Avortement - Suite à un accident de préservatifs, ma femme est tombée enceinte. Nous somme déjà les heureux parents d'un enfant de 1 an, désiré et chéri (et déjà né d'un

 

Infos pratiques


tl4
Retour au forum

Ce message est archivé, vous ne pouvez donc pas y répondre

Avortement

Rédigé par Uxlud
Posté le mardi 29.04.03 à 14h37
Message n° 6726

Suite à un accident de préservatifs, ma femme est tombée enceinte. Nous somme déjà les heureux parents d'un enfant de 1 an, désiré et chéri (et déjà né d'un "accident"). Ma femme est en pleine dépression nerveuse et vois un psychologue régulièrement. Je vis dans le sud de la France et travaille sur Paris. En clair je ne vois ma famille que le week end et ce depuis maintenant 2 ans et pour une durée encore indéterminé. La 1ère grossesse, je l'ai vécu à 1000 kms.
Sprite, je ne suis pas pour l'avortement et il est hors de question pour moi de pousser ma femme à le faire. Mais cette dernière ne se sent pas la force vu la situation (éloignement, finance difficile, enfant encore en bas âge et stabilité psychologique incertaine). Pour ma part, je rejoins le point de vue de ma femme car clairement nous ne nous sentons pas en mesure d'apporter à cet enfant le climat nécessairement stable, matériellement et psychologiquement.
J'ai peur, je suis triste et mon coeur saigne. Je ne sais que faire. De plus ma femme a dernièrement subi des interventions chirurgicales dentaires dont l'anesthésie effectuée ( à deux reprises) est faite d'un produit qui passe dans le placenta et causera des pbs cardiaques au foetus. Le gynécologue qu'elle a consulté (ce matin) lui a dit que de toute façon, le bébé aurait de grande chance d'être "handicapé".
Ma femme est décidée et ne veut le garder. Moi je suis d'accord avec elle pour des raisons purement matérialistes dans le sens où nous ne pensons pas pouvoir assumer cet enfant que ce soit financièrement et moralement. A vrai dire, notre éloignement géographique nous a fait vivre la première grossesse comme un douloureux bonheur. Ma femme s'est épuisée physiquement et moralement a tout gérer toute seule. Aujourd'hui elle est en pleine dépression nerveuse et mène de front l'éducation de notre fils, sa vie professionnelle et personnelle. J'ai peur pour elle, car elle est vraiment "mal en point". Je reste persuadé qu'une deuxième grossesse lui ferait plus de mal que de bien et que notre fils en pâtirait. Pour ma part, je suis partagé entre ma foi spirite et l'envie de ne pas revivre encore une fois l'épreuve qu'a été pour moi de vivre tout cela à 1000 kms de distance. Je ne veux pas encore vivre loin de cet enfant tout en voyant ma femme dépérir comme elle a déjà dépéri avec le premier. Ceci ne veut pas dire qu'elle n'accepte pas son rôle actuel de mère et la situation géographique de notre couple, elle s'y résigne et l'accepte mais il en résulte trop de "négativité" qui l'anéantit de fatigue morale et physique. Notre fils a bientôt un an et ne fait ses nuit que depuis 1 mois. En fait depuis presque un an, ma femme n'a pu faire de nuit complète, étant réveillée presque toutes les heures après un endormissement difficile du petit.
Nous nous disons qu'il vaut mieux pour l'enfant qu'il naisse plus tard, quand je serai auprès de ma famille, quand ma femme sera remise et quand notre premier enfant aura grandit un peu. Cette année qui vient de s'écouler nous a déchirés, parfois éloignés, divisés à cause de fatigue, de douleur, de manque de sérénité. Notre amour l'a emporté mais je n'ai pas envie de revivre ça, que mon fils le vive et que notre famille entière en patisse.
J'ai le sentiment de nous chercher de fausses excuses, que mes anges gardiens s'éloignent du fait de notre décision, j'ai peur pour ma femme d'un point de vue purement spirite et je sais que moi, ayant cette "connaissance" j'ai a en pâtir tout au long de ma vie. Je me sens tellement mal, affligé.
Je suis un spirite convaincu, médium sensitif et guérisseur débutant et en même temps je ne veux courir à notre perte. Ma femme est décidée et je crains que l'avortement n'ai lieu. Je me perds en l'autorisant" comme nous perdrons en y renonçant.
L'esprit en cours d'incarnation ne pourrait -il pas s'incarner plus tard en notre sein ? Nous ne le refusons pas, nous le différons.
Que se passerait-il pour lui, pour ma femme et pour moi en cas d'interruption de grossesse ?


Les réponses à ce message

 Délicat par Bhaktimani le 29.04.03 à 15h32
 Oui difficile par Mireille le 29.04.03 à 17h04
 Avortement par Uxlud le 30.04.03 à 06h51
 La volonté de Dieu par Mireille le 30.04.03 à 07h48
 Avortement par Uxlud le 30.04.03 à 08h24
 Alors des histoires drôles....... par Mireille le 30.04.03 à 09h51
 à mireille par Uxlud le 30.04.03 à 10h29
 ................. par Licornette le 29.04.03 à 17h43
 Message de soutient par Galbrun le 02.05.03 à 10h18
 Faites-vous aider par Sefora le 02.05.03 à 12h52
 Bonjour par Fafet le 02.05.03 à 18h04
 Un message par Unita le 03.05.03 à 16h58
 Avortement par Lili le 03.05.03 à 17h53
 Acceptation par Sekmet le 04.05.03 à 14h46
 Avortement : remerciements par Uxlud le 05.05.03 à 12h28
 Trouver la paix par Agatha le 05.05.03 à 23h56
 Avortement : le pendant et l'après par Uxlud le 07.05.03 à 10h49
 Avortement : le pendant et l'après par Uxlud le 07.05.03 à 10h54
 L'épreuve! par Bhaktimani le 07.05.03 à 15h09
 Réponse par Angharad le 11.05.03 à 17h22

Plan du site · Recommander ce site
Tous droits de reproduction réservés (c) 2011
Tous les textes · Toutes les questions · Tous les avis · Toutes les lectures · 
spiritisme esprits spiritualite