Réponse d'un être de chaire et d'os - « Rien n'est fait pour rien, ne l'oublie jamais et dis toi que chaque existence, même celle qui te semble la plus mauvaise, a un sens. » NON, l'existence

 

Infos pratiques


tl4
Retour au forum     Retour au message père     Retour au message père

Ce message est archivé, vous ne pouvez donc pas y répondre

Réponse d'un être de chaire et d'os

Rédigé par Lounawitch
Posté le lundi 10.04.06 à 11h51
Message n° 29970

« Rien n'est fait pour rien, ne l'oublie jamais et dis toi que chaque existence, même celle qui te semble la plus mauvaise, a un sens. »
NON, l'existence n'a pas de sens, plus de sens quand il n'y a plus d'existence justement. Mais qu'est ce que l'existence ? Que veut dire exister ? Ah oui, l'existence de l'âme ?
Quel sens ? Souffrance, souffrance, souffrance, est-ce un sens ? Ah oui, c'est vrai, c'est comme dans l'acte de contrition : c'est ma faute, c'est ma faute, c'est ma très grande faute si je souffre
Ah oui, j'ai parait-il choisi cette existence, quelle pauvre abrutie d'avoir choisi cette vie faussée dès la seconde de ma conception ?


« Ne rejette pas la vie et au contraire, apprends là à ceux qui en ont besoin car c'est là une partie de ce que tu es venu faire sur cette terre. Être à l'écoute de ceux qui en ont besoin est difficile mais ô! combien satisfaisant pour l'âme. »
Etre à l'écoute de ceux qui en ont besoin n'est pas difficile, mais, que ceux (amis) que l'on a aidés ferment leur porte, justement parce qu'on les a aidés, ça c'est difficile. Et puis, il ne faut pas se voiler la face, aider les autres, c'est camoufler sa propre misère non ?
Satisfaisant pour l'âme ?? Comme je ne suis pas évoluée, comme je n'accepte plus la souffrance, comme je n'accepte pas justement le sens de ma vie de souffrance, il est vrai que c'est forcément parce que je ne sais ni converser avec mon âme, ni l'entendre. Y a t'il des cours pour entendre son âme ?
« Se coucher chaque soir avec le sentiment de n'avoir pas gâché sa journée devrait pour vous, humains, être une source de grande joie et non l'occasion de se poser des questions »,
Chaque soir je me couche en me disant, ouf une journée en moins à subir, je regarde s'égrener les heures de ma vie devenue si inutile, si nulle, si transparente et je ne me couche pas avec le sourire aux lèvres. Et chaque fois que j'ai aidé les autres, j'ai hurlé de rire, et sangloté en me disant pauvre abrutie, tu aides les autres et toi personne ne t'a jamais aidée. Donc, je refuse maintenant d'aider les autres et pourquoi mon existence sur terre serait d'aider les autres, alors que justement je n'ai jamais eu d'aide pour que l'on m'aide ? On m'a toujours refusé cette aide, sous prétexte que moi qui aidais je ne pouvais qu'être forte.,
Aider les autres, et rentrer chez soi en se disant, ah oui, il y a plus malheureux que moi, chic ma vie est super belle. Et bien cela ne me remplis pas de joie, me donne seulement envie de crever un peu plus chaque jour, puisque la vie n'a pas de sens, ou la souffrance ne donne pas de sens à ma vie.
« Mais dis-toi qu'il n'est pas loin. Il faudrait seulement qu'il y ait plus d'Hommes qui acceptent de prendre les plus faibles en charge pour que la vie spirituelle puisse progresser rapidement, et vous êtes sur le bon chemin. »
Que veut dire prendre les plus faibles en charge ? Pour que la vie spirituelle progresse ?
Là encore, je dois être sourde, aveugle ? Je ne comprends rien à la progression de la vie spirituelle en prenant les plus faibles en charge. Je ne comprends qu'une chose, que veut dire exister à partir du moment où l'on n'existe plus comme une personne de chaire et d'os ? Et c'est ce que je suis, rien d'autre.
Ah oui, aides toi le ciel t'aidera. Le ciel ne m'a jamais aidé, il s'est servi de moi pour aider les autres, ça oui, le ciel a su être présent pour les autres. Je l'ai laissé faire, et heureuse pour les autres. C'est bon un temps mais finalement, qui peut dire, aider les autres à moins souffrir c'est le sens de ma vie, et tant pis si je crève de ma propre souffrance ?
Je ne suis pas une sainte, pas faite pour souffrir dans la béatitude.
Mon discours est loin d'être évolué ou spirituel, c'est sûr, ce ne sont que mes mots. J'ai passé trop de temps à chercher et à me demander pourquoi tant de souffrance gratuite et inutile.
« car tu n'auras pas de réponses dans cette vie à toutes celles que tu te poses parce que le temps n'est pas encore venu. »
Je ne me pose plus de question, je constate juste que mon existence n'a plus de sens à la vie que j'ai soit disant choisie. Alors j'espère que dans l'autre vie enfin je saurais pourquoi tant de souffrance et que le temps sera enfin venu.



Plan du site · Recommander ce site
Tous droits de reproduction réservés (c) 2011
Tous les textes · Toutes les questions · Tous les avis · Toutes les lectures · 
spiritisme esprits spiritualite