Sincérité et liberté - La vie est une grande école. Dans notre apprentissage nous passons de la salle de la théorie à la salle de travaux pratiques. Si chacun d'entre nous suit un

 

Infos pratiques


tl4
Retour au forum

Ce message est archivé, vous ne pouvez donc pas y répondre

Sincérité et liberté

Rédigé par Agatha
Posté le mercredi 16.06.04 à 02h10
Message n° 18434

La vie est une grande école. Dans notre apprentissage nous passons de la salle de la théorie à la salle de travaux pratiques. Si chacun d'entre nous suit un chemin qui lui est propre, avec ses expériences et son développement individuels, nous avons en commun les jalons essentiels à suivre : la foi, l'amour, la confiance, la connaissance de soi....

Parfois nous buttons sur une difficulté et là, j'en rencontre une, pour laquelle j'aimerais avoir votre sentiment. Probablement parce qu'il y a quelque chose que j'ai mal compris ou mal assimilé, je me heurte à deux théories qui, pour l'instant, me paraissent contradictoires en salle de travaux pratiques : « la nécessité d'être sincère et vrai » et « la liberté des uns s'arrête ou commence celle des autres ».

Dans l'examen de mes comportements à l'égard d'autrui, je me rends bien compte que l'application des deux en même temps m'est parfois inaccessible. Il m'arrive d'avoir envie, pour être sincère et vraie, de dire certaines choses, de me poser dans certaines actions et de ne pas le faire par prise en compte des autres. Il y a mon « moi » qui, par moments, aimerait bien dire ce qu'il a envie de dire, faire comme il a envie de faire.... (et ce serait là, la sincérité) et il y a la retenue, par conscience que ce « moi » n'est pas le nombril du monde, et qu'être sincère et vrai ne doit pas être une justification par laquelle on peut s'octroyer de tout dire ou tout faire. Les autres existent tout autant que moi et peuvent avoir à souffrir de mes paroles ou de mes attitudes. Il m'arrive donc de me taire quand j'ai envie de parler, de me retenir dans mes actes pour qu'ils ne soient pas une gêne ou une souffrance aux autres. Dans ces moments là, je me regarde et je me dis, dans un inconfort intérieur de culpabilité : « là, ma fille, tu n'es pas sincère ».

Peut-on être vrai tout le temps et à n'importe quel prix ? Doit-on l'être, sans tenir compte de l'impact que cela peut avoir sur les autres ? Comment concilier la nécessité d'être vrai et la nécessité de tenir compte de ceux qui nous entourent ? Comment vivre plus sereinement intérieurement cette dualité là ?

Bien fraternellement
Agatha


Les réponses à ce message

 Tout est dans les formes... par Doudou le 16.06.04 à 07h05
 Etre vrai avec soi-même par Hathor le 16.06.04 à 08h17
 Honnêteté. par Reine-nathalie le 16.06.04 à 08h34
 être vraie par Eleonore le 16.06.04 à 12h20
 Le dire ou se taire par Sefora le 16.06.04 à 13h37
 Merci à toutes par Agatha le 17.06.04 à 02h59

Plan du site · Recommander ce site
Tous droits de reproduction réservés (c) 2011
Tous les textes · Toutes les questions · Tous les avis · Toutes les lectures · 
spiritisme esprits spiritualite