Les Sans Domiciles Fixes - Depuis plus d'un an et demi, je fais partie du Samu Social et donc, je vais à la rencontre de ces Sans Domiciles Fixes, la nuit. Mon réel objectif

 
tl4
Retour au forum     Retour au message père     Retour au message père

Ce message est archivé, vous ne pouvez donc pas y répondre

Les Sans Domiciles Fixes

Rédigé par Lounawitch
Posté le jeudi 24.02.05 à 16h59
Message n° 23059

Depuis plus d'un an et demi, je fais partie du Samu Social et donc, je vais à la rencontre de ces Sans Domiciles Fixes, la nuit.
Mon réel objectif était de les aider par le magnétisme, les soigner. Mais, dans la rue, sur un trottoir c'est impossible.

Bien sûr que c'est révoltant de les voir dormir dans la rue, mendier quelques pièces pour manger et boire, avoir froids...
Beaucoup ne veulent pas ou ne peuvent plus s'en sortir. Trop de temps dans la rue, fait qu'ils ne peuvent plus se réinsérer. Trop de problèmes psychologiques, pour certains graves, trop d'alcolisme.

Et, lorsque certains ont la volonté de s'en sortir, ils se retrouvent seuls, dans un appartement, et bien souvent ils replongent, parce qu'ils leurs manquent leurs copains, pour parler. Les structures sociales se mettent en place, mais par manque de ???il n'y a pas de suivi.
Si ils font une cure de désintoxication, ils s'ont remis dans la rue, et replongent après un temps X.
Je n'ai pas honte de vivre normalement, même si bien sûr il y a des moments durs que nous vivons avec eux.
La passivité s'arrête, avec un sourire, un échange de paroles. Pour eux c'est un cadeau.
Souvent des personnes nous appellent pour intervenir (par le biais du 115), et souvent, cette personne n'a pas adressé la parole à ce SDF. Par honte, par culpabilité, parce qu'il est ivre ou qu'il pue ?
J'ai appris à ne pas juger leur bouteille. Compagne pour oublier leur solitude, leur honte, leur pauvre vie.

La bascule dans la rue, peut se faire très vite et pour tout le monde.
Nous passons des moments très durs, mais rions avec eux, plaisantons, tentons de les aider, de les remettre dans les rails de la société. Les engueulons, nous engueulent, vertement parfois.
Nous les consolons aussi.
Ils nous font confiance, nous devons les apprivoiser.

Nous les écoutons en leur offrant un café, une couverture. Souvent ils vivent dans leur monde. Je pense souvent qu'une certaine "folie", leur fait oublier ce qu'ils sont devenus.

La rue casse, détruit, mais en les regardant droit dans les yeux et en les considérants, c'est aussi leur redonner un peu de fierté perdue sur les trottoirs.
Souvent, j'en rencontre et je n'ai pas de honte à m'arrêter pour leur parler, ils nous reconnaissent.
Il y a 15 jours, alors que je discutais avec deux Sans Domiciles Fixes (hors SAMU Social), l'un m'a dit, attention à ton sac il est ouvert, et il m'a fermé la fermeture éclair. Je l'ai remercié.
Mais, malheureusement, trop peu s'en sortent, l'alcool, leurs énormes problèmes psychologiques.


Réchauffer leur coeur avec un sourire et une parole en les regardant dans les yeux, c'est le plus beau cadeau. C'est les avoir considérés comme "normaux".


Ma médiumnité me sert souvent.
Cela un jour a permis de sauver une jeune femme du suicide. Alors que rien ne permettait de le voir.
Personne ne comprenait mon insistance à la faire hospitaliser alors qu'elle n'avait rien. Il a fallut que je discute avec l'équipe, sans pouvoir dire pourquoi je savais qu'elle allait se suicider.

Claudia


Samu Social, 115, Croix Rouge, Mutualité Française, Compagnon d'Emmaûs, Armée du Salut, Secours Catholique et bien d'autres associations, ont besoin de volontaires.


Les réponses à ce message

 Chapeau Louna par Capella le 24.02.05 à 17h21

Plan du site · Recommander ce site
Tous droits de reproduction réservés (c) 2011
Tous les textes · Toutes les questions · Tous les avis · Toutes les lectures · 
spiritisme esprits spiritualite