-

 

Infos pratiques


tl4

Les sociétés initiatiques d'Afrique

Texte publié le 11 décembre 2011 proposé par Jean
L'Afrique est une multitude de sociétés initiatiques. Tout y est rites de passage. Entre les initiations féminines, les rites de passage à l'âge adulte, nous pourrions en définir de nombreuses formes. Je m'attarderai donc sur le rite sans doute le plus important quel que soit le pays et la tribu, sorte de dénominateur commun à toutes les sociétés Africaines : le rite de passage entre le monde de l'enfance ...

Commentaires autour du texte

Faut-il être méritant pour gagner le paradis ?

Par Xianaelle le 13.12.2011
Faut-il être un valeureux soldat prêt à affronter tous les sacrifices avant de pouvoir mériter de monter en grade ? Mieux de gagner le paradis ?
Je n'aime pas la souffrance des enfants et je n'aime pas ces pratiques initiatiques que leur font subir le peuple africain. Il y a une torture, et non la moindre, qui a été oubliée dans ce texte publié par Jean, c'est celle de l’excision du clitoris ou alors la circoncision... J'en ai la chaire de poule rien qu'à y penser à ces pauvres petits que l'on mutile pour rien.
Selon mon humble avis, je pense que Dieu s'en fout vraiment de toutes ces pratiques rituelles qui viennent tout droit de l'esprit de certains hommes qui se pensent sages.
Les rites devraient être banni de notre civilisation.

Qu'en pensent les Africains évolués ?

Par Mars13 le 26.12.2011
J'ai trouvé dans ce texte que l'auteur magnifiait la violence des rituels comme étant la base indispensable à la métamorphose de la vie adolescente vers l'âge adulte. C'est un changement d'état douloureux qui ne doit pas être propice à aimer la vie d'adulte et les conséquences négatives qui s'ensuivent. Il paraît difficile d'assimiler l'humilité à la souffrance. Bien que je ne sois absolument pas adepte de "l'enfant roi", je reste persuadé que le parcours initiatique d'un enfant doit être un cocktail savamment dosé entre exigences et amour pour qu'il garde encore ses côtés émotionnels d'enfant pour rêver ! Dans nos sociétés occidentales le sport est un excellent moyen, au-delà de l'éducation des parents, d'inscrire nos enfants dans l'apprentissage de la vie adulte par le développement de la sociabilité, de la solidarité, de l'effort...
sans supporter l'atteinte à leurs corps et esprit. Contrairement à une certaine philosophie, l'homme n'est pas originellement bon à la naissance ! Le parcours de vie de l'enfant et sa transformation vers l'adulte auront des chances de réussite que si l'on développe chez lui le désir de vie en commun. C'est long car les acteurs sociaux en charge de l'enfant sont nombreux (école, parents, télévision, etc.) mais cette transformation sera le résultat d'une longue période d'immersion accompagnée dans la vie courante et non pas les rituels barbares infligés pendant quelques jours dans les sociétés africaines. Il ne faut pas oublier le nombre d'enfants-guerriers qui se battent en Afrique comme cela s'est passé en fin 39/45 avec les jeunesses hitlériennes massacrées au combat... Ces enfants-là avaient reçu des initiations !

Présenter

Par Patricia le 27.12.2011
Selon moi, le texte prétend aborder dans un sens général les sociétés initiatiques africaines. Je n'ai pas relevé d'avis personnel quant aux sociétés initiatiques d'Afrique, et encore moins la défense de pratiques portant atteinte à l'intégrité physique ou psychologique de l'individu.
Parfois, nous lisons ce que nous voulons... attention aux interprétations précipitées !
Nul ne peut accepter la violence, l'humiliation ou la torture de l'être humain ! Ainsi, les mœurs, coutumes, rituels religieux ou autres rites culturels ou tribaux (inacceptables à nos yeux !) ne peuvent être assimilés à des rites initiatiques au sein d'une société initiatique à proprement parlé.

Rites et initiations

Par Lecate le 08.09.2012
Je m'étonne que ses coutumes africaines si barbares puissent encore être présentées comme des rites initiatiques nécessaires à l'évolution. Le mérite de notre civilisation n'est-il pas de nous avoir débarrassés de ces coutumes. D'autre part quels secrets peuvent détenir les initiés qui ne puissent être divulgués s'ils ont pour but de servir le monde ou la tribu. Comment ne pas se méfier de ce qui n'est pas dit ou fait en pleine lumière et en quoi s'infiger des souffrances peut nous aider a progresser dans la connaissance ?
Personnellement je ne crois pas que nos ancètres décédés puissent nous apprendre autre chose que ce que nous savons si c'était le cas notre évolution prendrait une autre tournure, et les africains ne seraient pas avides de nos connaissances.

Tradition

Par Newdjoy le 15.11.2012
Je suis moi même issu d'une tribu de la Mélanésie et suis plutôt entrée dans la modernité contraint par la puissance coloniale, je vis une souffrance par rapport aux méfaits du colonialisme qui impose sa vision de la vie. Je constate que les sociétés traditionnelles ont aussi beaucoup à apporter. Ces sociétés de tradition vivent le corps (le charnel) différemment des occidentaux. Elles considèrent ce que l'on fait, à savoir certains traitements ou soins dans nos hôpitaux occidentaux, beaucoup de ces soins pourrait être évités par notre façon de vivre le charnel.
Bien à vous.

Plan du site · Recommander ce site
Tous droits de reproduction réservés (c) 2011
Tous les textes · Toutes les questions · Tous les avis · Toutes les lectures · 
spiritisme esprits spiritualite