Quand le vide ouvre sur un miracle - Le ressenti d'un amour perdu amène des questions et une prise de conscience douloureuse. On peut faire ce que l'on veut, dans un premier temps on fait

 
tl4
Retour au forum

Ce message est archivé, vous ne pouvez donc pas y répondre

Quand le vide ouvre sur un miracle

Rédigé par Philippe13
Posté le samedi 23.02.08 à 18h26
Message n° 34754


Le ressenti d'un amour perdu amène des questions et une prise de conscience douloureuse.

On peut faire ce que l'on veut, dans un premier temps on fait surtout ce que l'on peut.
Pourquoi, malgré une séparation sans retour, malgré tous les differents qui nous opposaient, la personne aimée continue à nous hanter ?

On voudrait alors affronter mille dangers pour la retrouver, s'arracher le coeur de la poitrine et lui offrir. On voudrait aussi que la douleur de cette perte disparaisse, car elle est insoutenable et nous rend fous.

A corps perdu, on en viendrait à souhaiter ne plus vouloir aimer, se jurer de ne plus se laisser avoir, ne plus croire à ces chimères, devenir exangue de sentiments, jusqu'à mourir, parfois.

On dit que le temps guerit les blessures, mais on en garde les traces.

Mais que sont ces traces en nous, sinon celles ne notre propre histoire jalonnée de bonheurs et de pertes ?

Il est temps alors de tirer les leçons que nous enseigne la vie.
Nous avons aimé, et nous aimons encore, pour aimer toujours.

L'amour se transforme alors dans ses manifestations, coloré par nos expériences, notre vécu, mais il reste le même fondamentalement.

Nous sommes-nous vraiment donnés les moyens d'aimer ?
L'apprentissage de ce qu'est l'amour se confronte à notre conception de cet amour.
Ce que nous n'avons su donner ou reçevoir nous ouvre sur un vide.

Un vide, comme le manque de l'être aimé, nous ramène soudain à nous même.
Qu'avons nous fait pour en arriver là ?

Le vide est là, en nous, qui grandit, nous désagrège jusqu'à la dissolution de ce qui nous est inacceptable. C'est La mort de certaines convictions auquelles nous étions attachés.

De vide et de cette mort nait pourtant quelque chose.

La clarté se fait sur ce que nous sommes, nous parvenons à voir ce qui en nous pouvait nous déchirer, entre cet amour vrai que nous portons tous en nous et nos désirs égoïstes.

Vient le temps du choix, car en cet instant tout devient limpide.
Il brille une lumière merveilleuse en nous. Sa source ne peut être tarie.
Et comme il est simple de faire le bon choix, quand on voit combien d'amour nous pouvons donner.

Ou est le miracle ?

Simplement dans les manifestations de la vie, au travers des expériences vécues, qui un jour nous ouvrent les yeux sur ce qu'est aimer.

Pourquoi pleurer un amour perdu, quand nous avons enfin compris au cours de cette expérience, que l'amour réside en nous pour toujours, et qu'il ne tient qu'à nous de le répandre, pour la joie de tous.

Car aimer n'est que donner.


Les réponses à ce message

 Que celui qui n'a jamais aimé... par Sarah2 le 23.02.08 à 21h45
 Faut toujours donner par Xianaelle le 26.02.08 à 20h43
 Une étape... par Tulipe73 le 26.02.08 à 21h48
 Energie et points de vue par Thazz1 le 27.02.08 à 00h49
 Bien sûr par Tulipe73 le 27.02.08 à 19h49
 Nous sommes d'accord par Thazz1 le 29.02.08 à 18h40
 Si dur... par Serala le 27.02.08 à 11h15
 Oser la vie par Thazz1 le 27.02.08 à 12h14
 Une bonne élève... par Serala le 27.02.08 à 13h28
 La mort... par Fatima le 29.02.08 à 15h08

Plan du site · Recommander ce site
Tous droits de reproduction réservés (c) 2011
Tous les textes · Toutes les questions · Tous les avis · Toutes les lectures · 
spiritisme esprits spiritualite