dans la gorge pour l'alimenter par une seringue, et quasiment inconscient. Le vétérinaire lui avait tout fait : analyses, vaccination, etc. Il était donc plus que temps que quelqu'un un tant soit peu sensé, prenne la décision d'abréger ses souffrances inutiles.
Mon chat, s'est donc endormi une dernière fois, la tête dans mes mains.
J'ai bien entendu ramené son corps chez moi pour l'enterrer dignement.
Les jours sont passés et le chagrin est demeuré.
J'ai demandé alors humblement, s'il était possible de savoir ce que l'Entité de mon chat était devenue, et quelques jours après j'ai fait le rêve suivant.
<< J'ai vu venir vers moi un très vieux chat européen, placide et "brave". Il me dit, avec un accent que je n'oublierais jamais, d'une voix grave, tout à la fois tolérante, un peu trainante, fatiguée et "malheureuse" : "Depuis qu'ils sont là, je n'ai plus un instant de tranquillité". Levant un peu mon regard, je vis alors à quelques mètres derrière lui, trois chatons tout blanc qui se "bagarraient à qui mieux mieux", en se roulant et faisant force cabrioles sur un large coussin. >>
Cette histoire, totalement vraie, ne prouve rien et ne veut rien prouver. Elle est un simple témoignage de communication homme-animal. Car s'il en était autrement, mon Egrégore m'aurait simplement permis de voir les chatons s'ébrouer dans leurs jeux. Il n'était nul besoin de faire intervenir un chat.
Si à présent, il nous est permis de prendre un peu de recul, nous pouvons dire ceci.
Le spiritisme, dans ses textes fondateurs, n'admet pas la migration de l'âme animale vers la condition d'âme humaine. Le bouddhisme l'a admise depuis ses débuts (histoire de Mahasattva, le futur Bouddha, qui s'est laissé dévorer, dans une de ses vies antérieures par une tigresse affamée, pour la sauver, elle et ses petits. Tigresse et tigrons qui se réincarnèrent, bien des vies après, pour devenir ses premiers disciples (Sogyal Rinpoché : Le livre tibétain de la vie et de la mort p. 264 à 266 de l'édition 1993).
Qui détient la vérité ?
Toujours est-il, que même si on n'imagine pas systématiquement que les expressions des animaux soient forcément le reflet de sentiments humains, et si on garde bien à l'esprit qu'un animal agit et réagit toujours d'abord en fonction de ses instincts, et non pas en fonction d'un quelconque sentiment humain, les histoires ne manquent pas d'animaux ayant réagit comme des (bons) humains dans des circonstances dramatiques. De même, force nous est faite quand même, de reconnaître que si nous aimons et soignons les animaux, ceux-ci, même inconnus de nous, le sentent bien et se laissent plus facilement approcher par nous que par d'autres. Communiquons-nous par magnétisme, par la vision de l'aura, par les phéromones, par l'odeur (de sainteté ???)… nous nous garderons bien d'entrer dans ce débat, et plus simplement, nous dirons que la pratique de la compassion active est surement le meilleur moyen de communication.

Les chats de ma vie

Par Laurelyne le 02.11.2009
Un premier chat est entré dans ma vie alors que j'avais six ans. En revenant de l'école, j'ai aperçu, blotti contre un soupirail, un chat noir et blanc qui avait l'air tout malheureux. Je l'ai pris dans mes bras et l'ai emmené chez moi. A l'époque, je vivais chez ma grand-mère qui ne tenait pas spécialement à avoir des animaux à la maison. Pour me dissuader de garder ce chat, elle m'a dit : "tu peux le garder à condition de manger des haricots verts" (aliments que j'avais toujours refusé de manger). Malgré mon dégoût, je l'ai fait et le chat, que j'ai appelé Joujou, est resté chez nous plusieurs années et ma vie de petite fille unique en a été illuminée.
A 27 ans, des amis m'ont donné un bébé chat. Au bout de quelques temps, j'ai dû me rendre à l'évidence que j'étais allergique aux poils de chat. J'ai eu des oedèmes de Quinck, des écoulements au niveau des yeux et du nez. Bref, tous les deux jours, je me rendais au centre médical où l'on me faisait une piqure d'allerglobulline. Finalement, le médecin m'a dit que je devais choisir entre ma santé et le chat. En larmes, j'ai emmenée ma petite chatte à la SPA. Heureusement, comme elle était encore toute jeune, jolie,sociable, habituée à la voiture, elle a été adoptée très rapidement. N'empêche que j'étais désespérée.
Quelques années plus tard, comme la présence d'un chat (malgré les deux chiennes que j'avais à cette époque) me manquait terriblement, j'ai repris une petite chatte âgée de seulement 3 semaines parce que les maîtres de la mère chatte partaient en vacances. C'est donc moi qui ai nourri la chatte à l'aide d'une seringue. La nuit, je me réveillais pour l'alimenter. Tant et si bien qu'elle m'a prise pour sa mère. Lorsqu'elle a eu des bébés, elle les a nourris mais quand est venu l'époque du sevrage, elle m'a laissé le soin de le faire à sa place. Elle s'asseyait près de la soucoupe où je déposais la nourriture et me regardait mettre la pâtée sur mon doigt et le présenter à chaque petit. J'avais le bout du doigt plein de piqures faites par les petites dents.
Afin de pouvoir cohabiter avec cette chatte qui a vécu 15 ans, j'ai dû, durant ces années, prendre un antihistaminique tous les matins. Ce qui est extraordinaire, c'est que la chatte avait compris que si elle venait sur mes genoux ou s'installait sur mon lit ou sur mon fauteuil, ça me rendait malade. Aussi, ne le faisait-elle pas. Je la caressais avec les pieds et elle avait l'air de trouver ça normal.
Et puis un jour, une guérisseuse a croisé mon chemin et en une séance, m'a délivrée de cette allergie. Depuis, j'ai eu d'autres chattes, sans avoir d'allergie sauf en cas de griffures (involontaires bien sûr) où là, ma peau réagit ; elle rougit et enfle, mais ça ne dure pas trop longtemps.
La chatte que j'ai actuellement, est toujours près de moi, couchée sur mes livres, ou bien à ma droite, avec sa patte posée sur ma main qui elle, est sur la souris. Je ne sais pas si vous voyez le tableau. Lorsque je suis très fatiguée, elle le sent et, si je vais m'étendre un moment, elle vient sur mon lit, monte sur moi et, avec ses pattes, masse mon chakra du coeur. Je me fais peut-être des idées, mais au bout de quelques minutes, je me sens mieux.
Je pense que je fais de la télépathie avec elle (comme je le fais avec mon chien et même avec mes plantes). Par exemple, lorsqu'elle est enfermée, par mégarde, dans une pièce, quelque chose m'en avertit.

Labrador

Par Amijean le 15.12.2009
J’avais un labrador il y a peu, et ce chien bien que n’ayant que 8 ans s'est mis subitement à être agressif, ses crises duraient quelques minutes, ensuite il redevenait le plus doux des chiens !
Une visite chez le vétérinaire nous fit découvrir qu’il avait une tumeur au cerveau !
Suite à une nouvelle crise et ayant peur pour ceux qui habitaient la maison, j’ai décidé de téléphoner au vétérinaire pour qu’il vienne chez moi l’endormir et ensuite mettre fin a ses souffrances ! Il me dit : "je viens dans deux heures" !
Mon chien était devenu amorphe !
J’attendais dans la véranda avec lui et en le regardant je lui dis :"je ne veux pas que tu souffres, tu vas dormir et ensuite il va mettre fin a tes souffrances".
A mon grand étonnement, il s’est levé, puis a recherché une vielle balle avec laquelle il jouait et l'a posée à mes pieds !
Etonné, je lui dis : "tu ne va pas te remettre à jouer" ? Mais il insistait !
Je me suis levé et lui ai lancé la balle ! Il est parti fringant et content, a rapporté la balle à mes pieds, en même temps il est tombé foudroyer devant moi !
Je crois qu’il avait bien compris et c’était sa façon de partir en me remerciant de notre amitié.

Chats, chiens et lien télépathique

Par Shangrila le 12.09.2010
Je reviens sur ce site après des années d'absence et je constate qu'il est toujours aussi passionnant. Il est vrai que je m'étais aussi un peu éloignée de la spiritualité et depuis hier j'ai ressenti le besoin de revenir ici. J'ai lu le témoignage sur les chats, et le labrador.
J'ai écrit quelques articles concernant le lien "télépathique" qu'on peut avoir avec ses animaux.
Je l'ai vécu personnellement : il y a quelques années, j'avais un berger allemand avec qui j'avais une relation fusionnelle, et qui a eu des problèmes de santé. Il m'en a "informée" lui-même, via les rêves, dans l'un d'eux il parlait carrément le langage humain et m'expliquait où il avait mal...
Quand j'ai perdu ce chien que j'adorais, cela a été un drame.
Par la suite, je me suis mise à faire des rêves, qui, je pense, étaient des "rêves contacts", car tout semblait terriblement réel.
J'y voyais mon chien, jeune et en pleine forme, traverser le mur pour venir me rejoindre.
Il restait la journée entière avec moi, puis repartait de la même façon... et moi j'essayais de le retenir, mais il me disait qu'il ne lui était permis de ne rester que la journée.
Et tout le temps, j'étais consciente qu'il était mort...
J'ai des chattes aussi, qui sont d'excellents médiums, car elles ont perçus pas mal de choses, parfois inquiétantes.
Quoi qu'il en soit, je sais que j'ai un lien avec mes animaux, je sais très bien quand ils vont être malades, ou bien quand ils vont hélas partir pour un monde meilleur, avant même les premiers signes.
C'est une question d'intuition.
Il y a quelques années, sur ce site même, j'avais discuté avec un membre, qui avait un chat aussi, et qui m'avait dit que j'étais un "médium intuitif" cela doit être vrai car lorsque j'ai des pressentiments, cela s'accompagne de manifestations physiques : oppression, sensation bizarre au niveau du ventre... Je ne sais pas mettre les mots adéquats sur ce que je ressens.
Mais c'est comme si un œil invisible s'ouvrait et me faisait voir certaines choses.
Je n'ai pas de flash (sauf 2 fois) ni d'audition (1 fois).
Juste ce que j'appelle "mon système d'alarme".
Je suis un peu hors sujet mais je cherche des réponses, et surtout j'aimerais savoir comment développer ce don ?
Loin de moi l'idée d'en tirer de l'argent, mais je trouve dommage de ne pas travailler là dessus.


Thèmes associés


Nuage de mots clés


Citation au hasard

"L'amour est notre seul trésor, le reste disparaîtra. Seul l'amour, celui que tu as et qui doit jaillir sur le monde est éternel. Alors Dieu te reconnaîtra ce jour-là."
P. J. Oune
Plan du site · Recommander ce site
Tous droits de reproduction réservés (c) 2011
Tous les textes · Toutes les questions · Tous les avis · Toutes les lectures · 
spiritisme esprits spiritualite