Commentaires autour du texte 'La foi en question' - Commentaires autour du texte 'La foi en question'

 

Infos pratiques


tl4

La foi en question

Texte publié le 24 décembre 2008 proposé par Jean
Il est des jours ou nous ne savons plus comment aborder notre foi. Nous ne sommes plus que dans l'état de celui qui espère, nous ne sentons plus en nous la chaleur réconfortante, qui veille en ceux qui reçoivent l'Esprit. Nous regardons ceux qui sont en l'Esprit avec envie et parfois énervement, sans se remémorer qu'il y a peu nous aussi nous étions en l'espérance. De nouveau seul au ...

Commentaires autour du texte

La foi en question

Par Honora le 29.12.2008
Avant d’ouvrir modestement ce débat, j’ai parcouru différents sites Internet afin de trouver « la » définition qui résonnerait harmonieusement avec mes propres sentiments, la chose n’est pas aisée, la suivante s’en rapprocherait :
« Or, la Foi, c'est l'assurance des choses qu'on espère, la démonstration de celles qu'on ne voit pas » (Hébreux 11:1 »
S’il m’arrive de généraliser qu’on m’en excuse, les idées que je développe me sont propres et je n’ai aucun mandat pour m’exprimer au nom de quiconque.
Si la Foi est un privilège que Dieu accorde parfois, aucun doute n’est levé pour autant sur les questions existentielles qui préoccupent la plupart d’entre nous : « comment exprimer « Dieu » ? Parfois défini comme un noumène (chose en soi que l’on ne peut appréhender par l’expérience sensible) « Quel est notre destin ici-bas » ?, « avons-nous un avenir après la vie terrestre » ? Par ailleurs, ce privilège ne hausse pas au-dessus des autres, cela amène peut être seulement à tenter de réfléchir davantage. Dieu existe puisque nous existons !
J’ai douté pendant de longues années de l’existence de Dieu, sans jamais le renier vraiment par une sorte de retenue, et mes arguments de l’époque : « Si Dieu existait, le monde ne pourrait pas être ce qu’il est », « des enfants innocents ne souffriraient pas ainsi de la folie des hommes », « la mort ne faucherait pas certaines vie si précocement », « les méchants seraient punis et empêchés de faire le mal sur terre », entre autres, n’avait rien d’exceptionnels. Ils pourraient encore aujourd’hui être avancés sans que je puisse convaincre mes contradicteurs du contraire Le spiritisme apporte une réponse mais seuls ceux qui s’y réfèrent peuvent trouver un apaisement en acceptant que : « les voies de Dieu sont impénétrables et le moment venu, nous comprendront enfin », maigre consolation pour les sceptiques.
Un jour, pourquoi celui-là, mes yeux se sont ouvert sur la beauté de l’univers et j’ai ressenti Dieu dans les détails les plus infimes qui m’entouraient, ces montagnes majestueuses, les fleurs, les arbres, toute la flore si variée, la diversité infinie de Son Oeuvre. Ce sentiment très fort est absolument incommunicable, les mots, dont je dispose, n’y suffisent pas mais Il ne me quitte plus même lorsque je doute d’une quelconque utilité de l’homme ici-bas, de son devenir et de l’au-delà. J’en éprouve une grande sérénité même si parfois résonne dan ma tête cette jolie chanson « sacrilège» de Barbara
Est-ce Dieu, est-ce Diable ou les deux à la fois
Qui un jour s’unissant ont fait ce matin là
Est-ce Dieu, est-ce Diable, ma foi, je ne sais pas
Mais pour tant de beauté, merci et chapeau bas
Ce qui précède concerne la spiritualité mais la foi c’est aussi la confiance que l’on accorde aux autres, c’est déjà un peu de sagesse, c’est ne pas être blessé quand un soupçon non justifié nous envahit et nous amène à douter d’autrui. C’est extrêmement difficile de rejeter toute pensée négative et c’est un long apprentissage que de faire la part de la crédulité et du soupçon non avéré. C’est pourtant, à priori, simplement ne pas imaginer d’éventuelles intrigues d’intérêt dans les propos des autres. La peur d’être trompé, trahi, est souvent ancrée en nous par de tristes expériences mais la sagesse devrait nous amener, chaque nouveau jour, à accorder sa confiance à autrui sans pour autant se voiler la face.
Oh!... J'ai souhaité la neige et, comme une enfant, j'ai tiré le rideau au réveil. Rien. Je termine ce texte, je lève les yeux, il neige ! suis-je sotte, c'est l'hiver bien sûr ?

Dieu, diable,positif,négatif,bien,mal.

Par Woolfgang le 29.12.2008
Dieu est un amalgame de tout ce qui existe dans l'univers.Le problème c'est que l'humain est en dualité avec le tout.Dieu est en chacun de nous,nous sommes nous-mêmes Dieu.Nous sommes comme l'enfant qui doit grandir,nous devons devenir l'adulte et cet adulte c'est Dieu.
L'univers est en dualité,l'homme est en dualité avec lui-même.Il cherche Dieu mais il est lui-même ce Dieu qu'il cherche.Il est le Un,pourquoi ne voit-il pas qu'il est le Un,le dieu qu'il cherche.Dieu a tout donné à la vie,l'homme est le seul dans l'univers qui ne voit rien.Pourquoi ne demande t-il pas la vision,la guérison.Il est aveugle,Jésus disait...vous ne demandez rien,pourquoi cherchez vous ailleurs qu'en vous-même.La vérité est dans les profondeurs de chaque être humain,la vérité attend endormi en chaque personne de cet univers.Vous êtes tous beaux,il ne suffirait de presque rien pour que vous soyez tous la lumière de l'univers.

Gratitude

Par Lecate le 30.12.2008
Depuis le jour ou comme Descartes nous avons compris ce que veut dire « je pense donc je suis » impossible d’imaginer que nous puissions compter pour RIEN. Même celui qui disparaît incognito oublié de tous, ne peut effacer les traces que pendant un certain temps il a laissé dans la réalité des choses. Que nous le voulions ou non nous participons tous à l’évolution de l’univers et chacun d’entre nous avons apporté quelque chose. Pourquoi être inquiets de ce que nous serons après la mort puisque nous ne pouvons pas disparaître de ce grand TOUT qui est. La mort ne signe pas notre disparition, si nous avons quelque raison d’apprécier la vie qui est la nôtre manifestons de la joie et de la gratitude c’est de cela que l’univers a le plus besoin. A l’exemple de ce qui se passe dans la nature nous ne pouvons renaître que de ce que nous avons semé, alors ne soyons pas inquiets si nous avons semé l’amour nous ne récolterons pas la haine, et faisons confiance le DISPENSATEUR de toutes choses comme le bon paysan ne jette pas ses bonnes graines sur les rochers.

Non Dieu ne sourit pas du tout

Par Woolfgang le 18.02.2009
Dieu n'a pas envie de rire,
il n'a pas envie de sourire, il est même très triste de toute cette misère inhumaine. Depuis que le monde est monde que l'homme souffre de toutes les sortes de souffrances inimaginables, non, il n'a pas envie de rire.
Quand ils voient ses petits enfants sur la terre, quand il voit de quelle façon on abuse d'eux, non, il ne sourit pas. Peut-être pense t'on que c'est drôle l'évolution, de voir que ça prend des tas de réincarnations avant que l'on puisse comprendre un petit peu de chose.
Qu'il y a t'il de drôle pour Dieu devant ce spectacle navrant de la souffrance journalière des ses enfants. Peut-il sourire quand il voit toutes ces guerres et tout ce que l'on peut faire de mal au nom de Dieu.
Qu'il y a t'il de drôle à regarder des religions qui se font des guerres de clocher afin d'assouvir une suprématie barbare. Qu'il y a t-il de drôle à voir la pauvreté s'étendre comme le sable du désert.
Qu'il y a t'il de drôle à regarder l'évolution lente des humains. Dans beaucoup de pays l'eau manque, des gens font des kilomètres à pied pour aller chercher de l'eau sale, impropre à la consommation, non... Dieu n'a pas envie de rire, son coeur est cassé et il pleure de voir tant de souffrance. Dieu cherche par tous les moyens de faire cesser le tintamarre des guerres.
Demandez à... Vision Mondiale et à Christian Blind Mission si c'est drôle la misère qu'ils côtoient à chaque seconde de leur vie.
Dieu ne rit pas, peut être est-ce drôle pour ceux qui ne sont pas dans l'état extrêmement précaire de beaucoup de personnes sur cette terre, mais Dieu a mal et ses larmes sont de sang. Dieu possède un coeur de mère et sa douleur et grande de voir tant de souffrance. Et le comble du malheur, c'est que cette souffrance perdurera encore très longtemps.
Non, il n'y a aucun sourire à l'horizon pour Dieu, car Dieu a en lui la souffrance de tous ses enfants. Chaque seconde de souffrance sonne dans dans le coeur de Dieu comme coup de canon.
C'est ça... souriez la vie est belle.

Dieu humain ?

Par Thazz1 le 22.02.2009
J'aimerais réagir aux propos de Woolfgang.
Tu sembles croire que l'homme est la seule créature divine, la seule création de dieu dont il se préoccupe et dont le comportement l'afflige.
Voilà une vision que je qualifie d'humaine de la divinité. Tu sembles lui conférer un regard humain sur nous, tu sembles lui conférer les mêmes caractéristiques que nous. Tu lui prêtes des intentions humaines, du moins les intentions que lui octroient certaines religions. Tu sembles imaginer la divinité comme une entité complètement extérieure à nous, qui attend quelque chose de précis et qui désespèrerait de nous voir obstinément aveugle à ses volontés.
Libre à chacun de s'imaginer la divinité qu'il souhaite en effet, si cette définition te convient et te permet d'élever ta conscience au Tout, tant mieux. Cependant, je constate que cette définition t'apporte colère et tristesse, qui, selon moi, ce sont pas des sentiments très positifs à partager. Bien sur, il s'agit de tes pensées et tu nous les fait partager avec énergie, mais si tu souhaites faire bouger les choses, c'est d'abord en toi qu'elles doivent naître puis s'épanouir vers le Tout.
La seule chose qui rende triste est la tristesse, la seule chose qui mette en colère est la colère. Cela peut te sembler un discours creux et pourtant il s'agit là d'un principe vital. Tu vis ce que tu crois, tes pensées construisent ta réalité. Que tu ressentes une grande inéquité en voyant ce monde est parfaitement compréhensible, et c'est bien ton être divin qui s'attriste de cela, mais cette tristesse nourrit une colère qui perturbe ton regard. Tu souhaites vivre en paix et tu ne peux t'y résoudre en pensant que d'autres ne le sont pas, alors permet moi de te poser cette question: "quelles pensées souhaites tu envoyer au monde ?"
Tes pensées sont des ondes qui vont se diffuser à l'infini. Les consciences sont des récepteurs de ces ondes et les transforment en énergie physique. Lorsque tu vois un monde en carence d'estime de soi, vas tu perpétuer cette culpabilité avec ta colère et ta tristesse ou vas tu alléger ces maux, et par là même élever sa conscience, avec ta compassion et ton amour ?
La colère est le signe de l'éveil, elle est une sorte d'explosion énergétique incontrôlée qui marque le point de départ d'une prise de conscience.
Le monde que tu observes et qui te fait souffrir a besoin de toi, il a besoin de ton amour et tu peux le lui donner à travers tes pensées. Ne le renie donc pas, aimes le dans l'horreur de sa souffrance. Jésus disait à Pierre qu'il devrait le renier par 3 fois avant le lever du jour, et Pierre le renia car il ne reconnaissait plus le Jésus qu'il admirait. La peur déformait son regard, puis la douleur et enfin la colère. Trois fois donc. Mais notre expérience nous apprend que nous ne pouvons apprécier sans éprouver le manque, notre évolution est encore très tactile, nos émotions sont encore des diamants bruts que nous affinons.
Et Dieu dans tout cela ? Il ne rit ni ne pleure, le temps est une illusion que nous créons pour permettre la redécouverte du Soi, Dieu est au delà du temps, n'oublies pas que pour la divinité (permet que je l'appelle ainsi) le temps n'existe pas, l'évolution est achevée car elle (la divinité) est le but final, pour elle il n'y a aucune douleur car tout est déjà achevé.
Et puis, pour terminer, la divinité est en toute chose, alors quel aspect de celle-ci souhaites tu expérimenter ? ^^
Que l'Amour te porte.

Nul ne peut penser comme dieu

Par Amijean le 26.02.2009
Ne pas penser comme Dieu...
Nous n’en avons pas la capacité.
Je ne crois pas que la pensée de Dieu est dans la tristesse,
Il nous a toujours laissé notre libre arbitre.
On voit les misères d’aujourd’hui, et il est vrai que pour certaines bonnes âmes puristes le monde devrait être parfait.
Mais personnellement je pense qu’il ne le sera jamais.
Nous devons toujours avoir à l’esprit que dans toutes choses il y a du yin et du yang, au blanc nous trouverons toujours en opposition le noir.
Certain disent que le monde va de plus en plus mal,
et moi je pense le contraire...
Nous oublions que dans les siècles précédents il s'est fait mille atrocités, mais qui hélas n’étaient divulguées que bien des années, si ce n'est pas des décennies, plus tard.
Après maintes batailles les vainqueurs se livraient par défoulement aux viols, aux tortures de toute nature, comme enlever les yeux des vaincus avec pour seuls outils leurs doigts, ou on pouvait se livrer à empaler les prisonniers ou les bruler vivant sur un bûcher ou les écarteler entre quatre chevaux et j’arrête ici une liste trop courte, tellement l’homme a toujours été le pire des fauves dans ses dépravations.
Rien ne l’arrêtaient, car ils se savaient vainqueurs donc impunissables...
Le monde va mieux, la seule différence c’est la rapidité des informations et la médiatisation mondiale actuelle des faits de vies et de mœurs.
Il y a 100 ans vous n’aviez pas de travail, parce que vous aviez perdu un bras à la suite d’un accident, vous ne deviez plus compter que sur vous-même pour survivre, et pas question de vous adresser à une quelconque association pour vous venir en aide.
Un homme battait sa femme et ses enfants, et cela était vu comme normal car la société lui reconnaissait ce droit, un enfant subissait des viols dans un orphelinat et il était normal que cela reste en interne...
Je m’arrête dans toutes ses choses, car il serait trop long de tout énumérer.
Aujourd’hui le moindre fait que les médias peuvent capter, est transmis en quelques minutes à toute la planète.
Et comme à tout yin il y a un yang, il arrive que certaines informations mal fondées soit misent sur la place publique, au risque de nuire fortement à des innocents...
Peu importe cela fait du tirage de presse ou de l’audience.
Il n’y a jamais eu autant de groupe caritatif de bénévole pour aider les gens dans le besoin.
Je crois que nous devons aller vers le bien et le mieux du monde et de la planète les yeux grands ouverts, sans fausse pudeur de notre société... Mais surtout sans un alarmisme qui est plus que payant pour les médias et qui malheureusement plait terriblement dans ses nouvelles émissions de plus en plus trash et violente, mais dont les spectateurs sont de plus en plus friands...
Nous devons croire au bien, mais avec les yeux bien ouvert, car le seul fléau nécessaire de notre monde, est la cupidité de l’homme, et hélas dans cette nouvelle aire de profit mondial immédiat le mal peut venir nous toucher de n’importe quel point de la planète...
Agissons les yeux grands ouverts avec des gestes et des pensées de bien et d’amour. Tant pis pour ceux qui ne crois pas en une justice divine...
Croire en quelque chose !
Il est vrai que notre système est double, il nous brise toutes nos barrières de société, qui sont la famille, la religion, la justice, l’ordre et notre système qui nous dirige !
Mais en même temps nos moyens de communication nous donnent une grande possibilité d’échanger nos idées et des concepts fondamentaux ! Comme sur se site !
Comme pour chaque médaille ou le yin et le yang, il y a bien souvent l’inverse !
Je ne crois pas en une seule religion, mais bien en une existence supérieure qui nous gouverne en même temps quelle nous laisse notre libre arbitre !
Avec l’âge de raison, je suis ressorti de l’enseignement catholique qui comportait trop d’incohérence !
Mais tous mes vécus et expériences de médium m'ont ramené à une certitude : il y a une ou des intelligences et amour bien supérieur à nous, simples humains !
Je pense aussi que l'immensité du système planétaire donne la possibilité logique à la présence d’êtres pensants avec des évolutions différentes !
Nous ne sommes nulle part dans nos connaissances et devons être humble !
Je vous laisse une citation : “Douter de tout ou tout croire, ce sont deux solutions également commodes, qui l'une et l'autre nous dispensent de réfléchir.“ - Henri Poincaré.

NON

Par Xianaelle le 26.02.2009
Je ne veux pas que dieu capitule car ça n'aurait plus aucun sens du tout notre vie.
Je veux bien que dieu nous trouve tous ici bas des ignorés, mais il ne sourit pas et il ne se réjouit pas de nos malheurs.
Il est dieu tout puissant, il pourrait d'un seul coup de colère nous rayer de son univers mais il veut nous faire rire et espérer à travers son sourire et sa bonté ?
Bon suis peut-être naïve mais je pense que dieu est rempli d'amour et sa source d'amour nous envoie depuis la nuit des temps l'envie d'aller de l'avant et à nous de capter son immensité bonté.
O toi grand Dieu si tu souris en ce moment en nous voyant vaciller ou pleurnicher nous si petits, alors ça n'est pas juste de se moquer de nous ainsi !
Aides nous plutôt à nous relever la majorité d'entre nous qui croyons en toi et fais en sorte que notre chemin nous guide vers l'espoir vers toi ? Tu peux le faire, tu es Dieu celui qui sourit en nous voyant pleurer ? Alors "please" toi le grand manitou qui sait tout ? Plutôt que de sourire en nous voyant "sniffer" fait en sorte de nous permettre à chacun d'entre nous de trouver la bonne direction, pourquoi pas ? La bonne clef d'un monde meilleur rempli d'espoir et d'amour ?
Allez mon dieu tout puissant ? Chialer c'est tellement humain et pourtant Dieu toi qui vois nos larmes ? Si tu pouvais non seulement sourire mais nous guider vers ce chemin à suivre ça nous ferait un bien fou !
Merci

"L'homme est un apprenti ..."

Par Lapetiteamedevirginie le 02.03.2009
Dieu sourit avec tout son Amour, sa compassion sa tendresse pour nous, parce qu'il sait que, malgré la douleur, nous sommes sur notre propre chemin... son chemin.
"L'homme est un apprenti, la douleur est son maître,
Et nul ne se connaît tant qu'il n'a pas souffert." Alfred de Musset
:-)

Toujours le côté négatif ?

Par Xianaelle le 05.03.2009
Pourquoi la douleur ?
On ne peut pas voir dieu à travers le bonheur ? On ne peut pas avancer dans la joie ? Pourquoi toujours le malheur ?
C'est aussi dans des moments de bonheur, qu'il faudrait s'en rapprocher de dieu pour justement croire en lui.
Puis surtout les retenir ces moments de joie et espérer que plein d'autres bonheurs s'ajoutent ? C'est mon avis et ça n'engage que moi, je pense justement que dans les moments de malheur qui nous tombent incontestablement dessus un jour où l'autre, la joie reconnue aidera à avancer sur notre chemin.
J'ai parfois du mal à vous comprendre ? Pourquoi vous voulez toujours que dieu = malheur alors qu'il n'est qu'amour?
Le pur, le vrai amour sans crainte, sans rien demander en retour.
Je me répète, mais vous me rappelez l'époque où contrainte d'aller au "cathé" pour faire une communion (quelle horreur), je ne comprenais pas les paroles du prêtre qui brandissait Dieu en nous disant: "gare à vous ! Respectez les lois du sacré sinon sa vengeance sera terrible."

Toujours le côté négatif ?

Par Hannelore le 10.03.2009
Il est vrai que nous avons tendance à accuser Dieu de tous nos malheurs ; pourquoi Dieu laisse-t-il faire ceci ou cela, ah s'il y avait un Dieu il ne permettrait pas çà etc ... mais nous sommes les artisans de notre vie, Dieu nous a laissé une part de libre arbitre même si les grandes lignes de notre destinée sont tracées. Son malheur, l'homme le fait lui-même, quand en prendra-t-il vraiment conscience ?

Quel côté négatif ?

Par Lapetiteamedevirginie le 14.03.2009
Peut-être qu'Alfred de Musset voulait dire que par le biais de la souffrance l'Etre Humain apprend ses leçons de vie ? Et il est dommage, à mon avis, d'en passer par là pour évoluer... mais nous sommes ainsi fait. C'est véritablement quand tout va mal que nous sommes amenés à nous interroger. Car la douleur n'est qu'un symptôme... et c'est à nous de décrypter son message.
Pour revenir au sujet de cette conversation, la Foi se révèle et se réveille en nous, quand tout va mal. Nous demandons à Dieu de nous aider, de nous guider, d'être à nos côtés pour braver les épreuves.
Alors, Dieu nous sourit avec toute sa sagesse, comme un parent sourit en regardant son enfant entrain d'apprendre à marcher : il sait qu'il lui faudra vivre des chutes, des remontées, des re chutes et des re remontées pour, un jour, savoir marcher !
C'est peut -être ça la Foi ? C'est savoir qu'un jour on marchera malgré les chutes que l'on traverse ...

Croyance avec discernement et distanciation

Par Maxel87 le 15.03.2009
Si le respect par l’écoute attentive est la base d’un échange profitable, la ferveur le culte qu'imposent certains maîtres ésotériques me semble bien hasardeux. Le discernement et la distanciation, source du libre arbitre, me paraissent nécessaires dans cette recherche qui n’est pas une science exacte où personne ne peut prétendre détenir l’ultime vérité.
On devrait toujours s’inspirer de cette pensée philosophique de Siddhârta Gautama (Bouddha):
"Ne crois rien parce qu'on t'aura montré le témoignage écrit de quelque sage ancien.
Ne crois rien sur l'autorité des maîtres ou des prêtres.
Mais ce qui s'accordera avec ton expérience et après une étude approfondie satisfera ta raison et tendra vers ton bien, cela tu pourras l'accepter comme vrai et y conformer ta vie."
Le discernement, poussé par votre instinct, vous conduira à différencier à reconnaître et apprécier tel ou tel interlocuteur, maître à penser ou guide spirituel.
A contrario, les exemples de désillusions ne manquent pas, celui du médium en herbe qui cherche à tous prix son premier contact avec un esprit est l’illustration parfaite de cet échec.
Aveuglé par l'enchantement, par l’euphorie de la situation, il oubliera de poser les questions essentielles, comment vous appelez-vous, pouvez-vous nous donner des preuves tangibles de votre existence passée ?...
Il ne cherchera pas à discerner la réalité de l’illusion. Gonflé d’orgueil et de la croyance en son pouvoir il continuera de se parler à lui-même.
Heureusement pour lui beaucoup plus tard viendra l’heure d’un contact qu’il n’aura cette fois pas choisi, mais parce qu’il y aura eu entre temps une période de doute puis de travail sur soi, lui sera donné une première révélation avec cette fois-ci un véritable contact avec l'invisible qui lui apportera des réponses personnelles uniques impossibles à mettre en doute.
Après avoir noué avec le temps ce lien étroit avec l'esprit viendra l’heure de la distanciation. Pour ne pas retomber dans l’euphorie, pour ne pas s’interdire ou fermer la porte à d'autres rencontres avec l’invisible, mais aussi par souci d’équilibre psychique absolument indispensable dans ce genre de quête ésotérique, il s’imposera les distances le recul nécessaire à toute bonne et étroite collaboration.
La raison l’emportera alors sur la passion, le discernement et la distanciation auront posé ainsi les bases d’une relation éternelle.
Je n'impose à personne cette voie cette philosophie cette recherche perpétuelle d'équilibre.
Entrer en l'esprit en toute communion, en sortir en toute liberté.

Dieu sourit

Par Lapetiteamedevirginie le 31.05.2011
Dieu sourit en nous voyant nous débattre avec nos doutes.
Il rit avec tout l’Amour, et toute la tendresse qu’Il nous porte.
Et Il nous laisse faire dans notre apprentissage, parce que Dieu sait. Il sait, qu’un jour, nous verrons, nous entendrons, nous prendrons conscience de Sa présence en nous, de la Confiance que nous Lui portons, depuis toujours. Et nous Le regarderons avec les yeux du Cœur, ceux de notre Ame. Et nous Lui dirons "Et dire que nous savions ! " Et nous rigolerons.
Les 5 sens cachent le 6è. Pourtant, il suffit « juste » de faire le silence, et de laisser-faire cette Connaissance Universelle, … cette voix qui nous guide, cette voix qui nous dit la Vérité, notre Vérité, qui nous dit « de ne pas avoir peur »…
Cette voix sur laquelle on peut se fier, cette voix sur laquelle on peut compter…
C’est peut-être ça la Foi ? Apprendre à marcher sans les béquilles du raisonnement … ?
Notre apprentissage (et les doutes qui l’accompagnent) en serait notre équilibre instable ...

Plan du site · Recommander ce site
Tous droits de reproduction réservés (c) 2011
Tous les textes · Toutes les questions · Tous les avis · Toutes les lectures · 
spiritisme esprits spiritualite