Les joies de la communication spirite... :) Long - Bonsoir, Je débutais ce soir la rédaction de mon papier sur l'ego (ce que Patricia à demandé sur un sujet). Je fesais se que j'appel de l'écriture intuitive

 
tl4
Retour au forum

Ce message est archivé, vous ne pouvez donc pas y répondre

Les joies de la communication spirite... :) Long

Rédigé par Alain-
Posté le vendredi 16.04.04 à 00h24
Message n° 17532

Bonsoir,

Je débutais ce soir la rédaction de mon papier sur l'ego (ce que Patricia à demandé sur un sujet). Je fesais se que j'appel de l'écriture intuitive (l'écoute des mots spirite dans ma tête) et juste après avoir écris un paragraphe, un esprit m'intérrompt. Je vous laisse lire. Vers la fin, il m'offre la possibilité de poser des questions. Je ne les ai pas retranscrit, car dans ma tête, mais vous les devinerez.

Je partage ce texte, comme expérience spirite intéressante, venant agrémenté les joies de la communication spirite.

*********
L'ego

L'emphase est souvent mise sur le fait que notre ego est la réalité de notre être, un second nous agissant contre nature et servant de bouc émissaire aux maux de l'univers. La réalité est-elle que nous sommes double en nous-même ou est-elle que notre personne se justifie dans la facilité d'un défaut qui, comme les autres, porte ces racines dans notre manque de travail sérieux sur soi et sur les autres? Je vous pose cette question et ainsi, l'introduction de ce papier servira à montrer que l'Ego malgré ce que nous croyons tous n'est pas une facette second de l'homme mais il est l'homme à part entière. Parfois utile, souvent maladif et rarement charitable. L'ego de l'homme est le miroir de son propre cheminement intérieur. Ainsi, l'homme égoïste sera coté comme un homme impropre au travail. Voilà une notion spéciale non? Etiqueter les gens, vous aimez cela n'est-ce pas. Mettre un nom sur tout, mais encore là, je vous pose la question est-ce que l'étiquette sert l'usage que vous en faite ou bien celui qui la donne ? Se comparer est bien mais pour quelle raison si ce n'est que pour se rapproché de soi l'image de l'autre et de dire qu'il est mieux ou moins et ainsi subjuguer notre ego en vanité, s'approprié l'image de l'autre. Les racines de ce petit mot de trois lettres sont si longues et profondes que nous risquons de nous enfoncé à jamais dans l'être humain et d'en sortir les vagues les plus mauvaises et les espoirs les plus beaux. J'espère ne pas faire peur car le but n'est pas de craindre mais de comprendre. De démasqué et surtout de remarquer comment, parfois l'homme agit et s'égoïste lui-même en ne prenant pas pour acquis que son second regard est lui-même tordu par le défaut qu'est l'ego.

Je vis sur le bord de la rivière pour entendre les oiseaux se nourrirent, se rafraîchirent et se désaltérer de l'eau qui coule doucement sur le bord de ma maison. J'y habite depuis un siècle maintenant et j'en suis à la forme d'esprit maintenant aussi. Je hisse tous les matins les mêmes marches et les mêmes corridors parfois rencontrant les occupants de ma demeure. Je les laisse vivre en paix, je sais que je ne suis plus vivant et je sais que parfois, ma perception de ces êtres qui vit sont incompréhensifs pour moi et ainsi, pour ne pas faire un malheur de mon incompréhension, je ne m'attire pas parmi eux. Je regarde par la fenêtre de ma chambre les arbres pousser et les chemins se construirent. Maintenant beaucoup de gens vivent ici et malgré que la campagne reste la campagne même maintenant, je sais qu'un jour la ville rattrapera. J'ai peur de perdre ma maison dans laquelle je, vis, même si je sais que je suis seul à y être. Ma maison est mon lieu et je ne résiste à aucune pression pour rester ici, j'y suis de plein grès. J'y ai vécu malgré les horreurs de la guerre et j'y suis mort dans cette même chambre qui maintenant abrite les rêves de la jeune marie-êve. Je vois ces rêves et ces désirs la nuit, je m'interroge sur la nature de l'homme et je vois que malgré le siècle qui passe peut change. Elle est jeune et son siècle débute, le mien est mort. Je me surprend parfois à débiter les rêves de cette jeune enfant la nuit, un peu surprenant de pouvoir faire ainsi et c'est là une des raison pourquoi j'aime la présence d'homme et de femme dans ma demeure. Je sais que vous qui me lisez croyez en l'esprit et je vous demande de ne pas croire que ces maisons vieilles qui sont hanté le sont tous par des esprits malades de pouvoir et d'incompréhension. J'ai les défauts de l'âme oui car je désire voir ici et non là où dieu m'appel et cela un jour je le regretterai j'en suis certain mais sachez aussi que j'écoute l'âme des occupants de ma demeure et je protège leur intimité. Je vois l'esprit moi et les visiteurs sont nombreux. Amis décédés, être uniforme venant vers eux pour nuire parfois, je m'empresse de les chasser. Comment ? De la même manière que vous et de mon vivant, je leur barre le chemin et d'un ton autoritaire puisque chez moi et univers me donne la force, je les retire de chez moi. Ainsi, oui je suis ici dans ma demeure avec ces hommes pour vivre ma vie d'esprit et espionner, non je n'aime pas ce mot. Surveiller l'apprentissage de l'homme et l'observation de la vie. J'aime m'abreuver du réconfort qu'offre ma chambre et ma fenêtre. Je regarde la rivière et le printemps, chaque année amène le lot de surprise. Cette semaine, un arbre a poussé juste devant ma maison. Une petite pousse qui a été immédiatement protégé par le propriété, Pierre Michael, je le remercie d'ailleurs. Je crois qu'il s'agit d'un orme d'amérique. Mon possesseur est un américain d'origine et je sais qu'il a semé. Je suis fière d'être dans sa maison. Voici le moment de justifier mon intrusion dans le texte que l'auteur recevait sur l'ego et je désire introduire mon expérience face à l'agissement de l'homme car étant observateur, je désire être témoin de l'homme en ce texte ainsi, je serai le récipient d'expérience si vous me laissez agir. Surprenant vous pensez ? (moi, alain, j'ai pensez cela) Non pas si surprenant car vous n'êtes pas le seul à s'intéresser à ce sujet et ainsi, vous m'avez fait venir par votre souvenir et votre amitié. Je raconte alors la vie d'un esprit dans une maison qui est la sienne depuis longtemps, oui votre curiosité sera assouvit, je vous raconterai pourquoi j'y reste mais désirez-vous savoir le pourquoi d'abord de mon intervention (oui), alors écoutez svp. Je disais donc que ma venue est celle d'un esprit venant pour servir l'homme qui écrit en étant le témoin de l'imaginaire humain et l'écoute attentive et surtout observateur entant qu'esprit de l'univers qu'est celui de ma maison. J'ai vu et j'ai vécu ainsi, je vous servirai de point d'appuie pour votre histoire, votre papier comme vous dites. Je vous servirai de ressort à l'inquiétude de pouvoir servir simplement sans se servir oui.

Ainsi, vous m'interroger sur mon origine d'abord ? Allez. Je me nomme Pierre Micheal. Oui en effet, je me suis trompé, plus haut je me suis mis comme propriétaire ainsi, vous voyez que ma vision de la réalité humaine est faussé, je m'en excuse mais malgré tout le lien est là, je suis après tout le propriétaire. Le nom de celui qui habite ici n'a peut d'importance pour moi et l'identité restera un mystère. Son origine est bonne malgré tout. Je disais donc être d'une homme vieux qui vécu longtemps entre ces mur de cette petite maison de campagne dans la France que vous appelez Bretagne et suiffe. Je ne suis pas celui qui vous localisera la place mais suivez l'indication de la rivière simple et vous saurez que l'arbre en forme de fourche et le petit peuplier est le moulin qui abrite ma femme jadis vivante aussi. Ainsi, assez de détails. Je suis d'origine divine, comme vous, et cela est l'important car je suis conscient de mon esprit et je l'étais aussi de mon vivant. Là, avez-vous d'autre question. Pourquoi croyez-vous ? J'aime la terre et mon milieu est ici. Je reste pour vivre avec l'homme et comprendre plus de chose. Non, je ne crois pas que je pourrais apprendre plus dans la forme vivante (incarné) et cela est peut être faux pour vous mais je vous demande de respecter mon choix, là est mon unique défaut d'esprit. Je demande le respect en tout temps. Bien sure, j'aime la vie et ainsi je ne crains pas le désire de la douleurs mais le chemin que je me promet pour le moment est encore un siècle d'écoute. Est-ce long? Non, je vois et je vis, ne croyez-vous pas que l'esprit comme l'homme voit le temps passée ? Oui, le temps. Bon assez. Continuons. Question?
Alors je dirai simplement en finissant pour le moment que je suis celui qui viendra vous portez mot d'encouragement lorsque votre souvenir servira la cause de l'ego et je vous rappelez qu'elle est l'importance de l'écoute de l'autre afin de diriger votre texte dans le sens qu'il doit être écrit soit sérieusement et promptement. Je retourne à ma demeure, que je n'ai pas quitté, ainsi bonne nuit cher ami et amie.


**************


Les réponses à ce message

 Esprits par Mireille le 16.04.04 à 08h30
 Témoignage... par Reine-nathalie le 16.04.04 à 13h37
 C'est cà ! par Pingcpong le 19.04.04 à 14h48

Plan du site · Recommander ce site
Tous droits de reproduction réservés (c) 2011
Tous les textes · Toutes les questions · Tous les avis · Toutes les lectures · 
spiritisme esprits spiritualite