Un dernier petit tour sur ce thème :-)) - bonjour à tous, allez, une autre promenade, pour ceux que cela tente, après la psyché, on finit avec la Pure Conscience , où l'on va aller chatouiller

 

Infos pratiques


tl4
Retour au forum     Retour au message père     Retour au message père

Ce message est archivé, vous ne pouvez donc pas y répondre

Un dernier petit tour sur ce thème :-))

Rédigé par Eiffel
Posté le dimanche 13.05.07 à 00h26
Message n° 32613

bonjour à tous,

allez, une autre promenade, pour ceux que cela tente, après la psyché, on finit avec la "Pure Conscience", où l'on va aller chatouiller un peu les pieds du monde quantique. On y reviendra éventuellement plus tard, mais pour l'heure on va juste se promener à son voisinage, sans entrer dedans.

Je vous propose donc une petite balade au coeur des tourbillons :-))

Et après, promis, je ne vous embèterais plus avec la psyché ! lol

un grand remerciement au passage à Lipega et à Elmisti avec qui des conversations privées sur des thèmes connexes m'ont donné l'idée de ce post.

--- des appartés

mais avant, juste quelques réponses...
pas bien passionnantes.
vous pouvez les sauter en allant directement à "fin des appartés"

--- apparté 1


vous êtes plusieurs à me proposer de faire un dossier, mais, en fait, je préfère poster sur le forum et pour deux raisons :

- la première c'est que j'ai le sentiment que les dossiers ... ne sont généralement pas lus :p Alors que les posts sont lus au fil de l'eau

- la seconde raison c'est que mes posts sont écrits d'un trait, à l'inspiration du moment, ce qui me prend à peine plus de temps de les taper que pour vous les lire. De rares modifs lors de la relecture, puis envois... Un dossier mériterait bien plus d'investissement que ce "simple papotage amélioré", en particulier en terme de structuration et de raisonnements "propres".

donc je préfère continuer à poster :-))

par contre, je n'exclus pas, ultérieurement, de faire une "compile", et d'en proposer un dossier. On verra ça en son temps...

--- apparté 2

sinon, pour répondre rapidement à Jean-Christophe :

- si je cherche à voir de la souffrance dans un post, j'y parviendrais. Si au contraire je veux y voir de la joie, aussi. Si j'y cherche de la passsion, pareillement. Et si je veux y voir de la neutralité, alors j'y réussirais. De fait, la souffrance que tu perçois est peut-être plus dans l'oeil qui perçoit que dans l'objet perçu. Peut-être...

- tu es libre de penser ce que tu veux de moi, et tu es encore libre de penser que tu as raison, ou même que tu sais mieux que n'importe qui, y compris que mes proches, qui je suis. Cela ne me dérange pas du tout, et tu ne serais certes pas le premier. Et si encore vous disiez tous la même chose... Mais là, pour un qui dit noir, l'autre dit blanc, donc bon. Personnellement, je vous laisse à vos belles certitudes.

- tu es à nouveau libre de croire que je sème la dysharmonie. Tout comme moi je suis libre de croire que je la détecte et la révèle parfois chez autrui, et que "certaines personnes" préfèrent m'en voir la source. Chacun voit midi à sa porte n'est-ce pas ? Qui pourrait prétendre son avis meilleur que celui de l'autre ? Pas moi en tout cas.

- tu violes ouvertement la nétiquette, faite d'élémentaire bon sens et de simple respect, en utilisant dans un post public des propos tenus en privé. Accessoirement, la nétiquette nous apprend aussi qu'on juge des idées, pas des personnes, ce que là encore tu n'as, me semble-t-il, pas respecté. (à remarquer qu'avec le "cas Lavatar" - post à paraitre dans 3 jours - d'autres que toi ne l'ont pas respecté du tout non plus)

- tu ne me choques absolument pas, et j'étais même surpris que tu ne te sois pas manifesté un peu plus tôt... Quant au contenu, il était plus que prévisible, j'aurais presque pu l'écrire à ta place, c'est dire.

et enfin :

- cette discussion n'a de toute façon pas sa place en public, et de plus ce forum n'est pas fait pour ça. Et que donc je ne reviendrais plus sur ce sujet, point final. Si tu veux reprendre les échanges en privés, libre à toi, tu y seras le bienvenu. Mais ne t'attends pas à ce que je joue les béni-oui-oui...

- je pense les lecteurs de ce forum sont bien assez grands pour se faire leur opinion tout seuls. Surtout si tu te positionnes comme celui qui sait mieux que les autres. Nous verrons ce que tu réponds... Pour ma part, je prends soin à chaque fois de préciser que ce ne sont que mes idées, et non pas une vérité absolue. Précaution oratoire que tu n'as visiblement pas prise.

pour le reste, chacun est libre d'aimer mon style, ou pas, et de me lire, ou pas. Je n'ai absolument pas la prétention d'interresser tout le monde, ni d'être passionnant, loin s'en faut. Je propose mes petites théories, dans un style plutôt intellectualisé, on prend, on jette, parfois on discute en privé, et pour moi tout est ok comme ça. Depuis un mois que je suis là, j'ai déjà eu plusieurs échanges très sympas, en privé, je n'en demande pas plus. J'ai même eu des posts me demandant de parler d'un sujet particulier, donc bon, mon style ne doit pas être si insupportable que ça pour tout le monde... :-))

tient, d'ailleurs, tout ça me donne une idée, m'en vais de ce pas écrire un post sur la souffrance (à mi chemin entre le sens bouddique et le sens proposé par Krisnamurti). Et je le posterais ... plus tard :-))

--- fin des appartés (ouf ! lol)

or donc, reprenons le fil de ce post... ˆ_ˆ

La conscience.
Ah la la, la conscience, c'est quoi ?
...
...
...
vaste, vaste, vaaaaaaaste question :-))

---

imaginons.
imaginons que la compréhension, dans l'absolu, soit représentée par une ficelle, une corde. On comprend, peu à peu, en progressant le long de cette corde, elle schématise le trajet que suit la compréhension de tout un chacun.

bon.
cette corde, eh bien, HOP ! Je fais un noeud.

éh éh :-))

et alors que se passe-t-il ? Ce noeud tient tout seul. Et cela signifie quoi ? Cela signifie que c'est un endoit où la compréhension s'est elle-même comprise. Gniii ? On a compris ce que signifiait comprendre... Et du coup, si on sait ce que c'est que comprendre, alors on sait aussi ce que c'est que ne pas comprendre... Donc on a alors, grace à ce noeud, une vision de ... tout l'espace, et non plus uniquement la corde.

extension de conscience.

et cet espace ? Allez, je vous emène dans une petite visualisation.

regardez l'espace devant vous, un gros volume dans lequel il n'y a rien.

enfin, rien... Il y a de l'air. Avec ses 78 pourcents d'azote, ses 21 pourcents d'oxygène, et son petit pourcent de tout le reste... Voire bien plus qu'un seul pourcent si vous êtes confortablement calé dans votre baignoire, car l'humidité charge l'air... Enfin passons ! Donc un gros volume. :-))

A première vue c'est juste "transparent".

Mais si on fait un effort d'imagination, on sait que ce volume est traversé à toute vitesse par les molécules de gaz.

hop ! voouuuiiiizzzzzzzzzzzz, une molécule vient de passer, à plus de 1000 kilomètres à l'heure (à la vitesse du son pour être précis). Et là une autre ! voouuiiiizzzzzzzzz !!! Et encore ! encore ! des milliers et des milliers traversent ce volume à chaque instant.

du coup, notre volume devient comme "strié" en trois dimensions, rempli de lignes que sont les trajectoires successives de notre gaz.

Et ?

et forcément, il y en a tellement, des molécules, qu'à un moment, PAF ! Deux molécules se percutent, et rebondissent, pour repartir dans d'autres directions.

et re PAF ! encore une autre collision, à un autre endroit. Et encore une, juste là...

En fait, ce ne sont pas des milliers, mais des millions de molécules. Et même des milliards de millards...

du coup, cet espace devient un immense champ de bataille. Ce n'est plus PAF ici et PAF là, mais c'est un PALAPALAPALAPALAPALAPALAPAFF continu et incessant, des milliers de fois par seconde... Des milliards de fois... En électronique on appèle ça un "bruit blanc", car il possède toutes les fréquences. Donc le "bruit" de cette folle agitation des molécules dans tous les sens...

Le mouvement brownien.

du coup, d'un espace strié, on passe à une zone de pur chaos, où chaque particule avance, boïng, rebondit, avance de quelques millièmes de milimètres, rebondit encore dans une autre direction, re boïng, etc etc etc. Donc un parcours non plus linéaire mais un zigzag parfaitement chaotique.

heureusement qu'on ne les voit pas, d'ailleurs, car notre vue porterait à quelques pouyèmes de milimètres sinon :-))

comme ça devient difficile à visualiser, on va imaginer un super zoom local.

alors...
imaginez maintenant une table de billard. Dedans vous avez le tiers de la surface couverte par les boules de billard (une boule représente notre molécule en simplifié). Et la table est posée sur une table à secousse (table qui simule les tremblements de terre) qui remue notre billard dans tous les sens. On le voit, les billes forment un micmac bien complexe. Ca me rappèle, quand j'étais petit, la télévision lorsque l'antenne était débranchée. Ces petits tourbillons blancs et noirs dans tous les sens...

Et justement !

sur notre table de billard, certaines billes roulent en tout sens, se déplacent ici et là, mais, dans le lot, il y en a qui vont ... "tourner en rond". A rebondir sur leurs voisines, finalement, ces boules vont avoir une trajectoire un peu constante, une boucle, un cycle.

c'est la même image que notre noeud sur la corde, la boule de billard, ou plus exactement son trajet cyclique, fait un noeud sur lui-même, et devient, dans son mouvement, quelque chose de figé, une forme d'immobilité au sein du mouvement.

noeud fixe mais qui se déplace dans le chaos ambiant, noeud qui va commencer à un moment, et finir à un autre. La notion même de la vie par principe d'agrégation.

vous avez la tête qui tourne ?
moi aussi, lol, ça doit être bon signe :-))

en fait, notre noeud sur la corde ou bien ce tourbillon immobile, ce mouvement régulier d'une des boules de billard, il s'agit dans les deux cas d'une même réalité, mais vue sous deux points de vue différents : vision statique (Yin) ou dynamique (Yang)

au niveau quantique, c'est un peu la même chose.

si je regarde version Yin, je vois une particule élementaire. Un électron, un proton, un photon, un "méson-pi", et d'autres noms parfois très fantaisistes. *sourire amusé* Mais si je regarde sur un plan dynamique, je vois quoi ? Et bien comme pour l'air, il y a un flux de "quelque chose", ça bouge dans tous les sens, apparament un vrai chaos. C'est "du quoi" ce quelque chose ? Bah, certains diront du Ch'i, d'autres du Prana, de l'énergie vitale, et j'en passe... En gros c'est un flux qui remplit tout l'espace (voire qui crée l'espace), et tout comme nos billes de billards forment parfois une entité (un mouvement circulaire régulier), et bien ce flux crée des particules.

Le mouvement régulier, sur le billard, apparait à un moment, puis plus tard disparait. De même, les particules semblent donc apparaitre parfois de nulle part, elles perdurent des quelques parcelles de secondes (milliardièmes de milliardièmes de seconde pour les plus volatiles) à potentiellement des millions d'années pour les plus stables, puis qui disparaissent et redonnent "de l'énergie libre".

du coup, quand on regarde une particule élementaire, elle semble figée, mais si on zoome dessus, elle fluctue en permanence... De par notre vision, c'est logique, c'est comme nos boules de billards qui on fait une boucle : le boucle oscille et se déplace sur la table de billard. Elle n'est pas "persistante" mais "rémanente", chaque tour ressemble au précédent tout en étant différent. Du princpe de l'impermanence justement...

---

avec toujours ceci : les tourbillons semblent se former "au hasard" et se déformer de même.

AAAHHHHHH, ce fameux hasard :-))

---

mais revenons-en à la conscience, puisque tel était le sujet avant cette courte promenade dans le monde chaotique de la pure création.

la conscience, c'est quoi donc ?

vous vous souvenez qu'on avait définit la psyché comme un noeud ? Ce même noeud de la corde, ou encore ce mouvement régulier sur le billard. Tout comme ce noeud, on peut voir la psyché de deux manières distinctes : la partie statique est ce que l'on nomme la conscience, alors que la partie dynamique est notre comportement, donc notre tempérament, comment nous agissons et réagissons dans notre vie. Notre personnalité, quoi.

j'utiliserais cependant plutôt le terme "pure conscience", pour ne pas confondre avec la conscience au sens du sixième chakra, ni avec celui utilisée en psychanalyse.

la différence avec le noeud, c'est que la psyché n'est pas fabriquée à partir de cette énergie première qui circule, ce Ch'i ou Prana, mais à partir du sens, de ce que cela signifie, de l'idée. Donc on en revient encore au monde des idées de Platon. Ainsi, la psyché est au concept ce que la particule est au Prana... Un bète noeud sur une corde... Comme l'égo aussi, d'ailleurs. Un noeud qui, au plus on tire dessus, et au plus il se resserre et perdure...

---

en résumé, on a de la matière, qui provient de l'énergie primordiale, et on a le sens, la sémantique, donc le niveau symbolique. Le corps et la psyché. L'âme est encore au-delà dans cette approche. (on verra dans un autre post - plus tard - que passer de deux à trois, binarité à trinité, donc de âme dans corps à âme dans psyché dans corps, produit des changements fondamentaux, bien que facilement insoupçonnables)

Corps et psyché, ou encore matière et sémantique symbolique, on a alors deux grands mouvements de l'un vers l'autre afin de "connecter" ces deux mondes. Le premier se nomme "de l'information". Si je compte des patates, il y en a 5, ça devient de l'information, qui est ensuite compréhensible par la psyché, car cette information est transcodée en concept. C'est là la fonction fondamentale de la conscience : fabriquer du sens. Ce qu'un ordinateur ne sait pas faire, il fabrique au mieux de l'information, pas du sens. Donc pas de conscience. Cette information va du concret tangible vers le sens, donc la compréhension. Elle va du corps vers la psyché.

Le second mouvement, donc dans l'autre sens, c'est donc la façon dont la psyché agit sur le monde. C'est à dire comment elle s'insinue dans les zones floues pour involuer un mouvement dans un sens ou dans un autre. C'est là le principe fondamental de la mécanique quantique : il y a un flou, la particule, bien que soumise aux lois strictes du déterminisme, peut cependant faire plusieurs choses. Autrement dit, à chaque instant plusieurs avenirs sont possibles.

C'est le principe même de ce que l'on nomme le hasard.

ce fameux hasard qui fait que cette boucle, ce cycle, sur ma table de billard, se fait "avec un sens sous-jacent", et non pas de manière "purement aléatoire".

sauf que le hasard, en agissant directement sur la matière, donne des effets infiniment faibles, quantiques, donc vraiment infimes. Mais fort heureusement il existe des super méga amplificateurs à ces hasards microscopiques. Et ces amplificateurs, c'est ...
c'est ...
à votre avis ?

...
éh éh :-))
c'est tout simplement le système nerveux et donc le cerveau, qui est un système nerveux très puissant. (système nerveux qui inclut les neuromédiateurs, et les glandes associées, donc pas uniquement dans le nerf)


de fait, le cerveau (et pas uniquement humain) est à la fois un super calculateur (dont sont inspirés les résaux de neuronnes), mais c'est aussi un circuit hors pair pour capter les messages venant du subtrat psychique, donc de notre psyché. Ou d'une autre en cas d'envoutement ou de possession par un autre esprit, d'ailleurs.

Et, pareil, le cerveau va transmuter un tas de points lumineux sur une rétine en une image unifiée du chien qui aboie, corréler cette image avec le son, et faire un pack sous forme "d'un lot d'informations", qui sera donc transmis à la psyché. Vu ainsi, le cerveau n'est plus siège de grand chose, il est essentiellement un (re)transmetteur, talki-walki entre deux plans de nature différente.

---

je dis souvent qu'un tel cerveau qui relie deux plans, ça ressemble à une aiguille qui perce la paroie de deux étoffes. Un point de couture. Et avec des milliards de cerveaux, alors les deux morceaux de tissus sont cousus ensemble, et du coup donnent l'impression de ne former qu'une seule couverture, avec un côté épais et rugueux, et l'autre en soie. Tout organisme soumis au hasard, donc la moindre bactérie, nous tous, jusqu'au plus intelligent de tous les humains, nous sommes cette couture qui lie ces deux plans.

donc qui lie à l'unisson le sens symbolique et la réalité concrète. Nous y reviendrons - plus tard :-)) - dans un autre post au sujet des formes, des ondes de formes, et de leur sémantique intrinsèque...

---

pour en revenir au hasard résultant de la psyché...

je donne souvent l'exemple du papillon. Qui est associé à l'effet papillon et ce n'est pas innocent...

un papillon, ça volète... Un pti coup d'aile, et hop il monte. Et l'air au dessous de l'aile s'affaisse. Les molécules d'air tapent les molécules de ses ailes... Et ça fait un tourbillon. Avec un reflux, un sac et un resac. Et le papillon redonne alors un autre coup d'aile, très économique car il profite du resac pour pousser l'aile (économie musculaire) en s'appuyant sur le reflux du "sac", donc économie d'énergie.

un mouvement incroyablement optimisé, qui fait que ce papillon, ce fin morceau de fin tissu, ne "devrait pas pouvoir" voler, et cependant y parvient à merveille.

Les laboratoires qui ont étudié son mouvement ont halluciné de voir la formidable complexité de ce mouvement. Il faut des supercalculateurs pour en faire autant, et encore, on n'y parvient pas en temps réel. Et le papillon, si !

Alors, il doit être rudement intelligent ?

en fait, avec ses 4000 à 5000 neurones, la papillon fait dire à ces chercheurs qu'il a, je cite : l'intelligence d'un grille-pain. (parenthèse au sujet de neurones : nous en avons, nous humains, sensiblement le même nombre de neurones dans notre tête qu'il y aurait d'étoiles dans la galaxie...)
Notre papillon n'est donc même pas bète, il est absurde, ses neurones font fonctionner les circuits vitaux et les muscles, et ... rien d'autre. Aucune cogitation, aucune pensée, rien, nada.

Et pourtant il vole...

alors on se prète à penser que son tout petit cerveau de papillon, peut-être, ne calculerait rien du tout, mais, peut-être, simplement, capterait un "quelque chose" qui, peut-être, "lui", saurait peut-être les mouvements à faire.

peut-être... :-))

belle enigme de la nature en tout cas.

---

mais si au contraire on en revient à cette petite théorie... Cette théorie qui n'engage que moi, que rien ne prouve, et qui n'est qu'une vision subjective des choses, à savoir la mienne... :p

Donc qu'il y a des tourbillons dans tous les sens, et que ces tourbillons, générateurs de "hasard pulsé", permettent à la psyché de s'en servir pour réaliser le manifestable ? Si oui, alors le papillon ne "calcule" pas le mouvement de ses ailes, il se contente de les bouger "au hasard". C'est à dire en accord avec un autre plan, le plan psychique, dans lequel il n'y a pas de calcul mais un concept, une volonté, l'endroit où le papillon veut aller.

On le voit, vu ansi, le hasard ne cherche pas "comment faire" mais bien "quel est le résultat à obtenir", et ceci sans se demander "comment". On en revient à notre vision à rebourds du temps...

et l'humain, lui, à vouloir tout comprendre, et surtout à vouloir tout contrôler, au final, n'arrive à rien.

Lequel des deux, humain ou papillon, est le plus spirituel, à votre avis ?

mmmm ?

oui, bon, certes, j'ai un peu influencé la réponse, j'avoue ! lol

---

alors finalement, regardons à nouveau notre volume rempli d'air, et ses particules qui fluctuent, et qui le zèbrent de toute part, particules qui collisionnent, et dont certaines tournent en rond. Et là, observons qu'un tel tourbillon, de externe, est devenu internalisé, donc il perdure, et se déplace, il a pris une méta-forme tangible...

...

celle d'un papillon ?



Les réponses à ce message

 à part... par Angela le 13.05.07 à 00h46

Plan du site · Recommander ce site
Tous droits de reproduction réservés (c) 2011
Tous les textes · Toutes les questions · Tous les avis · Toutes les lectures · 
spiritisme esprits spiritualite