Les idées solidaires, - Des actes communautaires, associatifs, légaux... mais, Elles peuvent aussi, être des actes individuels, isolés et solitaires, en apparences simples et désuets. Alors oui bien sur, il y en

 

Infos pratiques


tl4
Retour au forum     Retour au message père     Retour au message père

Ce message est archivé, vous ne pouvez donc pas y répondre

Les idées solidaires,

Rédigé par Tricia
Posté le samedi 19.11.05 à 22h46
Message n° 28253

Des actes communautaires, associatifs, légaux...
mais,
Elles peuvent aussi, être des actes individuels, isolés et solitaires, en apparences simples et désuets.
Alors oui bien sur, il y en a pour tous.
Chacun d'entre nous devrait pouvoir apporter sa pierre à l'édifice. Il y a des combats qui nous concernent tous, et qu'aucun ne devrait pouvoir totalement détourner.
Il n'est effectivement pas nécessaire d'aller à l'autre bout de la planète, parfois ni même de sa propre maison.

Chacun d'entre nous peut n'avoir que très peu de choses à faire pour apporter à l'ensemble de l'humanité. Il est vrai que l'on se plait à dire, à croire, que les grandes idées font les grands hommes, induisant ainsi que rien ne peut-être ; sans grandeur.
Nous percevons si souvent l'entraide comme actes à dimension médiatiques, nous pensons millions, nous pensons nombre. Nous pensons qu'il est nécessaire de s'associer pour être efficaces. Bien sur que c'est mieux de s'unir mais puisque nous n'y arrivons pas.

Est-ce vraiment le nombre, la quantité qui fait la différence.
Ce ne serait certainement pas l'avis d'un grand cuisinier.
Un soupçon,
une pointe, de safran de tolérance,
de cannelle d'écoute,
de coriandre de coeur,
de menthe d'amour.
Pour le cuisinier de talent, le tout petit est le plus grand,
le plus savoureux est le mieux dosé, et ne se laisse que simplement percevoir.

L'alliance est un vecteur qui je crois souhaite véhiculer ces vérités. Celle du cuisinier, celle de la recette, celle de l'équilibre du goût des saveurs.
Pour notre plaisir ; et qu'est ce qui réchauffe mieux le coeur? que le plaisir offert, partagé, donné et pris pour soi aussi.
Pourquoi ce que nous aimons tous ; aurez tord.
Pourquoi la saveur du palet, du goût, aurez tord. D'autant plus que comme les idées solidaires les goût les saveurs sont multiples mais ce font l'échos du même plaisir et de la même satisfaction. La satiété.

La solidarité à me semble t'il la même saveur celle de donner la satiété à nos coeurs.

Il est si simple de faire un pas.
Patricia nous a déjà rappeler de simples exemples de simples gestes.
Et pour ceux que les dons anonymes ne garde plus la confiance il reste tous les actes simples de proximités à effets immédiats.

Donner une vieille couverture à un SDF, ne pas s' offusquer de ce merci que nous n'aurons pas. Comprenons simplement que nous nous sommes souvent éloignés d'eux. Humblement lui remettre sans lui faire l'aumône simplement parce que l'on veut l'aider à avoir ce que nous devrions tous posséder au moins en France un peu de chaleur.
Ne pas voir dans ce visage bouffis par l'alcool le froid, ne pas y voir la déchéance et la pitié mais une âme une simple âme en mal de la vie. Et si souvent en mal de nous, ses concitoyens.

N'ayons pas honte de se baisser pour parler à un homme, une femme parce qu'elle est à la rue et ne ressemble pas à notre vue de ce que doit être un homme.

Apporter la baguette à ce vieillard isolés que le froid enferme chez lui et dans sa solitudes.

Ramener les médicaments d'un malade que le froid et le lit laisse à la merci de tout et encore plus de maux.

S'intéresser à un enfant que l'on voit régulièrement errer dans la rue, lui lire une histoire, un conte, l'aider à percevoir la vie.

Nos imaginations sont fertiles. Mais imaginons simplement que chacun d'entre nous, soit environs 20 millions de foyers faire un geste.
L'exponentiel de la satiété de nos coeurs peut-être amènera une lumière dans l'esprit collectif de l'humanité.

Je partage cette idée avec vous, simplement parce que pas très bien depuis quelques temps, je me suis renfermée sur moi et cette après midi après avoir passer quelques temps avec une personne sans rien, je suis revenue le coeur apaisé. Consciente de la grande importance que j'ai pu porter à mon ego qui se disait fatigué. J'étais simplement en mal de coeur.

Bien à vous tous.










Les réponses à ce message

 Du "pain " sur la planche en perspective par Jean-louis le 20.11.05 à 16h18

Plan du site · Recommander ce site
Tous droits de reproduction réservés (c) 2011
Tous les textes · Toutes les questions · Tous les avis · Toutes les lectures · 
spiritisme esprits spiritualite