-

 

Infos pratiques


tl4
icone

A nous tous

Texte publié le 11 avril 2002 proposé par Leia44fr
« La place que vous réservez tous en accueillant la vérité doit être à la mesure des choses que vous engagez, la foi et la ferveur étant les seuls remèdes pouvant vous délivrer. Mais avant de vous avancer sur toutes ces choses que vous ne pouvez démontrer, il vous faudra chercher en vous les mots pour convaincre et les paroles que vos frères pourront écouter. Je ne dis pas que vous en êtes les seuls à déterminer les éléments composants les messages à donner, mais vous êtes les seuls à pouvoir en déterminer de qu'elle façon vous pourrez les préparer.
Les choses étant assez compliquées nous seront toujours à vos côtés pour vous y aider, et de même que certains pourront employer les couloirs de la médiumnité, les autres pourront se préparer en recherchant en leur force les éléments susceptibles d'apporter l'éveil de la conscience qu'ils pourraient reporter à l'aide des plus jeunes arrivés.
Merci de vouloir nous écouter car c'est bien en cela que provient l'exercice : la difficulté à croire ou à postuler de ce qui aujourd'hui demeure encore caché.
Il serait sans doute bien plus évident de croire en voyant les choses se détacher clairement dans votre pensée et en pouvant montrer au monde, des miracles dont vous, vous seriez l'auteur, mais là n'est pas la destinée des hommes. Il leur faut donc croire sans que cela ne puisse prendre d'autres formes que dans leurs coeurs et dans leurs pensées.
Le jour viendra peut-être où nous serons si présents que seuls les êtres non-croyants en ce monde seront contraints à une résistance ne représentant plus rien. Car à vos yeux les évènements se porteront et vous en serez nombreux à en être convaincus, mais aussi vrai que va le monde, en attendant ce moment, il vous faudra conserver cette unité qui doit se perpétuer.
Les sages ont écrit voilà bien des années que votre terre pourrait devenir le repos pour les anges et tous ces êtres ayant mérité cette reconnaissance, il est vrai qu'en ces temps très anciens il restait encore à leur connaissance bien des signes de ce destin superbe dont aujourd'hui il ne reste plus rien. Mais il vous suffirait d'une seconde pour en imaginer quel en serait le bonheur que tous vous pourriez y trouver.
Je sais tu as raison, beaucoup encore parmi vous privilégient les bonheurs beaucoup plus terrestres et beaucoup moins spirituels, mais à tous ceux-ci je réponds :
"Mes frères, vous ne voyez donc pas que votre simple vue vous trompe, et que là où vous voyez un bonheur passager, les autres n'y auront pas accès, et que même s'il s'agissait d'un moment collectif rien ne vous amènerait à ce bonheur parfait que nous vous proposons d'adhérer.
Alors si vous préférez vivre encore quelques années à l'ombre de choses auxquelles vous tenez tant, il vous faudra aussi vous engager à bien vouloir tout partager, c'est plus difficile qu'il n'y paraisse, et bien plus utile aux autres qu'à vous, c'est en cela que vous vous perdez, car ce qui est utile pour la majorité l'est donc fatalement pour vous. La chaîne est sans faille, et ce n'est qu'en cela que vous pourrez réellement vous retrouver.
Si vous ne prenez par garde, un jour ou l'autre vous comprendrez qu'à vouloir décrocher la lune pour vous la conserver pour vous seul vous vous êtes grossièrement trompés. La lune ne se décroche pas. Elle brille pour tous les hommes. Elle restera aussi longtemps que durera le monde l'astre de vos nuits. De tous les points du monde, elle emplira vos coeurs de ce mystère que la nuit semble vous confier.
Retardataires dans l'âme ! Oui nous le sommes tous ! Car nous avons tous oublier de nous réveiller un jour ou l'autre où nous avons été appelés, mais ce retard nous pouvons y remédier pour peu qu'il nous soit à tous envoyé la même réponse, et que pour une fois nous nous prêtions à cette écoute.
Je ne peux que vous dire que moi-même j'ai répondu tardivement, mais voyez-vous rien de ce retard ne m'a empêché de venir à la source me réconforter.
Aussi loin que je me rappelle, c'est même le contraire qu'il m'est arrivé, car en ayant laissé passer le premier appel sans l'avoir même remarqué, j'ai rendu grâce à Dieu d'une manière peut-être plus sincère lorsque la seconde fois je fus appelé.
Je vous donne les résultats d'une vie sans lumière et vous me donnerez votre version des faits. Inutile de parler, il vous suffira d'y penser et en cela vous travaillerez à l'ouverture d'un esprit qui peut se retrouver : la lumière ne brille pas pour cet homme. Il est triste et vil, et se demande toute la journée qu'elle honteuse tâche il pourrait perpétuer. Car en son fond intérieur il en est persuadé, il ne pourra jamais pratiquer des oeuvres pouvant lui permettre de vivre, si ce n'est aux crochets de cette société.
Cet homme donc vil et sombre en se posant la question de différentes façons conclut un peu vite que son destin ne peut être que celui qui prend aux autres ce que lui ne possède pas, et que si un jour il se fait prendre ce sera toujours temps de se convertir à la force qui elle pourra le rectifier.
Mais au bout d'une vie aussi inutile que dangereuse pour tous ceux qui le côtoyaient, il se rendit compte que sa vie sans aucun doute ne pourrait se terminer comme elle avait commencé, car ses forces déclinantes il ne pouvait prétendre employer la menace pour détrousser celui qui encore jeune pourrait lui résister.
Donc il prit partie de se repentir afin d'obtenir tous les voeux qui lui restaient insatisfaits.
Il pria aussi longtemps que le jour qui s'éteignait, mais la réponse ne se fît pas attendre, c'est d'un compagnon d'infortune qu'elle lui est parvenue. Et de ces deux vies Dieu n'en fît qu'une, car c'est ensemble qu'ils partirent de cette vie, l'un l'âme sage qui toute sa vie avait suivi sa route sans jamais s'arrêter sur les choses qui ne pouvaient posséder, et l'autre de son côté l'âme sombre qui avait toujours abusé et qui comptait bien ainsi et toujours recommencer.
Ils arrivèrent donc ensemble au soir de leurs vies, tous deux dans la misère, mais tous deux unis. Dans leurs prières la distinction se fit, l'un priait pour une place au soleil et l'autre pour une vie qui s'enfuit sans avoir mérité que Dieu ne s'en soucie.
L'arrivée dans les cieux fit d'eux des frères, car là au moins ils ne possédaient rien de ce que l'autre pouvait convoiter, mais le premier bien sage ne put s'empêcher de se prosterner devant tant de beauté, tandis que le second arrivé en ce monde se crut enfin livrer tout ce qu'il avait pu un jour compter.
Les accords des anges ne passent pas par tant d'avidité, ils ne peuvent se corrompre des choses du passé, et l'un fût donc solitaire ayant tant de choses à retrouver et le sage fût accueilli et réconforté.
Ce que je veux vous dire c'est qu'il ne vous suffit pas de craindre et de vous dire : si je prie, Dieu sera là.
Non, loin de moi l'envie de vous donner cet espoir, car il vous faut vraiment l'espérer, le vivre et le donner cet amour avant de le demander. Car Dieu ne vous voit pas comme des hommes épris de liberté sans que rien de ce que vous faites ne vous soit un jour montré comme étant la limite à ne pas dépasser.
Le solitaire de cette histoire doit maintenant travailler et faire de son mieux pour pouvoir vérifier si la raison de son échec est effet de sa volonté de ne pas s'être assez découvert. Il doit en être enfin conscient avant que le mystère puisse lui être délivré, et il restera ainsi errant tant que son esprit ne se sera pas retrouvé.
Il n'y a pas de place au secret dans toutes les choses que vous voulez nous cacher et s'il vous restait l'espoir de pouvoir un jour vous en acquitté, c'est dans l'espoir qu'il vous faudra le chercher.
Même si un jour vous sombrez, sachez que rien ne vous sera reproché si c'est dans la droiture que vous avez succombé, si c'est en voulant nous tromper, sachez que là mes frères, rien ne vous sera accordé.
Je suis dans l'obligation de vous livrer ces lignes et de vous le rappeler, Dieu n'est pas un être qui punit, vous seul êtes l'auteur de toutes ces afflictions.
Rien de ce qui est divin ne peut être craint, rien de qui est de Dieu ne vous fermera les yeux au bonheur de la vie. Vous en êtes certains aujourd'hui, mais ce que je veux c'est pouvoir vous convaincre encore et encore demain, et les jours qui seront toute votre vie.
Le grand départ n'est pas le moment du choix, le choix se fait ici d'où vous êtes, et non d'où nous vous parlons.
Bien sûr, il existe ce que nous pourrions appeler des séances de rattrapage, mais pourquoi vouloir vous infliger tant de souffrances, alors que dès maintenant vous pouvez tous y oeuvrer. Demain peut-être ou si un jour vous y pensez, vous pourrez enfin mesurer la portée de ce qui vous vient tous les jours de notre côté.
C'est la parole des amis, des frères, qui ne veulent pas vous laisser vous enfermer dans ce que vous appelez le monde évolué, mais vous faire seulement partager un peu de notre vérité, afin que vous puissiez mesurer toute l'importance que vous devez attacher à ce qui fait votre existence de chaque jour.
Les médiums bien sûr ont leur part de responsabilité dans le choix ou non de vous faire passer cette part de vérité.
Mais est-ce bien un choix ou peut-être un exploit ? Non, encore là aussi vous vous trompez, ce n'est ni un choix, ni un exploit. L'un et l'autre ne pourraient être envisagé, mes frères.
Vous qui vous revendiquez médiums, sachez vraiment de quoi vous parlez.
Je le sais ce n'est pas aisé de se situer entre ces deux mondes. Alors écoutez et voyez. Vous êtes nos confidents premiers, car c'est en vous et par vous que nous devons passer, en ce fait vous avez le mérite de bien vous y consacrer, mais là ne s'arrête pas votre tâche. Si vous regardez bien en vous, vous y verrez une chose bien plus importante que ce canal qui vous a été confié, vous y verrez ce grand couloir dans lequel vous êtes entrez. Ce couloir c'est en fait le couloir de la mémoire qui vous a été ouvert, et qu'il vous faut entretenir pour pouvoir y rentrer. Comment ? Et bien voilà, par exemple ne pas vous y croire enfermé, pouvoir y replonger en toute liberté sans contrainte, sans arrière pensée, sans se dire : non je n'ai pas le droit de m'arrêter, et si, ce droit vous est aussi donné.
Personne ne vous dicte la façon de procéder, mais moi je vous le dis : le principal est de ne jamais y séjourner, mais d'y venir simplement et dignement chercher votre mémoire pour mieux vous retrouver.
Voilà ceci étant dit, le couloir est donc une chose que vous possédez tous, mais les médiums ont cette possibilité d'y replonger, peu le font mais tous le peuvent, et puis il y a donc ce canal qui lui est un simple moyen de communication. Il ne nous sert que si nous ne pouvons douter de la vérité de bien vouloir apporter au monde ce que nous leur confions.
Les mediums ne doivent se faire aucune confidence et tout retranscrire de leurs entretiens, seules les choses les concernant en sont épargnées. Je vois que la leçon peut vous paraître fastidieuse, mais je vous le dis encore : compter sur votre coeur pour vous guider, car il vous montre le bon chemin à emprunter.
Les mystères ne sont pas suspendus entre deux mondes, ils sont là à votre portée. Sachez les déchiffrer et voyez en eux ce qu'il vous reste encore à chercher.
Je remercie le médium qui veut bien se prêter à mon attention, mais je lui dis aussi qu'elle peut me retrouver aussi dans ses pensées, car je ne l'habite pas depuis une seule journée et c'est cela le mystère qu'elle n'a pas su trouver, je suis son ami, son gardien et jamais je ne la quitterais." »

Commentaires autour du texte
commentaire Lisez et mediter sur ce texe écrit par Fred282 le 08.12.2005
commentaire Bravo écrit par Lounna le 08.12.2005
commentaire Un texte qui offre beaucoup d'émotions écrit par Tricia le 08.12.2005

Thèmes associés


Nuage de mots clés


Derniers textes parus


Derniers commentaires


Dernières questions parues


Derniers avis parus


Plan du site · Recommander ce site
Tous droits de reproduction réservés (c) 2011
Tous les textes · Toutes les questions · Tous les avis · Toutes les lectures · 
spiritisme esprits spiritualite