"La vie sur terre..." - Sur la terre le soleil se leva, le crépuscule laissa place au petit matin et la lumière peu à peu inonda toutes les moindres parcelles de terre et

 
tl4
Retour au forum

Ce message est archivé, vous ne pouvez donc pas y répondre

"La vie sur terre..."

Rédigé par Reine-nathalie
Posté le dimanche 11.01.04 à 20h31
Message n° 15471

"Sur la terre le soleil se leva, le crépuscule laissa place au petit matin et la lumière peu à peu inonda toutes les moindres parcelles de terre et de vie. Ce jour-là, nous nous levâmes très tôt et partîmes travailler. Nous travaillons dur sur le champ, mais c'était un travail que je ne laisserais pour rien au monde, car j'y vivais la nature dans son état le plus pur. Je vivais avec elle, selon ses envies, ses saisons et ses caprices, elle a toujours été généreuse envers moi et je n'ai pas à me plaindre de ma vie. J'ai toujours eu de quoi manger et vivre sans trop me préoccuper.
Les personnes du village m'enviaient parce que je ne vivais pas comme eux autour de l'argent ou d'une manière d'en gagner plus. Je me contentais de ce que je recevais et cela suffisait bien pour me rendre heureux. Ma femme et mes enfants étaient à mes côtés, le bonheur était chez moi. Tout se déroulait bien jusqu'au jour où mes voisins commencèrent à me chercher des problèmes, car ils estimaient que je devais avoir un meilleur bout de terre que le leur...
La nature est comme elle est, avec ses cycles, ses périodes moins bonnes et plus fructueuses et aussi son temps instable, mais parfois productif. Je prenais la nature comme elle venait, j'essayais de suivre et non pas de contrôler ou prendre cette terre comme mienne. Elle n'est pas mienne, elle ne m'appartient pas. La terre est mère de tous les hommes et non leur esclave bien qu'elle soit généreuse et infiniment patiente, elle a aussi ses limites. Je la respectais comme elle était sans vouloir la changer pour moi puisque je n'étais qu'un petit paysan qui essayait de produire assez pour manger et de quoi faire vivre mes enfants et ma femme, rien de plus...
Les voisins devinrent de plus en plus agressifs envers moi. Ils jugèrent que je me devais de le leur donner ma terre. Je devais la diviser entre eux et moi, sinon ils mourraient de faim. Je ne pouvais faire quoique ce soit contre eux donc j'ai du diviser ma terre qui ne m'appartenait pas et la leur ai donné. Je m'installais sur une autre partie de terre plus loin. Malgré ma bonne volonté en divisant la terre avec laquelle je vivais depuis si longtemps, ils ne se montrèrent pas satisfait pour autant, car leur récolte fut encore plus pauvre que celle des années précédentes. Moi j'ai eu de quoi manger, grâce à mon travail double pour planter, semer et récolter les fruits que cette terre a bien voulu m'offrir...
Un jour les voisins fous furieux de voir que la terre divisée n'apportaient pas plus que celle qu'ils avaient eu auparavant se retournèrent une fois de plus contre moi. Ils me disaient sorcier, car j'avais toujours de quoi manger et vivre et eux ne recevaient rien de leur terre. J'ai cherché à leur expliquer ma relation avec la terre. Ils n'ont pas compris et ils ont encore eu plus de rage contre moi et ma famille. Ils voulaient nous chasser de l'endroit où on était né, où l'on vivait depuis des années et où mes enfants ont vu le jour. Je comprenais qu'ils ne supportaient pas ma vie paisible et tranquille auprès de la leur en désordre par leurs fautes et erreurs...
J'ai pourtant essayé de leur dire que je n'avais rien de plus qu'eux, que j'étais un homme comme eux et que je n'avais aucun pouvoir ou don. Que devais-je faire ? Ma vie est devenue l'enfer qu'ils vivaient et me faisaient subir, puisque ma souffrance apaisait la leur. Je m'adressais à la terre et lui demanda de m'apporter conseil. Je m'adressais à Dieu en lui implorant un signe de sa part qui me montre la voie à suivre. Le temps passait et la misère s'installa dans ma vie et dans ma maison quoique je fasse, quoique je dise, ils seront contre moi et retrouveront un moyen de ma faire souffrir autant qu'eux. Devant cette situation mon unique secours était le travail dans cette nature qui faisait partie de moi, mais je la sentais elle aussi plus triste et moins lumineuse.
Un jour croulant sous le poids du travail et de la douleur en mon coeur envers autant d'injustice envers moi et les miens alors que nous n'avions rien fait, je me mis à genoux sur la terre et je demandais à Dieu d'épargner ma famille et de m'emmener pour faire taire à tout jamais ce peuple qui vivait dans la rage et la haine envers moi. Une voix me dit : « Lèves-toi, ton temps n'est pas achevé et ta vie continue malgré tout. Tu es là pour montrer et enseigner à l'humain que seul dans l'amour, la paix et le respect entre vous, envers votre mère et votre père en toute foi et confiance se trouve le chemin vers le bonheur sur terre... Dis-leur que sitôt leur vie sur la terre finie, celle-ci reprendra ce qui lui appartient : votre corps. Vous n'êtes rien, au bout du chemin le corps sera mangé par la terre et vous ne serez rien de plus que ce que vous aurez construit avec amour sur terre et avec la terre »...
Un vent se leva, un vent qui devenait une tempête, qui secouait la nature et qui détruisait tout sur son passage. Ma maison fut détruite, les récoltes inondées, des vies perdues, le malheur et la misère s'abattit sur nous. Tous perdirent un être cher de leur famille, la mienne fut épargnée mais la douleur était telle que personne ne manifesta aucune réaction ou sentiment envers cette injustice envers eux. Et je transmis le message que j'ai reçu, à la fin de ma communication, un rayon de soleil se faufila entre les nuages gris, le soleil fit briller une petite fleur qui survécu à la tempête, à l'inondation, au malheur et à l'insouciance de l'homme. Dieu dans son infinie bonté et la terre de par sa générosité nous montrait le chemin, celui de la beauté de la nature si pure...
Ainsi tous ensemble nous dûmes nous unir pour construire de nouvelles maisons, un nouveau village et organiser à nouveau la vie ici. Mais cette fois nous avons tous compris la leçon...Je ne pouvais vivre hors du reste du monde qui faisait aussi partie intégrante de moi et ils ne pouvaient plus vivre comme auparavant. Ensemble nous apprîmes à vivre et la lumière revint plus belle et plus pure encore sur nos vies et sur terre. Ma mission fut pour toujours d'aider et transmettre aux autres les messages du ciel...
La vie sur terre doit être une expérience enrichissante et bénéfique pour votre esprit et non pas une expérience inutile et vide de sens. Cherchez le sens à vos vies et vous trouverez la voie à suivre. Dieu vous donnera aussi un signal. Alors vous serez sur le bon chemin et même celui qui se croit être différent et qui se maintient à distance des autres, doit comprendre que ce n'est qu'à travers eux, les hommes, qu'il pourra évoluer, leur évolution est aussi la sienne, tout est lié. Le monde ne tourne pas autour d'un être. ..
Celui qui est dans la misère sans comprendre est une partie de vous et vous êtes aussi coupable que lui, si vous le voyez et n'essayez pas de lui apporter votre aide et votre soutien. Ne pensez pas qu'à vous, car il n'y aura jamais que vous, tout est lié, vous êtes tous liés, nous sommes tous liées les uns aux autres. Notre lien est l'amour et la foi... »


Extrait d'Eveil, de Patricia. p56.

Partage.

Reine-Nathalie. 3


Les réponses à ce message

 Merci Reine-Nathalie! par Janicelebois le 12.01.04 à 01h13
 A Patricia! par Janicelebois le 12.01.04 à 09h57
 Merci Nath par Mireille le 12.01.04 à 12h40

Plan du site · Recommander ce site
Tous droits de reproduction réservés (c) 2011
Tous les textes · Toutes les questions · Tous les avis · Toutes les lectures · 
spiritisme esprits spiritualite