La foi en question - Il est des jours ou nous ne savons plus comment aborder notre foi. Nous ne sommes plus que dans l'état de celui qui espère, nous ne sentons plus en

 

Infos pratiques


tl4
icone

La foi en question

Texte publié le 24 décembre 2008 proposé par Jean
Il est des jours ou nous ne savons plus comment aborder notre foi.
Nous ne sommes plus que dans l'état de celui qui espère, nous ne sentons plus en nous la chaleur réconfortante, qui veille en ceux qui reçoivent l'Esprit. Nous regardons ceux qui sont en l'Esprit avec envie et parfois énervement, sans se remémorer qu'il y a peu nous aussi nous étions en l'espérance.
De nouveau seul au monde, nous sentons le froid de l'absence et nous avons peur. La question vient alors de se demander si nous avons rêvé tout cela, si notre foi en ce Dieu aujourd'hui inaccessible était un geste désespéré, un désir plutôt qu'une réalité, si ce que nous avons déjà senti en notre coeur n'est qu'une illusion, si nous ne sommes finalement, qu'un animal sans destin.
A cet instant tout peut être juste si cela nous rassure. Nous sommes des proies faciles pour les menteurs et nous sommes d'autant plus manipulables que nous avons le sentiment qu'une partie de nous manque sans que nous puissions dire exactement ce qui est absent.
Dieu n'a pas de visage et se manifeste à nous par des envoyés qui éprouvent souvent notre foi par une impression d'absence insupportable. Pourtant, si nous ressentons ce manque c'est qu'avant nous avons connu quelque chose et que ce qui a été, l'a été parce que l'Esprit le souhaitait. Si nous sommes en ce vide, c'est que nous pouvons le comparer à un autre état qui le précédait. Donc, il ne sert à rien de douter de tout mais d'essayer de comprendre ce qui se passe.
Souvent, pour avancer, nous nous donnons des croyances ou adoptons des schémas proposés par d'autres afin de nous aider dans notre route que nous ne percevons pas encore avec l'importance qu'elle a.
Ne sachant comment aborder les choses, nous nous rattachons à un plan qui n'est pas de notre construction vierge. Ces croyances, apprises ou découvertes en nous, permettent que nous structurions notre pensée afin d'organiser notre propre foi. Car nous sommes chacun un temple. Quand ces croyances sont admises et que nous avons progressé grâce à elles, nous sentons qu'elles ne sont pas la foi véritable mais outils de la foi et donc, progressivement nous nous en défaisons car nous sentons que la vérité ne se trouve dans une forme mais bien dans le non exprimé, le non démontrable. Dieu n'est pas une science et il est donc d'un autre domaine que celui du verbe, des icônes, formes, doctrines et autres constructions humaines. C'est alors que l'impression de vide se fait sentir au cherchant. Période trouble ou tout est remis en question et où l'humeur n'est pas celle des jours heureux. Mais il ne doit pas douter de sa route ni du père. Se défaire de croyances, religions et autres dogmes n'est pas se défaire de ce que l'on sait être, de Dieu et de la vérité. En nous veille chaque seconde l'éternité, le moi qui survivra à l'enveloppe et à l'esprit conscient qui veille en chacun. Le temps passe et progressivement les vérités de jadis se taisent, nous comprenons enfin ce qui nous construit mais n'est pas l'oeuvre. La foi revient, vierge de tout artifice, aidée par des allégories qui permettent l'élévation de l'âme et dont l'Alliance publiera bientôt quelques textes offerts par l'Esprit.
L'Esprit prend la place des esprits, la lumière celle de l'obscurité. Car tout ce qui vient à l'homme se forme progressivement en lui et s'il est une grande qualité pour une soeur ou un frère, c'est bien d'avoir la patience qui donne le temps à l'esprit éternel en chacun de communiquer avec l'autre partie de nous même qui est un outil à notre vie d'ici et non celui que nous sommes pour toujours. La vie ne s'explique que par le rêve, la mort que par le passage, la vérité par la communication avec d'autres plans de conscience. Ces moments de doute sont souffrances mais ils sont aussi des moments ou le cherchant va se poser des questions qu'il n'aurait pas envisagé auparavant. Sa curiosité à se comprendre, à comprendre l'homme et la vie lui permettront de toujours ouvrir de nouvelles portes en lui et d'ainsi progresser vers sa propre vérité. Car s'il est un devoir en nous tous, c'est celui de chercher où est le sacré dans le profane, où se trouve la vérité de chacun. La foi reviendra, car elle revient toujours vers le sincère. Et comme l'Esprit voit en chacun, l'intelligence du coeur sera bien celle qui nous fera toujours le plus progresser en notre chemin.

Commentaires autour du texte
commentaire La foi en question écrit par Honora le 29.12.2008
commentaire Dieu, diable,positif,négatif,bien,mal. écrit par Woolfgang le 29.12.2008
commentaire Gratitude écrit par Lecate le 30.12.2008
commentaire Dieu sourit écrit par Lapetiteamedevirginie le 31.05.2011
commentaire Non Dieu ne sourit pas du tout écrit par Woolfgang le 18.02.2009
commentaire Nul ne peut penser comme dieu écrit par Amijean le 26.02.2009
commentaire "L'homme est un apprenti ..." écrit par Lapetiteamedevirginie le 02.03.2009
commentaire Toujours le côté négatif ? écrit par Xianaelle le 05.03.2009
commentaire NON écrit par Xianaelle le 26.02.2009
commentaire Dieu humain ? écrit par Thazz1 le 22.02.2009
commentaire Quel côté négatif ? écrit par Lapetiteamedevirginie le 14.03.2009
commentaire Toujours le côté négatif ? écrit par Hannelore le 10.03.2009
commentaire Croyance avec discernement et distanciation écrit par Maxel87 le 15.03.2009
Plan du site · Recommander ce site
Tous droits de reproduction réservés (c) 2011
Tous les textes · Toutes les questions · Tous les avis · Toutes les lectures · 
spiritisme esprits spiritualite