Une petite pierre à l'édifice ? - Bonjour à tous. Je suis très récente, et donc encore bien ignorante de tous vos nombreux messages. C'est pourquoi, je lis, deci, delà et je suis tombée sur

 

Infos pratiques


tl4
Retour au forum     Retour au message père     Retour au message père

Ce message est archivé, vous ne pouvez donc pas y répondre

Une petite pierre à l'édifice ?

Rédigé par Baccara
Posté le lundi 21.02.05 à 16h24
Message n° 23027

Bonjour à tous.

Je suis très récente, et donc encore bien ignorante de tous vos nombreux messages. C'est pourquoi, je lis, deci, delà et je suis tombée sur une petite "querelle de clocher" quant au site et à la communication sur ce site.
Notamment par rapport au jugement... du style "tu n'as pas le droit de me juger" auquel certains ont su ajouter "comme d'ailleurs, je n'ai pas le droit de te juger...".
... J'ai très envie de vous dire cela :
1) Ne croyez-vous pas que, avant de pouvoir nous dire capable de ne pas juger, il faudrait accepter que, INEVITABLEMENT, nous jugeons les autres et nous-mêmes, et que les autres, invévitablement, nous jugent et se jugent également ?
2) D'ailleurs, si ce n'était pas le cas, comment pourrions-nous être touchés par tel ou tel propos (quant à la forme ou au fond !) Donc, pour ma part, alors que bien sûr j'ai eu et ai encore à souffrir du jugement des autres, comme du mien (mais à chaque fois, j'essaie de voir au-delà pour en tirer le bénéfice pour moi, avec de plus en plus de réussite, avec l'âge !....), je pense que : ACCEPTER son propre jugement enver soi et envers les autres, comme celui des autres envers eux et envers nous est la première marche "sine qua non" vers le véritable non-jugement.
3) Si certains parmi nous, et je m'inclue dans ce nous, se sentent froissés ou même simplement un peu atteints, à réfléchir sur le POURQUOI véritable nous sommes touchés et non pas à penser que l'autre est un nul (car nous sommes bien sûr tous le nul de quelqu'un, n'en doutons pas !)
4) N'empêche ! J'ai trouvé, pour ma part, mais il est vrai que je n'étais pas directement impliquée dans ces échanges plus ou moins "vociférants", un côté très SAIN.
Grâce à la susceptibilité, ou sensibilité (chacun jugera ! N'est-il point ? !) de quelques'uns parmi nous, cet échange a pu avoir lieu et il semblerait, d'après ce que j'ai compris, que cela n'avait pas été encore le cas, à ce niveau... Mais peut-être me trompé-je, même si en fait, cela n'a guère d'importance.
6) Donc, pour moi, plutôt positif et revigorant, à UNE CONDITION, qu'une fois que cela sera compris pour tout le monde, on puisse passer à autre chose. Mais peut-être était-ce besoin pour nous de clarifier...
7) SAVOIR que l'on peut se croire jugé, alors que ce n'est même pas le cas. Car si nous sommes responsables de ce que nous donnons, nous sommes aussi responsables de ce que nous recevons.
Par ex, en allant au plus fort, même si l'autre nous a effectivement jugé, et mal jugé (of course ! car nous aimons bien les jugements sympatiques et pourtant, c'est bien aussi un jugement !) nous sommes libres de le prendre comme un bienfait, un cadeau de l'autre malgré sa maladresse... et dans ce cas, le recevoir dans l'amour.
8) Mais si par "hasard" ?, nous n'y parvenons pas, eh bien, acceptons de renvoyer l'ascenseur à ce même qui nous aura blessé, ce qui sera beaucoup mieux que de le garder pour soi. Si l'on se sent mortifié, à tort ou à raison, le dire, le faire savoir à l'intéressé mais sans l'accuser : lui dire, là, JE ne me suis pas senti respecté par toi. Peux-tu m'expliquer ?
9) Tous ces différents échanges, grâce la sensibilité exacerbée, ont permis à certains de mieux exprimer leurs différences, pour se rendre compte (non ?) que ce n'était pas si différent : nous sommes TOUS en recherche d'amour, à donner, à recevoir.
10) Je pense que le jugement, une des ILLUSIONS exposées dans "communion avec Dieu", fait partie intégrante de notre expérience sur terre.
11) Nous pourrons nous dire "NON-JUGEURS" quand nous ne jugerons plus, mais le hic !, c'est que nous ne jugerons plus quand nous n'aurons même plus besoin de le dire ou de se faire reconnaître en tant que tel....
12) Enfin... j'étais venue sur ce SITE pour savoir où en était la spiritualité dans l'Homme d'aujourd'hui. Je ne suis pas déçue, il reflète bien notre humanité dans ce qu'elle a de meilleur (et de pire ? Non, car l'univers nous aime tels que nous sommes).
Très bonnes journées à tous car j'ai aimé chacun de vos messages. Et pour ceux qui n'auraient rien à faire sur ce site, qui peut en juger ?

Pour en revenir à la question de Patricia, ma réponse est : écrivons, parlons, communiquons ainsi que nous savons le faire, c'est-à-dire, n'ayons pas peur d'être "nous", comme n'ayons pas peur qu'ils soient "eux", RESPECTONS-NOUS COMME NOUS RESPECTONS LES AUTRES (oui, je sais, jeu de mots un peu facile !)

Elisabeth


Plan du site · Recommander ce site
Tous droits de reproduction réservés (c) 2011
Tous les textes · Toutes les questions · Tous les avis · Toutes les lectures · 
spiritisme esprits spiritualite