Pots de peinture - Namasté, Hehehe. J'ai aimé cette présentation humoristique d'un sujet si délicat car si profond. En gros, tu demandes la justesse du fameux: il est interdit d'interdire .

 

Infos pratiques


tl4
Retour au forum     Retour au message père     Retour au message père

Ce message est archivé, vous ne pouvez donc pas y répondre

Pots de peinture

Rédigé par Thazz1
Posté le jeudi 03.05.07 à 00h26
Message n° 32504

Namasté,

Hehehe. J'ai aimé cette présentation humoristique d'un sujet si délicat car si profond. En gros, tu demandes la justesse du fameux:
"il est interdit d'interdire".

Je suis d'accord avec toi, dans notre soif continuelle d'échange d'informations nous confondons unité et unicité. Ce qui m'est utile ne le sera pas nécessairement à toi mais en voulant de transmettre mon expérience de vie je vais nécessairement éviter de te faire vivre les mêmes instants douloureux, je vais donc utiliser un sytème de référents mentaux qui, telle une carte, te permetront de t'orienter plus facilement dans le chemin de l'existence. Ce faisant, je pense t'aider car je suis persuadé que nous sommes identiques tous les deux. Je suis persuadé qu'en partageant nos valeurs (enfin tu partageras les miennes) nous irons plus loin car nous éviterons les mêmes erreurs. Ais-je tort de vouloir faire évoluer les mentalités ainsi?
Il me semble que non.
Et pourtant...
Pourtant j'oublie que mon expérience est relative à mon désir personnel d'existence. J'oublie que ce sont les épreuves qui ont forgés ce que je suis, que ce sont les peines qui ont peu à peu fasçonné mon identité et mes erreurs qui m'ont permis d'apprendre le libre-arbitre.
Est ce bien ou mal? Je dirai que c'est utile.
Bien sur, dans une structure sociale notre comportement est emboité dans un ensemble comme les rouages d'une horloge, le moindre dérapage impacte nécessairement d'autres êtres. Devant tant de diversité et de densité il apparait impératif de structurer ces comportements afin de minimiser les effets indésirables. lol Les lois, règles, procédures, décrets et autres missives ne sont que des médicaments sociaux visant à atténuer les effets douloureux de certains comportements douloureux.
Mais dans tout cela, entre ma personne bien intentionnée du début de texte et cette société attentive, il demeure un je-ne-sais-quoi de flou.
Ce quelque chose ne se situe-t-il pas dans notre appréhension même de l'existence?
Finalement, au delà des notions de bien et de mal qui caractérisent les dimensions de notre carte routière mentale, la seule véritable notion universelle est celle de conséquence.
Tel acte amène telle conséquence, point.
Le reste est une histoire de perception et de croyance. Il y a ceux qui pensent que telle conséquence leur est nuisible, ils qualifieront donc cette conséquence de mal et l'acte qui l'induit de mauvais, ou le contraire si la conséquence leur apparait comme utile.
Les notions de "bien" et de "mal" sont donc des expressions relatives, donc complémentaires, de l'observation de la notion de conséquence.
Le libre-arbitre qui existe avant toute chose, même si nous ne le percevons que progressivement, démontre également que la notion de conséquence est bien universelle. Quelle divinité s'encombrerait de principes antagonistes (donc dangereux) pour éprouver ses créatures? A par un cerveau malade qui aime voir souffrir l'autre pour justifier sa propre soufrrance, je ne vois pas une véritable divinité pourvue de cette volonté. je blasphème... oups..
Considérant donc ces deux notions ensemble, le libre-arbitre et la notion de conséquence, comment justifier la création?
S'il n'existe aucune règle prédéfinie mais un champ d'action illimité, n'est ce pas là le signe que les règles ne sont pas définies car il n'en existe aucune? Houla... je blasphème encore.. lol
Je me souviens qu'un jour j'ai vu une classe de tout petits qui faisaient de la peinture (expression manuelle serait plus juste). Le prof avait disposé des peintures sur une table et avait étendu un rouleau très long de papier blanc sur un des murs de la salle. Alors qu'un enfant demandait au prof ce qu'il devait dessiner, le prof lui a répondu "vous faites ce que vous voulez".
Il me semble que notre existence est ainsi, nous avons la palette de nos émotions et le rouleau de papier de la vie devant nous. Aucun prof pourtant. Pourquoi? Parce qu'il s'agit de notre propre oeuvre.

Dépasser les notions de bien et de mal ne signifie pas abandonner toute humanité, au contraire, l'être humain porte en lui sa propre humanité, il porte en lui tout l'univers car il est une expression de cet univers. Pas la seule, ni la meilleure, mais toutes sont uniques et toutes sont merveilleuses, bien au delà de toute valeur relative.

Je concluerai ainsi, utiliser les notions relatives est utile pour permettre l'évolution, mais il ne faut jamais perdre d'idée qu'elles ne sont que relatives. Et quand on a l'éternité devant soi, la relativité devient plus qu'une formule scientifique.

L'éternité est nôtre.
Aomëtae



Plan du site · Recommander ce site
Tous droits de reproduction réservés (c) 2011
Tous les textes · Toutes les questions · Tous les avis · Toutes les lectures · 
spiritisme esprits spiritualite