-

 

Infos pratiques


tl4

Intelligence et instinct

Texte publié le 08 janvier 2009 proposé par Honora
Je ne sais si la question que je pose est en phase avec la quête spirituelle qui nous préoccupe généralement ici mais pour moi, tout ce qui vit mérite notre réflexion. Dans leur incommensurable arrogance, les hommes se sont souvent considérés comme « supérieurs »: -l'occident à l'orient, souvent par ignorance des autres cultures ; -la noblesse au peuple ; -la France d'en haut à la France d'en bas ...

Commentaires autour du texte

Vision des proches

Par Niffoc_nori le 08.01.2009
J'ai fait un rêve :
Je roulais en voiture avec mes enfants et il y avait une bonne tempête de neige.
Nous suivons un chasse neige et tout a coup je me retrouve comme dans un champ
Et il y a trop de neige pour continuer a avancer. Nous poursuivons notre route a pied, sautant clôture et obstacle. Là je me retrouve dans un chemin que je connais sauf que là il n`y a plus de neige et le chemin est en gravier comme a l'ancien temps.
J'ai tout de suite compris que j'étais revenu dans le passé et la seule pensée que j'avais en tête était de me rendre à la maison ou je suis né. (J'étais toujours avec mes enfants)
Je marchais environ deux kilomètres tout en examinant ce paysage et ces maisons comme a l'ancien temps.
Rendu au bout du rang j'aperçu la maison ou je suis née avec tout les bâtiments
(Parce que la c'est détruit a cause d'expropriation, la nouvelle route passait sur la maison)
J'entendais du bruit qui venait de la boutique, c'était le bruit de quelqu'un qui limait une scie mécanique j'ai donc été tranquillement vers l'arrière en faisant attention de faire du bruit car je ne voulais pas me faire voir, je sais pas pourquoi peut-être la peur de devoir expliquer qui j'étais?
E n avançant derrière la boutique je dis a ma fille « N'avance pas trop près. » mais la trop tard j'aperçois mon père qui passe sa tête par la fenêtre ouverte pour voir qui étais là.
Je voie le visage de mon père tout jeune et beau qui nous sourit car il était très accueillant.
Ensuite on se dirige vers la maison car je me suis dis que ce sera plus facile d'expliquer a ma mère pendant que mon père est dans la boutique.
J'entre dans la maison je vois ma mère avec un bébé dans les bras et derrière elle dans la chambre donc la porte était ouverte une couchette avec une petite fille debout.
Je la reconnu c'était la plus vieille de mes soeur, ma mère était très belle et jeune je me souviens d'avoir dis a mes enfants « regardez comme elle ressemble a tante xxxxxxxxx
(Je suis le dernier d'une famille de six enfant, trois filles en premier et trois gars en dernier.)
Et là j'essayais d'expliquer que j'étais son fils (elle étais plus jeune que moi)
Je lui disais quelle aurait encore une fille quelle appellerais xxxxxxxxx
Ensuite je continuai avec les garçons, j'ai vu a son regard quelle me croyait.
Après mon père est entré dans la maison, je ne savais pas trop quoi lui dire.
Je me suis approcher près de la fenêtre et je vis que le garage n'était pas la.
J,ai dis tu n'as pas fait encore ton garage et il me répondit « non, ma femme voulait faire un jardin, ensuite il c'est excusé car il fallait qu'il aille bûcher du bois et il est sorti.
C'est fini
Mon père est décédé en 1991
Ma mère est encore vivante et à 71 ans
D'après les âges de mes soeurs je devais être en 1958 dans mon rêve.
C'est le plus beau cadeau que la vie puisse offrir et je le souhaite a vous tous.

Vision de nos chers animaux disparus

Par Maxel87 le 08.01.2009
Cet été, un dimanche à l'heure de la sieste, alors que je sortais d'un rêve banal et que je me disais :" il est temps maintenant de te réveiller ", j'ai ressenti une présence comme un poids derrière la nuque.
Je ne sais pas pourquoi j'ai formulé cette demande :
" Me serait-il possible de voir mes chers animaux disparus ? "
Par un silence et une atmosphère de plus en plus pesante, j'ai compris que ma demande dérangeait, j'ai alors très vite précisé : " juste un instant ", avec insistance pour bien montrer que ce n'était pas un caprice.
A partir de là, en étant toujours endormi, je sortais d'un rêve classique pour entrer dans une semi-réalité, en effet je voyais ma chambre avec précision comme si j'avais les yeux ouverts.
Le regard posé naturellement sur le bas de mon placard, je fus attiré par un reflet de rayon de soleil. Ce jeu de reflet sur la porte du placard se transforma petit à petit en une forme de plus en plus précise, celle d'un chat, oui je dis bien un chat gris très ordinaire que je ne connaissais pas, puis un autre qui chahutait avec le premier.
Peu de temps après, alors que je contemplais ce manège, je ressentis une piqûre sur les doigts, je soulevais les draps du lit, un jeune chat jouait avec ma main en tournant sur lui-même et sautillant.
Je trouvais cela assez délirant, je ne vous le fais pas dire, mais j'étais un peu déçu, un peu triste car je ne voyais aucun de mes animaux.
Mon délire ne s'arrête pas là, il est encore temps pour vous de zapper et de changer de chaînes.
Par la fenêtre de ma chambre, la vision que j'avais de l'extérieur m'intriguait, elle ressemblait à une ombre chinoise. Les arbres de la forêt d'en face étaient noirs. C'est à ce moment là que j'aperçus la forme d'un chien qui volait presque, en s'appuyant sur la cime des arbres.
Le sourire m'envahissait, j'étais convaincu de retrouver Ralph un berger belge impressionnant, tout noir que j'adorais.
Mais à ma grande surprise ce chien qui bondissait de branche en branche dans ma direction à grande allure et qui finit par me sauter dans les bras alors que je me rapprochais de la fenêtre, n'était pas Ralph mais Steed mon colley, lui aussi disparu.
J'étais enfin comblé et j'en pleurais de joie, ce qui m'étonnait c'est que je pouvais le serrer dans mes bras, caresser son épaisse fourrure, comme s'il était vivant.
Je pouvais sentir son souffle dans mon oreille, il était toujours aussi beau, aussi fougueux, tellement heureux de me retrouver.
Une semaine plus tard exactement, toujours un dimanche, à peu prés à la même heure, alors que j'étais cette fois en train de lire, bien éveillé, un chat du cartier que je n'avais jamais vu, a sauté sur le rebord de la fenêtre de ma chambre, m'a regardé fièrement sans avoir peur de moi, a fixé le sol en baissant la tête comme pour flairer des odeurs, puis s'en est allé.
Aurait-il vu ou senti nos petits fantômes ?...
Je ne peux rien affirmer, mais cette histoire authentiquement vécue, donnera peut-être un peu d'espoir et ravira je l'espère tous ceux qui ont perdu un petit bout de poils, si cher en nos coeurs.

Merci

Par Emilie1 le 31.01.2009
C'est magnifique ! Merci, moi aussi j'espère ne jamais perdre le contact avec mon petit compagnon, qu'on soit toujours connectés et reliés.

Plan du site · Recommander ce site
Tous droits de reproduction réservés (c) 2011
Tous les textes · Toutes les questions · Tous les avis · Toutes les lectures · 
spiritisme esprits spiritualite