En nous - Une trace de pas Une nuit, un homme fit un songe. Il rêva qu'il marchait En compagnie de Dieu, sur la rive. À chaque scène,

 

Infos pratiques


tl4
Retour au forum     Retour au message père     Retour au message père

Ce message est archivé, vous ne pouvez donc pas y répondre

En nous

Rédigé par Patricia
Posté le jeudi 12.02.04 à 09h33
Message n° 16392

Une trace de pas

Une nuit, un homme fit un songe.
Il rêva qu'il marchait
En compagnie de Dieu, sur la rive.
À chaque scène, il remarquait une
Double trace de pas dans le sable,
la sienne et celle de Dieu.

Quand la dernière image s'effaça, il repensa aux
Traces de pas et s'aperçut qu'à diverses reprises,
Le long du sentier, il n'y avait
Qu'une empreinte de pas dans le sable.

Il se rendit compte que cela correspondait aux
Moments les plus sombres de sa vie.

Il s'adresse à Dieu :
"Dieu, dit-il, tu m'avais dit que tu
M'accompagnerais tout le long de la route.
Mais je constate qu'aux heures
Les plus pénibles de ma vie,
Je ne puis voir qu'une seule
Série d'empreintes sur le sable.
Je ne comprends pas qu'au moment
Où j'avais le plus besoin de toi, tu m'aies délaissé. "

Dieu répondit : " Mon enfant, je t'aime et je ne saurais t'abandonner. Aux jours d'épreuves et de souffrances, quand tu ne vois qu'une seule
Trace de pas, c'est qu'alors je te portais. "

Margaret Fishback Powers

Cette histoire est issue des "textes de sagesse"... et en lisant ta révolte et ta souffrance j'ai tout de suite pensé à ce texte qui exprime si bien combien nous, êtres humains, devant notre propre souffrance, notre désespoir et notre révolte nous nous fermons la portes aux autres et à Dieu. La révolte est légitime pourtant lorsqu'elle celle-ci au lieu de permettre la réflexion, la prise de conscience de soi et de sa souffrance pour pouvoir la vivre nous emmène vers des contrées destructrices et remplies de rage envers les autres et Dieu lui-même qu'on accuse de nous avoir laissé tombé, la révolte n'est pas construction mais destruction de sa vie et de soi.
Alors crions, parlons, révoltons-nous, écrivons notre souffrance mais ne la retournons pas contre nous en devenant des êtres aigris, plein de rage et de colère envers nous et le monde entier.
C'est facile d'en vouloir aux autres et tellement difficile d'affronter sa propre souffrance et de l'accepter... ne pas se résilier à cela mais trouver la force de dépasser celle-ci.
Se poser des questions et trouver ses réponses :
Est-ce que la souffrance est plus forte que moi ou est-ce moi qui suis plus forte que la souffrance ?
Est-ce que je vis la souffrance comme une punition ou comme une situation qui me fera plus forte encore, plus expérimentée et plus sage ?
Comment je vois ma souffrance ?
Est-ce que cette souffrance je la vois comme une montagne infranchissable ou comme une montagne à franchir ?

Je n'ai pas de solutions, je ne peux pas comprendre complètement ta souffrance (c'est la tienne) et je ne connais pas non plus des recettes miracles... mais je crois du fond du coeur que tu as comme nous tous une force intérieure qui peut t'aider énormément si tu l'acceptes, si tu le veux et si tu t'ouvres à cette force.
Je crois au destin, en Dieu mais pas à l'homme aveugle qui ne se construit que par la société et non par lui-même, par le Dieu qui réside en lui.


"Dieu est en ton esprit comme en l'esprit de chaque être vivant. La somme des esprits font un Dieu vivant. Si tu le vois mort et lin c'est parce que tu es loin de toi et que tu laisses ton esprit mourir...
La vie de l'esprit est comme une flamme, il faut l'alimenter pour qu'elle puisse continuer à illuminer. Si tu comprends ta vie, si tu comprends ton esprit alors la souffrance de l'homme fera la force de l'esprit.
Tu n'es pas seule, tout le monde souffre, tout le monde pleure, tout le monde ris et tout le monde vit... comment ? La réponse est en l'esprit, l'esprit personnel et universel de chacun.

Une phrase dure mais instructive : souris à la mort et elle sera douce. Non, il n'y a pas de mort, c'est une image... une image de dépassement de soi, de ce soi humain, de ce corps passager vers l'esprit éternel.

Fais de ta rage, une rage de vivre... fais de la destruction la construction, fais de la souffrance un apprentissage. Tu détiens la force de changer le noir en blanc, le négatif en positif, crois et tu pourras.

Réfléchis bien sur ces mots... la révolte viendra d'abord parce que tu ne comprendras pas, puis doucement le chemin se fera et tu pourras saisir ce qui est pour toi.

Viens ma fille, viens à Dieu et intègres la force."

Sincèrement,
Patricia


Les réponses à ce message

 Pas de rage! par Nilll le 12.02.04 à 19h15
 Mauvaise interprétation... par Patricia le 12.02.04 à 20h11
 Tout par Nilll le 13.02.04 à 03h29

Plan du site · Recommander ce site
Tous droits de reproduction réservés (c) 2011
Tous les textes · Toutes les questions · Tous les avis · Toutes les lectures · 
spiritisme esprits spiritualite