Lumière, aura et chakras - *** Lumière, aura et chakras *** bonsoir à tous, j'ai hésité à mettre ce poste en nouveau message, en ce qu'il répond à celui sur à

 

Infos pratiques


tl4
Retour au forum

Ce message est archivé, vous ne pouvez donc pas y répondre

Lumière, aura et chakras

Rédigé par Eiffel
Posté le samedi 21.04.07 à 00h49
Message n° 32413

*** Lumière, aura et chakras ***

bonsoir à tous,

j'ai hésité à mettre ce poste en nouveau message, en ce qu'il répond à celui sur "à quoi servent les chakras", mais, finalement, la portée est un peu plus grande que cette seule question, donc je le met en nouveau sujet. Mais il reste évidemment très fortement connecté à la symbolique des couleurs dont il fut question dans les derniers échanges.

A la relecture je me suis apperçu que j'avais été encore plus bavard qu'à l'accoutumée, alors j'ai séparé un peu l'ensemble sous vague forme de chapitres en y insérrant des titres. Comme ça vous pourrez sauter de l'un à l'autre si seuls certains passages vous interressaient plus que d'autres :-))

==>> des auras partout, de près ou de loin

tout d'abord, je voulais insister sur une notion que l'on oublie parfois un peu vite, à savoir que la notion d'aura n'est pas spécifique à une personne. Les animaux ont des auras, les plantes ont des auras, les lieux ont des auras, les villes, les pays, la Terre elle-même... Et probablement encore plus loin, mais là ça me dépasse, donc je n'irais pas.
Ainsi, si vous êtes dans un lieu sinistre, par exemple un coin de massacre récurant dans le passé, alors il flotte dans l'air une aura malsaine, sombre, sinistre. De même, si vous vous promenez dans certains lieux chamaniques, l'ambiance y est chaude, sereine.

Certaines plantent ou herbes ont aussi la possibilité de mémoriser des choses terribles, à tel point que les randonneurs à cheval savent qu'il y a des endroits où il ne faut pas passer, les chevaux et leur sensibilité ne les supportant pas et devenant parfois incontrolables. Soit disant "sans raison" :-))

Ainsi, si on regade en défocalisation des personnes, on leur verra des auréoles colorées distinctes. De même, si on regardait depuis un avion Paris et Lyon, on leur verrait des teintes bien différentes, bien plus "paisibles" à Lyon, et bien plus "stressé, fatigué et préssurisé" à Paris. Par contre, lorsque je suis à Paris, je baigne "dedans". C'est comme quand vous portez des lunettes colorées : très rapidement on ne s'en rend plus compte, c'est seulement au moment où on les met ou enlève qu'on voit la différence. Il en est même pour un champ aurique très étendu.

Cette propriété fait donc que, moi, à Paris, tout ce que je vois est un mélange des auras des gens et de cette aura ambiante. Ce que je vois est donc faussé, ou plus exactement est un hybride entre le contenant et le contenu, donc pas uniquement l'aura de la personne.

A cela il faut aussi rajouter un autre champ perturbatif que les sociologues connaissent bien : sa propre présence. Car, oui, mes yeux voient une image qui traversent mon propre champ aurique, qui, comme celui de ma ville, participe au résultat finalement perçu. D'ailleurs, c'est bien simple, les rares fois où je suis démoralisé, je ne croise que des "gros cons" dans la rue. Et non les autres jours... C'est bien que cela vient de moi, d'une manière ou d'une autre.

==>> couleur et taux de consistance

Si je m'interresse à une personne, elle a un corps tangible, matériel, qui fait unanimité pour sensiblement tout le monde. Ce corps est donc considéré comme "objectif". Si nous pouvions nous voir avec des yeux de chats ou de dauphin, peut-être nous appercevrions-nous que cette objectivité apparente n'est qu'une forme de subjectivité commune à tous les humains du moment, et uniquement cela... Qui sait ?

Or donc, la toute première couche aurique correspond à ce principe : ce qui est matériel. Les fréquences, quantiquement parlant, sont celles qui correspondent aux particules de matière de notre corps.

La suivante, elle, est liée à l'énergie, et donc au mouvement. Le mouvement n'est pas constitué de matière, il est une couche "au-dessus", il est une fluctutation de la matière dans le temps. Le mouvement est "presque" matériel, la couche aurique est donc très proche de la première. Cette couche incorpore l'énergie vitale, alias la vie c'est le mouvement (de vie = anima = qui bouge tout seul). La vie est donc ce mouvement qui s'auto-reproduit lui-même ad vitam.

Puis les couches se succédent, toujours plus subtiles et éthérées, mais toujours connectant la couche du dessus et celle de dessous. De fait, on les dessine comme des couches qui ont des tailles croissantes, mais la réalité est un peu différente. La troisième couche n'est pas plus grande que la seconde, elle est plus floue, plus imprécise, plus vaporeuse. Si on la regarde dans une vision géométrique, elle parait alors plus large et moins dense. Et surtout plus difficile à percevoir.

Les couches intermédiaires, comme amour et harmonie, pour leur part, sont encore en partie géographique, mais en partie seulement. Ainsi, mon aura-amour sera un peu autour de mon corps, mais aussi un fil très ténu et une grosse boule à l'intérieur du coeur de ma bien-aimée, et aussi un autre fil ténu se terminant sur une autre grosse boule dans le coeur de ma maman, etc... Ainsi, le lien n'est plus uniquement géographique, il est le lien affectif en soi, et ceci indépendament de la distance.

Mais lorsque l'on atteint les dernières couches, on retrouve la définition du monde par Pascal : une sphère infinie dont le centre est partout. En effet, la dernière couche aurique n'est plus du tout géométriquement située, elle est purement symbolique. Donc tout se passe "comme si" elle était de densité nulle et répartie dans l'univers tout entier. Par exemple la conscience que le nombre 2 existe est partout la même, indépendament de moi, et c'est pourtant un morceau de mon aura, puisque la notion de ce nombre m'est accessible.

la notion d'aura est donc plus une connexion progressive à une autre structure, celle de l'esprit pur, et non pas un système physique attaché au corps, contrairement aux chakras.

==>> les chakras

dans la dynamique fondamentales Yin et Yang, la lumière peut être vue comme un déplacement en soi, Yang, ou comme une entité, Yin. Dans le premier cas elle est externe (Yang), donc se manifeste à l'extérieur du corps, en l'enveloppant. Dans le second cas, par contre, il s'agit d'une lumière qui se trouve "en dedans", ce qui est plus difficile à s'imaginer. La circulation du Ch'i, comme en Qi-Gong, en donne une représentation pertinante. D'aucuns affirment même que c'est la même chose, ce qui n'est pas mon avis, mais bon. En tout cas c'est fortement lié.

Les chakras sont alors comme des cheminées de ventilations qui effectuent ce travail de circulation des "énergies internes", cette lumière colorée, entre le dedans de "notre être" et l'extérieur. Un peu comme la ventilation dans la voiture, qui ahère l'air intérieur par échange régulé avec l'extérieur. On peut aussi prendre l'exemple d'un avion de ligne : il échange aussi avec l'air environnant, sinon après des heures les passagers seraient tous morts de manque d'oxygène, mais il le fait en effectuant la transition thermique (-50 degrés de dehors, ça ferait froid...) et bien sûr de pression. Les chakras ont exactement cette même fonction, et pour des raisons similaires. Du reste, des chakras abimés induisent un problèmes importants de régulations avec tout ce que cela peut entrainer. Et réparer des chakras est difficile car ils sont "multiplans", puisque reposant sur au moins deux niveaux distincts de matérialité.

Par contre, on voit bien en quoi chakras et couches auriques sont inextricablements liés, comme le fond et la forme, tout en étant des choses aussi radicalement différenciées que le Yin et le Yang.

==>> la couleur comme indice de niveau

tout comme l'air que l'on respire est plus ou moins chaud ou froid, sec ou humide, sens la rose ou le camembert, et j'en passe, toute "lumière" voit son spectre de couleurs, qui ont toute un sens précis. De fait, les chakras sont associées aux dites couleurs, mais ce qui circulent en eux est le plus souvent multicoloré. En fait, c'est comme si les couleurs étaient des lettres et qu'elles formaient en s'assemblant des mots.

la couleur, on le sait en science, est une intensité vibratoire, une fréquence. Si un être devient de plus en plus spirituel (ce qui est l'un des buts de l'incarnation), alors son taux vibratoire augmente. De fait, les fréquences sont plus élevées, et la matière qui constitue le corps est donc davantage remplie d'énergie (celle au sens des physiciens). Il arrive alors un moment où le taux vibratoire devient tellement élevé que la couleur sort du spectre visible. La matière est alors passé à la couche supérieur, comme si tout avait été décalé d'une couche. De fait, le corps qui était physique et palpable ne l'est plus, il est devenu pur mouvement. Cet être humain est alors un esprit, il n'a plus de matérialité. Les saints, et leur aura qui rayonnent, en sont "presque" arrivés là.
Jésus serait (je garde le conditionnel...) arrivé à ce stade, de sorte que son corps n'avait plus cette lourdeur de la matière qui induit l'attraction gravitationnel. Il serait donc possible qu'il soit monté au Ciel au sens le plus littéral du terme. ("Possible", j'insiste... Rien ne peut être certain)

un médium est quelqu'un qui perçoit les couleurs "au delà" de leur spectre usuel. C'est un peu comme un paralèlle, en physique dure, des lunettes infrarouges qui permettent de décaler le spectre. Cette notion de décalage est du reste très interressante, car les plus grands médiums sont souvent "décalés" en ce sens que les contingences de la vie matérielle, ils ne les perçoivent plus du tout ! Ce qui, dans le monde actuel, ne fécilite pas toujours leur insertion, d'ailleurs.

ainsi, une telle définition du médium ne le met pas "au dessus", mais "à côté", il n'est pas supérieur, il est juste calé autrement.

et donc, alors que le commun des mortels ne les voit pas, certains mediums voient (ou tout du moins "perçoivent", c'est plus juste) les fantomes, esprits, et autres. C'est juste une question de calage de leur spectre de "couleurs"...

==>> les chakras comme une échelle de pompier

la phase d'endormissement est une phase assez singulière lorsque l'on y regarde de près. On pourrait dire qu'on "éteint" tous les chakras les uns après les autres. Ces chakras qui sont, donc, la connexion entre dedans et dehors, ce qui met en relation l'entité "moi" et l'entité "le monde".

donc, l'endormissement, le soir, couché dans son lit en attendant le sommeil, ça commence en bas, au corps. On oublie peu à peu son corps. Si jamais une douleur lancinante s'y trouve, on y reste bloqué, et l'endormissement ne peut pas se continuer. Et comme le reste du corps est endormi, on est alors en pure focalisation sur la douleur, c'est à dire en méditation. La douleur est donc multidécuplée, et comme ce n'est pas agréable, on zappe, alors que cette voix privilégiée nous conduirait à comprendre le sens de cette douleur, son message, pourquoi elle est là, sa symbolique première, sa raison d'être. On rate tant et tant d'occasion de se connaître, ah la la...

or donc, une fois le corps déconnecté, l'émotion. Comme e-motion, ce qui met en mouvement, on s'y retrouve bien. Si une émotion forte m'amine, idem, le processus s'arrète. A noter, on l'a vu, que ce processus est une forme d'épuration systématique, chakra après chakra, d'auto-nettoyage, si on le laisse suivre naturellement son cours. Ce que l'on ne fait quasiment jamais ! :p

ensuite les pensées, les sentiments, etc. Et toujours pareils, si des pensées m'obsèdent, on s'y arrète, idem ensuite pour les sentiments (infériorité, manque de confiance...).

on est alors à un stade, l'état "alpha" pour les pros de l'electroencéphalogramme, l'état d'inductivité en hypnose, ou le seuil de suggestion, ou encore l'état sophroliminal en sophrologie, etc... (chaque approche lui a donné un autre nom, ça ne simplifie pas ! lol) Dans cet état, tout ce qui "fait du bruit", usuellement, est alors déconnecté, mais l'endormissement n'est pas fini. Comme disait un de mes livres de méditation, "corps endormi mais esprit alerte". Les chakras de la communication et de la conscience, qui, comme vu, sont bien plus diffus et donc moindres que les autres, deviennent alors majoritaires. On est donc dans un cas d'hyper réceptivité et de malléabilité. C'est souvent là que commencent les premières expériences paranormales, et seulement plus tard dans l'éveil.

Si le bleu se ferme à son tour, alors plus rien ne circule, il n'y a plus que la pure conscience. Donc conscience de soi puisque l'on n'est plus relié à rien d'autre. Et enfin on "pert conscience". On est alors plus relié au monde que par le chakra de la courone (le haut du crane), c'est à dire dans le monde purement spirituel, le monde symbolique de Jung, le monde des idées de Platon, etc..., là aussi les dénominations sont plutôt nombreuses.

==>> les flux emboités

le principe d'agrégat fait d'un flux ou d'un mouvement une entité en soi. Ainsi, un flux de probabilité devient la matière d'une particule, un flux de cette particule devient son orbitale atomique considérée de manière fixe, etc...
De même, la lumière colorée qui circule peut être vue comme un flux donc comme une entité immobile en soi, à un autre niveau de subtilité. Ainsi, à notre échelle, la lumière est un flux qui accompagne notre corps. A un autre niveau, plus subtil, la lumière est elle-même le corps des choses. Les défunts et certains médiums se retrouvent parfois à ce niveau. C'était aussi le cas d'un de mes amis, qui, après un terrible accident, est resté presque deux ans en hopital (et oui, deux années...), et dont plus de la première moitié dans un état qui embarassait les médecins puisqu'avec tous les symptomes du coma dépassé, mais avec de temps à autres des mouvements ou mêmes des présomptions de conscience. Enfin, un état qui n'est pas dans le manuel, quoi, comme on dit !
Et lui, dans cet état, était "conscient". Le temps n'existait plus, la matière n'existait plus, donc son corps en particulier. Mon diagnostique est que son chakra rouge, celui qui le reliait à la matière, était "cassé". Et il percevait le monde comme empli d'entité constituées non pas de matière mais de couleurs. Ou de "lumières colorées" plus exactement. Il en était parvenu à reconnaitre ses soignants de par leur structure colorée, mais sans savoir faire le lien avec le réel. En en parlant plus tard avec lui, les couleurs étaient en effet associées à la symbolique usuelle des chakras, qu'il avait en somme "redécouvert tout seul". (avant ça il était médecin super rationnaliste et pour qui rien d'autre que la matière n'existait, il a depuis un peu changé d'opinion... *sourire* )

Si cette lumière devenue solide voit aussi des flux, donc la "lumière de la lumière", alors le processus peut s'imbriquer, pour arriver, au final, à la sémantique pure. Le principe fondamental de "lumière" est donc un outil de passage d'un niveau à un autre de la réalité.

==>> et au-dela ?

la sémantique pure, c'est bien joli comme mot, mais ça signifie quoi ? Le monde des idées, itou, c'est très abstrait. Pourtant il est de rares personnes (moi ça ne m'est arrivé qu'une seule fois) qui ont déjà été mettre les pieds dedans. C'est dur à imaginer, mis je vais essayer de vous guider quand même.

Vous êtes non pas un corps mais une zone, un endroit, un ici, qui donc ignore tout de "ailleurs". Le temps n'est plus qu'une donnée de l'esprit, au mieux tout est séquenciel, mais sans durée. Donc vous êtes "là", et "là" c'est une idée, par exemple un principe mécanique. Et comme vous êtes "là", vous êtes cette idée, elle est en vous, elle est vous et vous êtes elle, vous fusionnez. En fait, la différence entre cette idée et vous n'a même aucun sens. Et donc vous connaissez ce principe mais dans les moindres subtilités de toutes ses articulations, une connaissance absolument infinie, et instantanée, tout est connu en paralèlle. Puis ça "glisse". Comme si le focus de "vous" venait de se déplacer dans "quelque chose". Et vous voilà sur une idée, une autre, proche. Enfin proche. Comme la mémoire n'existe pas, l'idée précédente, vous n'en avez pas le moindre souvenir, tout se passe qui si vous aviez toujours été là. Et ça reglisse. Et encore un autre principe, n'ayant plus rien à voir. Et hop on glisse. C'est très curieux, c'est de la sémantique pure, il n'y a plus aucune notion de lieu ou de consistance.

pour moi, le principe de la lumière est ce qui connecte ce monde matériel objectivement partagé et ce "monde des idées" nécessairement absolument subjectif. Et comme c'est quand même très éloigné, ben on s'y connecte en plusieurs fois. Et le nombre n'est pas innocent !

==>> et au fait pourquoi sept ?

C'est une question qui en soit est exaspérante, car aucune démarche purement intellectuelle ne peut ne serait-ce qu'aborder cette question, donc encore moins y répondre. Elle nécessite une illustration qui est apparement sans rapport, donc soyez un tout petit peu patient :-))

pour essayer d'imaginer une aura perçue par un médium, normallement il faut "voir" l'intégralité de tout autour du corps d'un seul coup d'oeil, ce qui n'a pas de sens dns une vision plane même stéréoscopique comme celle de nos yeux. Alors je vais utiliser le concept de "réalité augmenté".

Mettons : je suis à ma fenêtre (fermée), et je regarde la ville. Il y fait sombre. Ma compagne, derrière moi, dans la pièce éclairée, se reflète sur la vitre. Je peux donc soit voir la ville, soit voir ma compagne, mes yeux étant pourtant tournés dans la même direction, vers la vitre. Je peux aussi les voir toutes deux en même temps, mais indépendament, comme un chef d'orchestre sait entendre deux instruments jouer. Ou encore voir les deux images mélées, auquel cas un camion de pompier vient de sortir du ventre de ma douce (présage ? lol). Si vous poussez le raisonnement jusqu'au bout, vous verrez qu'il y a 7 grandes catégories, 7 manières différentes pour moi de regarder cette vitre et l'image retenue. Et bien, par un raisonnement identique, mais très théorique et abscon que je vous épargnerais, on parvient, à partir d'une dualité fondamentale (donc Yin et Yang) à exactement 7 structurations, et qui plus est ces 7 s'avèrent sémantiquement linéairement disposées. Elles forment toutes les transitions logiques entre l'intérieur du Yin ou du rouge de la racine (l'image intérieur où je vois ma compagne) avec le Yang ou violet de la courone (image externe de la ville).

A noter aussi que les deux solutions extrèmes, rouge et violet, ne voit chacune qu'une seule image (celle de ma douce ou celle de la ville), alors que toutes les autres sont des "mélanges" subtils des deux. Ce qui connecte avec le fait que les deux chakras rouge et violet ne voient qu'un seul vortex alors que tous les autres en voient deux.

Par contre, ne me demandez pas pourquoi on les as disposés ainsi sur le corps humain, là, je cherche encore ! :-)) Tout comme la symbolique du corps lui-même d'ailleurs, je cherche toujours, donc si vous avez des tuyaux...

Or donc, vous remplacez ma tendre par mon âme et la ville par mon corps physique, et vous verrez que les sept façons de voir ces deux images superposées sont les niveaux des sept chakras.

==>> une expérience intrigante

Dit de manière humoristique : toutes les couleurs fondamentales existent donc en noir et blanc !

ce qui n'est pas sans rappeler ce phénomène à la portée de tous mais que la science n'explique pas. Certaines toupies, noires et blanches, se mettent à faire défiler des séquences de couleurs primaires rouge-vert-bleu quand elles tournent. Et les séquences sont inversées si la toupie est lancée dans l'autre sens.

ce genre de gadget se trouve dans n'importe quel magasin de jouet, c'est du plus standard qui soit.

A ce jour, à ma connaissance, personne n'a encore compris pourquoi on obtenait cela, et d'où sortait ces couleurs. On verrait du gris, on comprendrait... Mais là, même en analysant le processus de nos cellules visuelles, rien à faire, on ne trouve aucune explication.

Peut-être la Création est-elle finalement trop simple pour entrer dans la science ? *clin d'oeil coquin*

==>> relativisons la lumière

lorsque l'on regarde comment la lumière semble connecter toute chose, on est pris de vertiges, voire d'un élan d'enthousisame où l'on croit avoir rencontré Dieu, dans Sa Création. Alors relativisons la lumière.

Je peux voir sur mon corps 7 chakras qui échangent entre mon intérieur et mon extérieur. Soit. Mais si je reviens à des notions énergétiques, je peux aussi voir le centre du hara (énergie animale fondamentale), le centre du coeur (énergie divine primordiale), le centre cosmique, situé au bout des étoiles mais au dessus de ma tête, et le centre tellurique, situé au coeur de la terre, et de toute façon dans le prolongement du bas de mon corps.
Ces deux approches ne sont pas compatibles, ou, en tout cas, je n'y suis jamais parvenu. Et pourtant, si les quatre centres sont alignés, on observe alors que les 7 chakras le sont aussi, et inversement. Alors que si il y a un problème dans un des types de visions, on trouve un problème dans l'autre. Ils semblent donc au moins en partie équivalent, ou alors décrivant une même réalité plus subtile...

En tout cas on ne peut pas réduire la seconde approche à la lumière, ce qui montre qu'elle n'est pas "tout", qu'il y a d'autres substrats, d'autres "outils".

Je fais une parenthèse importante cependant. Le centre au coeur de la terre alimente la hara en énergie télurique, c'est à dire intuitivement des fréquences ultra basses. Idem, le centre du Ciel alimente le coeur en énergie cosmique, c'est à dire de très très hautes fréquences. Et qui dit fréquence, dit vibration, à défaut de lumière. Donc le concept de vibration serait en soi plus large et plus étendu, et la lumière n'en serait qu'une petite partie. Toujours au conditionnel...

Pour les fréquences infinies, un topo rapide à l'égards des scientifiques. Si je projette un rayon qui suit ma colonne vertébrale et part en ligne droite (well, une géodésique relativiste), elle partira dans le ciel infini et finira par toujours rencontrer une étoile ou une planète, un météore ou autre. Mon champ magnétique à cet instant est donc celui au niveau du contact. Mais une fraction de seconde plus tard, ne serait-ce que par le mouvement de la terre, le point de contact est autre. On voit donc que le champ issu flucute à une vitesse gigantesque, et ceci même avec des propagations à la vitesse de la lumière.
De la même manière, le champ magnétique terrestre fluctue, et on sait ses fluctuations irrégulières. On peut mesurer la fluctuation sur une seconde, ou sur une minute, une heure, un jour, une année... Les fréquence seront de plus en plus basses, mais jamais nulles.

Le centre du coeur serait alors un "passe-haut", et celui du hara un "passe-bas", comme on dit en électronique en traitement du signal. Fin de la parenthèse scientifique :-))

==>> couleur et santé

j'ai un ami qui a vécu toute son enfance en Algérie. Là-bas, il y avait un "vieux". Il était ... on ne sait pas bien quoi. Les gens disait "docteur", c'était plus simple. Et même les grands médecins réputés de la ville, quand ils ne savaient plus quoi faire, conseillaient à leur malade d'aller voir cet homme.

En fait, ce "petit vieux", tout rabougri, vous alliez le voir, et vous lui racontiez vos malheurs. Et pendant que vous parliez, il farfouillait dans des sacs de petits morceaux d'étoffes de couleurs et semblait les choisir ... comme ça ... au hasard. Si vous arrétiez de parler, il s'arrétait aussi, si vous parliez d'autre chose pareil. Donc il fallait parfois décrire ses soucis plusieurs fois. Et ces morceaux détoffe, il les cousait entre eux, et venait de temps en temps le poser sur le corps de la personne en consultation. Comme si il lui faisait essayer un vètement. Et à l'issu cela donnait effectivement un vètement. Enfin, un truc tout moche, panachage de couleurs plutôt mal cousu, et inesthétique au possible ! Et là la consultation était finie, il disait qu'il fallait porter cela en précisant sur quelle partie du corps et pendant combien de temps. Il ne demandait pas d'argent, on donnait ce qu'on voulait. Et le fait est que, le plus souvent, à l'issu des quelques jours, la personne était guérrie. C'est incompréhensible. Tout à fait incompréhensible. Mais, comme dit, même les plus grands médecins lui envoyaient des gens. Des gens venaient parfois de la grande ville dans ce tout petit village pour voir cet homme.

Je n'ai aucune raison de mettre en doute ce que me racontait cet ami...

Surtout qu'aujourd'hui il existe la "colorthérapie", qui semble, par des procédés plus industriels, proposer des services similaires. Et pour les avoir croisés sur des forums (dans le vrai monde, pas des forums internautes), ces gens ne me semblent pas du tout être des charlots. Donc la couleur aurait du sens au delà du sens puisqu'elle permet de soigner des problèmes parfois insolubles autrement.

---

il y aurait encore tant et tant de choses à dire sur la lumière et les couleurs...

donc ce texte, même si un peu long, n'est qu'un bref apperçu qui, je l'espère, donne une vision plus unifiée et moins disparate du principe de "la lumière". Son fonctionnement générique et constituf en somme...

bien amicalementà tous
Eiffel


Les réponses à ce message

 Du lien... par Jc25032005 le 25.04.07 à 17h09
 Et bien! par Angela le 29.04.07 à 00h01

Plan du site · Recommander ce site
Tous droits de reproduction réservés (c) 2011
Tous les textes · Toutes les questions · Tous les avis · Toutes les lectures · 
spiritisme esprits spiritualite