Ne fais pas à autrui... - encore moi ! :-)) il existe un adage populaire, que j'ai encore entendu hier, et qui dit en substance : ne fais pas à autrui

 

Infos pratiques


tl4
Retour au forum

Ce message est archivé, vous ne pouvez donc pas y répondre

Ne fais pas à autrui...

Rédigé par Eiffel
Posté le mercredi 02.05.07 à 22h25
Message n° 32499

encore moi !
:-))

il existe un adage populaire, que j'ai encore entendu hier, et qui dit en substance :

"ne fais pas à autrui ce que tu ne voudrais pas qu'il te fit."

Cela est souvent considéré comme d'une grande sagesse ou comme du respect d'autrui.
...
personnellement, ce point de vue me semble un peu limité. Non pas faux, mais à relativiser. Je vous livre ci-dessous, natures, mes impressions.

--- de la sagesse

Déjà, comme nous le disions récemment avec un ami, la sagesse est une forme de liberté, et elle se saurait être réduite à des règles. Une règle, un principe, enferme, et ne permet plus l'exercice de la liberté, qui consiste justement entre autre à faire le choix de respecter ou non une règle dans un cas particulier. A noter que celui qui n'en respecte aucune doit faire des efforts souvent importants pour y parvenir, et que cela n'est pas la liberté non plus... La sagesse, donc, selon nos conclusions, ne pouvait pas être exprimée, sauf au mieux en tant que ce qu'elle n'est pas. Ce qui lui confère un aspect "infini" voire "indéfini".

et que donc, ni cette règle (ne fais pas...) ni aucune autre, à mon sens, ne peut prétendre être parole de sagesse. Mais ce n'est jamais là qu'une opinion...

--- du sens intrinsèque

au niveau du contenu maintenant. Je vais prendre un exemple grossier, délibérément gros béta, pour illustrer en quoi cette règle, dans l'absolu, n'a aucun sens. Imaginez : j'ai un ami, il adore les petits chevaux en bois. Moi je trouve ça super moche, mais lui il adore ! A son anniversaire, je vais lui offrir quoi ? Ben oui, éviemment. Et pourtant, je ne voudrais surtout pas qu'il le fasse pour moi. Donc c'est bel et bien délibérément que je fais (offrir un petit cheval en bois) à autrui (cet ami), ce que je ne voudrais surtout pas qu'il me fit.

On le voit, cette règle incorpore aussitôt des tas de précisions, relativisations, et j'en passe. Dans l'absolu, elle ne peut même plus être suivie ou pas tant elle est floue...

--- du miroir se soi

mais je vais plus loin. Cette règle, déjà, comporte une double négation. Elle repose sur l'interdit, ne fais pas, donc sur le "c'est mal", soit probablement encore sur la culpabilité (cf. ne fais pas sinon c'est mal). Et de l'autre côté elle focalise sur une autre négation, à savoir ce que je ne voudrais pas. Pour moi, un tel énnoncé est en diamétrale opposition avec une valeur fondamentale à savoir de focaliser sur ce que je suis, donc ce que je désire et ce que j'aime, et non pas sur une entité floue et virtuelle de la négation de moi, de ce que je ne suis pas, ou de ce que je ne désirerais pas.

alors faisons sauter le bouchon, et remettons la règle à l'endroit. Au final, cette phrase nous dit :

fait à autrui ce que tu voudrais qu'il te fit.

AH AH !
Là on tient un véritable enseignement. Non pas une règle à suivre, mais au contraire une règle fondamentale que pour ainsi dire tout le monde suit le plus souvent sans même le savoir. En psychologie on appèle ça "projection", en ésotérie on parle plutôt de l'effet miroir.

ainsi, si on y regarde avec patience et attention, on observe qu'une personne qui donne des coups, c'est une personne qui cherche (inconsciemment) à en recevoir. Une personne qui me traite ouvertement de raciste, c'est le plus souvent une personne qui l'est. Et une personne qui s'évertue à de multiples actes d'amour envers autrui, à aider les autres à tout prix, c'est souvent une personne qui est en souffrance, et dans le besoin de recevoir une telle aide. (j'ai dit "souvent", pas "tout le temps"...)

Dans les aspirations, le gros avantage d'aller vers le partage et l'échange, c'est son aspect bidirectionnel. De sorte, vouloir communqiuer avec autrui, cela traduit qu'on désire que autrui communique avec nous ... ce qui est la même chose ! Pratique :-)) Cette approche (quatrième chakra) démonte donc les polarisations individuelles (troisième chakra, égo).

--- mais qui sui-je ?

le connais-toi toi-même nous donne alors ici un outil aiguisé formidable : de par ce que je cherche à tout prix à donner aux autres, je peux alors décourrir ce que je rèverais, moi, de recevoir des autres en question, et ceci le plus souvent sans même en avoir conscience. C'est ainsi que la majorité exprime leur souhait : par l'exemple. De même, les trucs que je ne supporte absolument pas chez autrui est ce que je ne veux pas voir en moi. C'est là exactement même chose mais dite autrement. Je dois avouer en avoir appris beaucoup sur mon propre compte par le biais de ce principe tout bète de son reflet perso sur ce que l'on voit des autres...


nous avons rarement conscience de nos vraies motivations... ˆ_ˆ



Les réponses à ce message

 Bonsoir par Lipega le 03.05.07 à 00h55
 Miroir, ô mon miroir par Thazz1 le 03.05.07 à 17h33
 Oui par Lipega le 03.05.07 à 17h46
 Principe dérivé. par Thazz1 le 03.05.07 à 18h45
 Et... par Lipega le 04.05.07 à 01h46
 Et puis voilà. (o: par Thazz1 le 04.05.07 à 23h09
 Adage par Guymel le 03.05.07 à 17h41
 Limite du concept de narcissisme freudien par Lipega le 05.05.07 à 11h26
 Point de vue, encore une fois par Thazz1 le 05.05.07 à 23h57

Plan du site · Recommander ce site
Tous droits de reproduction réservés (c) 2011
Tous les textes · Toutes les questions · Tous les avis · Toutes les lectures · 
spiritisme esprits spiritualite