Avoir peur de la mort? - Je n'ai plus peur à présent. Pour simplifier mon explication (je ne suis pas de langue française) je me permets de vous recopier une partie d'un article qui à

 

Infos pratiques


tl4
Retour au forum     Retour au message père     Retour au message père

Ce message est archivé, vous ne pouvez donc pas y répondre

Avoir peur de la mort?

Rédigé par Yvette
Posté le lundi 15.11.04 à 17h07
Message n° 21115

Je n'ai plus peur à présent. Pour simplifier mon explication (je ne suis pas de langue française) je me permets de vous recopier une partie d'un article qui à été rédigé par un journaliste:

Sarah avait rédigé un poème prémonitoire

Troublant: Dans les affaires de la jeune danseuse percutée par une moto le 6 février à Genève, sa famille a découvert un texte "annonciateur".

C'est Yannick, le petit frère de 17 ans, qui a mis la main dessus. Le poème était contenu, avec plusieurs autres, dans un porte-documents rangé dans la chambre voisine. "Incroyable ce qu'elle était secrète, Sarah... Mais où elle a été chercher tous ces mots?" Ce fut le premier motif de stupéfaction face au souvenir d'une soeur de 19 ans qui s'exprimait avec des termes simples, directs, contemporains. A la lecture d'Une Lueur d'espoir (ci-après), toute la famille a été sidérée. Yvette, sa maman, conserve un ton étonné quand elle en parle: "C'est comme si elle racontait son accident..."

L'accident. Beaucoup de Romands et tous les Genevois en ont entendu parler. La nuit du vendredi 6 février, vers 1 h 30, Sarah Stragiotti se fait percuter par une Vespa 500 cm3. Projetée à près de 20 mètres , elle succombe, "comme une âme morte seule dans la rue". Le chauffard âgé d'une quarantaine d'années, sous alcool, prend la fuite et commencera par nier quand la police le confondra. Dès le lendemain, l'émotion monte. Danseuse, chorégraphe, adepte des arts martiaux, la jeune femme a beaucoup de connaissances, beaucoup d'admirateurs. Fleurs, photos et messages personnels s'amoncellent sur le lieu du drame à l'angle du boulevard Georges-Favon et de la rue du Stand. Le dimanche, une marche en blanc est organisée par ses amis. Et le mercredi 11 février, plus de 2000 personnes se pressent à l'église Saint-Joseph pour suivre, sous l'égide de l'abbé Gérard Barone, l'ancien aumônier de l'Hôpital cantonal, une cérémonie funèbre à dimension pluriconfessionnelle.

Avec les chrétiens, beaucoup de musulmans et beaucoup de juifs ont en effet répondu présent. La jeune femme aux diverses facettes mêlait plusieurs cultures. Danseuse orientale aussi bien que prof de hip-hop, elle avait créé son propre style, sur une musique de l'Egyptien Amr Diab, qui mariait ces tendances. "L'été passé, aux Fêtes de Genève, elle avait ainsi dansé en tenue d'Aladin avec des baskets. En écoutant les commentaires du public, j'ai compris que son message d'union entre l'Occident et l'Orient passait bien", se souvient sa mère.

Sarah laisse aussi à ses proches de beaux portraits au fusain, des chansons et des poèmes... "Les paroles de ses chansons, elle me les montrait parfois, reprend Yvette Stragiotti, mais les poèmes, j'ignorais. Parfois, Sarah allait dans sa chambre, allumait des bougies, c'était son jardin secret et on le respectait. Elle était très spirituelle."

Pour sa part, Yvette Stragiotti confie trouver un brin de réconfort dans le poème de sa fille. Particulièrement l'avant-dernière phrase: "Je suis à présent parmi vous ayant quitté la rue faisant de mon âme un espoir de plus." A se demander si Sarah ne pressentait pas son destin, elle qui avait raconté aussi deux rêves très similaires à son accident, elle qui disait à une mère qui s'inquiétait de son manque de sommeil: "J'aurai bientôt assez de temps pour dormir." ...........

Voici le poème de Sarah:

UNE LUEUR D'ESPOIR

Je marche dans la rue sans aucun but.
Je me retourne voyant le passé défiler, ça me blesse.

Mon corps tremble d'effroi.
Il s'accroche à moi sans vouloir me laisser partir.

Il détient toutes mes pensées toutes mes souffrances.
Il réapparaît sans cesse en faisant du présent mon futur passé.
Il brise tous mes rêves et fait de moi son unique esclave en me plongeant à l'oubli.

Je ne sais plus trop si ce que j'ai vu est réel.
Une lueur d'espoir pourrait tout changer.
Elle pourrait enfin me libérer de cette chaleur intense.
Celle qui brûle mes mots.

J'ai tant prié à ce qu'on m'écoute
mais personne ne m'a jamais entendu
et je suis toujours là comme une Ame morte seule dans la rue.

Vivre pour certains n'est qu'illusion, pour d'autres c'est en pensant à ceux que j'ai de très cher que mes sens se mettent à se réanimer.

J'aimerais être présente pour chaque fleur, chaque brise de glace qui feront partie de mon existence.
Je ne laisserai personne m'enterrer mon instinct combattant car ils verront que personne ne se battra autant que moi.

La force s'est reforgée en moi !
Serais-ce cette lueur qui m'a redonné vie . . . .

Une lueur d'espoir a tout changé,
elle m'a enfin libéré de cette chaleur intense celle qui brûlait mes mots.
J'avais tant prié à ce qu'on m'écoute.
Aujourd'hui on m'a enfin entendu et je suis à présent parmi
vous ayant quitté la rue faisant de mon Ame un espoir de plus.

Je sais enfin ce qui est réel...

Sarah (ecrit le 14 octobre 2003)


Plan du site · Recommander ce site
Tous droits de reproduction réservés (c) 2011
Tous les textes · Toutes les questions · Tous les avis · Toutes les lectures · 
spiritisme esprits spiritualite