Des questions - Je n'ai jamais crains la mort depuis longtemps, sans savoir qu'il y avait la vie après la mort. Je sais maintenant qu'il y a une vie après la vie.

 

Infos pratiques


tl4
Retour au forum     Retour au message père     Retour au message père

Ce message est archivé, vous ne pouvez donc pas y répondre

Des questions

Rédigé par Lounawitch
Posté le samedi 16.04.05 à 08h37
Message n° 24096

Je n'ai jamais crains la mort depuis longtemps, sans savoir qu'il y avait la vie après la mort. Je sais maintenant qu'il y a une vie après la vie.

« Ceux qui craignent la mort sont ceux qui ne comprennent pas ce processus de vie/renaissance, qui ne vivent que pour ce et ceux qui les entourent physiquement, sans penser à leur âme qui n'est pas conçue pour rester indéfiniment sur terre... »
Je ne crains pas la mort et ceux qui m'entourent physiquement me permettent de vivre, et je vis même aussi pour eux. Pourtant je sais qu'un jour, leur âme et la mienne quitteront l'enveloppe corporel.
Et je sais aussi, que malgré ma connaissance de la vie après la vie, je souffrirai.
Alors ? que dois-je en conclure de cette souffrance de perdre un être cher ?
On peut vivre seul, sans attache, c'est sûr, sans vivre pour personne, vit-on mieux pour ça et partage-ton mieux ou moins bien ? Et est ce que notre âme s'en portera mieux ?

« La souffrance, les peines, les joies, les petits bonheurs ne sont pas réels; ils ne sont qu'illusions de votre esprit, destinés à vous amener à l'amour, le partage. »
Illusion de l'esprit ? Pas réels ?
Mais à qui s'adresse ce texte ? A l'être parfait ? Celui qui n'a plus d'esprit ? Celui qui ne pense plus ? c'est suremetn ça la perfection, ne plus penser.

«Une vie remplie de souffrances, si elle n'est dirigée vers l'amour, sera une vie stérile. »
Beaucoup de personnes en grande souffrance, aiment les autres ; d'autres n'arrivant pas à surmonter leur propre souffrance, sont, ce que j'appelle des gens méchants, aigris, n'aiment pas les autres.
Mais combien de personnes dans la souffrance, vont vers les autres, d'autant plus qu'ils peuvent comprendre la souffrance des autres, et aiment les autres.

« Personne n'est obligé de souffrir sur terre, la souffrance n'étant qu'une construction du mental. »
Non personne n'est obligé de souffrir et pourtant ; je ne suis pas d'accord, que la souffrance ne soit qu'une construction du mental. Cela serait tellement plus simple. Combien de personne voudrait un lavage de cerveau ?
Le mental peut aussi alimenter la souffrance.
La souffrance existe, morale, physique et si douloureuse, si incompréhensible. Je ne parle pas simplement de la souffrance de la personne chèere qui est décédée, cette souffrance du manque. Mais de la souffrance que la vie fait vivre.
Après, il y a ce que j'appelle, le seuil de la souffrance? Pourquoi sommes-nous si différent face à la souffrance, la notre et celle des autres ?

Je ne dois pas être évoluée, je ne suis qu'une toute petite terrienne qui comme le dit l'esprit cherche à : « ...évoluer, cheminer, mieux comprendre, vivre les vraies valeurs et en connaître les différences. »
Je suis attachée à mes enfants, à mes proches, et pourtant je sais que mon âme un jour sera détachée de mon enveloppe physique.

« La vie c'est l'Amour, la mission de l'âme c'est de devenir tout Amour, car ainsi, elle retrouve son Essence Divine, rejoint Dieu pour s'y unir à jamais. »
L'Homme parfait n'existe pas, l'âme parfaite non plus, chacun avance à son rythme, ou n'avance pas ou piétine.

Pour moi, ce texte me met mal à l'aise, surtout en lisant « La seule mission qui vous échoie est celle de la rencontre avec l'Amour, le vrai, l'inconditionnel, s'étendant à tous vos frères connus et inconnus. »
C'est comme si je passais un examen devant un jury, et finalement échoue cet examen, puisque je n'aime pas tout le monde. Et que je pense que jamais je ne pourrai aimer tout le monde.


Et est-ce ici, en tant qu'incarnée, que mon âme (puisqu'elle se sert aujourd'hui de mon enveloppe corporelle), que mon âme sera tout Amour ou désincarnée ?
Et puis, je n'ai jamais encore discuté avec mon âme, ni elle vraiment d'ailleurs. Je ne sais pas ce que fait mon âme. Sûrement pleins de choses, sans mon esprit, avec mon esprit mais, pas assez évoluée pour l'entendre ou l'écouter.

Que fait-on des recalés ?

Louna




Les réponses à ce message

 Y-a-t-il des recalés ? par Micheline le 16.04.05 à 09h07
 Bonjour Claudia ! par Cherchant le 16.04.05 à 15h38

Plan du site · Recommander ce site
Tous droits de reproduction réservés (c) 2011
Tous les textes · Toutes les questions · Tous les avis · Toutes les lectures · 
spiritisme esprits spiritualite