Jugement pour discernement - Bonjour ! Setsuna, Tu as le droit « absolu » de penser ce que tu veux, et crois bien que je t'y encourage fortement. Cependant, tu dois bien

 

Infos pratiques


tl4
Retour au forum     Retour au message père     Retour au message père

Ce message est archivé, vous ne pouvez donc pas y répondre

Jugement pour discernement

Rédigé par Natan
Posté le lundi 09.02.04 à 01h53
Message n° 16318

Bonjour ! Setsuna,

Tu as le droit « absolu » de penser ce que tu veux, et crois bien que je t'y encourage fortement. Cependant, tu dois bien comprendre que je bénéficie moi aussi de ce même droit. Après tout, le texte que j'ai écris, et qui s'intitule « Libre arbitre & Niveau de Conscience » ne reflète qu'une infime partie de ma vision personnelle des choses, et en aucun cas je ne me permettrais de l'imposer à qui que ce soit. Mais, je dispose bien de la liberté de penser ce que je veux. C'est aussi cela, mon libre arbitre, et je souhaite ne pas « souffrir » d'un quelconque jugement là-dessus.

Tu mentionnes textuellement dans ton texte que : « Le libre arbitre fait appel à trop de notions différentes et complémentaires pour être défini précisément. » Alors, pourquoi donc qu'en début de ce même texte tu affirmes : « Le libre arbitre, ce que je définirai comme la possibilité de choisir librement, d'agir dans un sens précis... » Ne serait-ce pas là justement une tentative de le définir ? Personnellement, je n'ai aucunement vu dans mon texte de définition précise au sujet du libre arbitre. Je n'ai fait qu'établir différents scénarios qui peuvent entrer dans la prise de décision d'un individu hypothétique face à un choix possible.

Selon mon entendement, il est faux de prétendre que le libre arbitre est exempt des niveaux de conscience d'un individu. Lorsque j'utilise mon libre arbitre dans un contexte donné, j'ai pleinement la certitude de faire un choix parmi quelques propositions offertes. Ce même choix, que je privilégie à certains autres, est directement orienté en fonction de mon niveau de conscience du moment. Cela me paraît des plus élémentaire. Comment pourrait-il en être autrement ? Ne viens pas me dire que les choix que tu fais sont totalement étrangers à ton niveau de conscience.

Je ne crois pas comme toi à la destinée. Cela va, pour ma part, dans le sens diamétralement opposé à la notion de libre arbitre et de liberté. Comment « Dieu », un « Père » aimant (ou une « Mère » aimante, peut-il (elle) imposer cela à l'homme ? Je ne le fais même pas moi-même avec mes enfants. Je ne demande pas à mes enfants de se conformer à ma vision personnelle de la vie. Je les respecte en tant que personne capable de prendre leurs propres décisions. Selon moi, cette vision de « prendre par la main », de destin, n'est applicable qu'aux jeunes enfants. C'est pour cela que je perçois cette vision comme une attitude « enfantine » d'expliquer « Dieu ». N'oublie pas que « Dieu », c'est aussi toi, moi et tous les autres.

Ne crois-tu pas que tu as porté toi-même un jugement sur moi-même ? Et que tu m'as si facilement « classifié », et mal classifié d'ailleurs ? C'est quand même drôle de voir comment le mot jugement est perçu si péjorativement par plusieurs dans les forums de l'Alliance. En soit, le jugement n'est pas un mal à éviter à tout prix. Décidément, je m'aperçois qu'un mot donné n'a pas la même signification pour tout le monde. Chacun des choix que nous faisons provient d'un jugement que nous établissons, que l'on aime le mot ou non. Faire preuve de bon jugement dans l'élaboration de ses idées, n'est absolument pas synonyme de « condamnation » de quoi que ce soit. Pour moi, « jugement » et « choix » sont pratiquement synonymes si on le regarde sous le vocable de « discernement ».

Selon la définition du dictionnaire, le mot « jugement » a plusieurs sens possible :

Premier sens : Action de juger une affaire selon le droit. Le jugement d'un accusé. Résultat de cette action ; décision prise, sentence émise. Prononcer un jugement définitif.

Deuxième sens : Faculté de l'esprit qui permet de juger judicieusement. Jugement analytique. Avoir ou manquer de jugement.

Troisième sens : Opinion portée sur qqn ou qqch. Porter un jugement hâtif, exprimer son jugement.

Sans doute que tu n'attribues au mot jugement que le troisième sens mentionné ci-dessus. Alors que pour moi, dans mon texte, je n'exprimais que celui attribué dans le deuxième sens mentionné ci-dessus. Et si tu as bien lu mon texte, tu n'as pas pu passer à côté du fait que je n'ai cessé de mentionner que l'on ne doit pas juger autrui. Dans mon texte il est question de : « Vous aurez bien perçu que l'on ne peut juger le comportement d'autrui... », et de : « Comment juger négativement d'un comportement... », et aussi de : « Quelques choix qu'un individu puisse faire dans sa vie, il demeure toujours le meilleur choix possible... », et pour finir de : « Juger autrui est toujours très relatif... ».

Si dans l'un de mes énoncés j'ai employé le mot « condamnable » en parlant d'un agissement quelconque, c'était plutôt dans le sens de « regrettable » pour l'individu en question. Oui, là le mot « condamnable » n'avait pas son emploi juste, je te l'accorde. Je m'en condamne !

Bien sûr que j'ai le droit de parler de régression, surtout en ce qui concerne mes propres personnages fictifs. Un alcoolique, un drogué ou un parieur compulsif, lorsqu'après 10 ans d'abstinence, s'il retombe dans le même vice qu'auparavant, peut-on dire qu'il a régressé ?

Lorsque tu termines ton message avec ces propos-ci : « Le libre arbitre est quelque chose de personnel qui ne souffre d'aucun jugement. », cela me désole que tu juxtaposes ainsi deux éléments dans cette phrase. Le libre arbitre est quelque chose de personnel ; oui, et j'en suis personnellement convaincu. D'ailleurs, je n'ai jamais mentionné ou laisser entendre qu'il ne le fût pas. Le libre arbitre ne souffre d'aucun jugement ; non, et je n'ai jamais formulé de propos dans le sens contraire. Mais, c'est bien toi qui juxtaposes les mots « souffre » et « jugement ». Tout simplement parce que le mot jugement fait appel à un sens très péjoratif pour toi-même. Tu l'accompagnes du verbe « souffrir ». Cela dénote bien que tu choisis d'établir une connotation négative au mot jugement. Personnellement, j'aurais eu tendance à formuler cette phrase plutôt comme suit, sans toutefois avoir l'intention de lui accoler une quelconque définition : « Le libre arbitre est quelque chose de personnel qui est stimulé par la capacité qu'un individu a de faire ses propres jugements dans les décisions qu'il doit prendre envers lui-même ». Tout au long de mon texte, il n'a été question que de l'attitude d'un individu envers lui-même, et non envers les autres.

À la prochaine Setsuna. Ce fut un plaisir de communiquer avec toi.

Avec toute mon humble humilité !

Fraternellement,
Natan 3


Les réponses à ce message

 Jugement personnel & liberté par Setsuna le 16.03.04 à 11h41

Plan du site · Recommander ce site
Tous droits de reproduction réservés (c) 2011
Tous les textes · Toutes les questions · Tous les avis · Toutes les lectures · 
spiritisme esprits spiritualite