-

 

Infos pratiques


tl4
icone

Communication

Texte publié le 12 mai 2002 proposé par Leia44fr
"La conscience de l'oubli n'est pas un sentiment que vous pouvez partager sans d'abord vous y être préparer, car les hommes ont ceci de commun : ils ne peuvent admettre que leur logique, leur esprit de déduction et d'analyse puisse être dépassé par des faits étranges auxquels ils ne sont pas préparés.
Le fait est qu'aussi longtemps que vous demeurez éloignés de votre père, aussi longtemps vous en douterez. Prenez pour exemple deux frères qu'une mère a porté, et voyez la différence à l'âge adulte, lorsqu'ils se sont éloignés.
Le retour à la vie de famille n'est pas plus éloignée du vôtre qu'en ceci : l'un sera sensible toute son existence à cette attention de mère qui lui a été confié, l'autre agile en tout sera plus enclin à s'imaginer émancipé de toutes ces choses, comme si elles appartenaient à un lointain passé, le besoin de le revivre serait autant désuet que dénué de toute autre sensibilité.
Pourtant lorsque l'on imaginait l'avenir de ces deux enfants, leurs vies se révélaient alors comme semblables et unies, mais lorsque le temps passe il est regrettable de voir la mémoire tout à coup s'envoler et s'échapper.
Je ne fais pas de distinction entre celui qui doute et celui qui refuse, car pour moi la hauteur des sentiments reste la même en cette révélation.
Vous ne pouvez être disponibles qu'avec la plus grande attention, celle qui vous conduira à en chercher et à en trouver les réponses cachées en vous, parmi toutes ces choses qui vous ont si longtemps portés hors d'atteinte de notre voix et de notre volonté. La volonté n'est pas celle de vous conduire liés à une quelconque absurdité, vous laissant paraître comme étant d'une certaine supériorité, mais bien plus de vous guider en ce chemin tortueux qui constitue le passage d'une vie.
Etre détaché de cette sensibilité n'est pas être libre, mais être encore bien plus lié que vous l'imaginez. Vous pensez par vous-mêmes cette liberté d'expression, de choix, de voir ou de ne pas voir les reflets que vous donne le miroir de votre personne et de votre imagination, mais seriez-vous aussi honnêtes en reconnaissant qu'il puisse aussi exister un après, un certain, un chemin, une voie qui peut vous appartenir et changer le cours de cette poursuite du temps.
Oui, l'honnêteté est une valeur sûre, mais encore faut-il savoir où la chercher, car bien plus qu'en sa recherche l'homme fait de sa vie un rempart pour le protéger cette agression venue de l'intérieur, celle qui vous dit « attention, tu es en train de te fourvoyer » ! Car vous ne comprenez pas que cette contrainte qu'aujourd'hui tous vous ressentez n'est en fait que le seul chemin possible pour vous détacher de cette vie inutile et si souvent cachée.
L'autre n'est pas vous ! Ça c'est vous qui le voyez, ce qui est bon pour vous l'est fatalement pour l'autre, et si vous vous trompiez ! Si, enfin, vous vouliez bien ouvrir les yeux et croire qu'en dehors de vous, il existe bien des liens tels que l'amitié, la confiance, l'entrain et l'amour, alors oui la voix de l'intérieur serait le vocabulaire d'une seule et même reconnaissance.
Vous êtes par cette pensée tous les jours en relation avec l'autre que pourtant vous fuyez, vous condamnez et que vous montrez du doigt comme étant le coupable de l'échec planétaire !
La responsabilité se déclinera en plusieurs aspects : du premier au dernier qui se sera reconnu coupable d'avoir vu et su sans jamais s'en être inquiété, fera tomber sur son âme une infinie tristesse dont il lui faudra longtemps avant d'en retrouver la réelle loyauté. Le premier qui se sera retrouvé comme coupable devant Dieu de s'être mis à l'ouvrage sans parvenir à en cerner ou a en découvrir ce peu d'humanité ne sera jamais condamné en son âme, il cherchera étudiera les mélanges de l'histoire afin de les assembler, plus tard il en envisagera tous les aspects et sera de retour afin de consacrer ce qu'il aura trouvé.
Oui, la chaîne à la lumière des interrogations paraît un peu moins secrète, mais il reste encore des points qui pour vous ne revêtent de l'importance que dans la sobriété d'un coeur, et dans sa raison. Ne cherchez pas plus loin que dans vos préoccupations et interrogations du moment, il n'est pas besoin d'être prophète pour en découvrir assez en ce monde pour resplendir le jour de ce retour à Dieu. Les intellectuels n'ont qu'à bien se garder de ne pas écraser celui qui ne sait pas décrire avec exactitude ce qu'il voit ou ressent, car Dieu ne dote pas les hommes d'une intelligence terrestre en fonction de ses aptitudes passées.
Il ne faut jamais regretter une âme plus sensible aux sentiments qu'à la fonctionnalité des choses car ce n'est pas en la science que l'homme sera révélé, mais en tout ce qui fait le pouvoir d'aimer.
Les sentiments seuls sauront vous guider et vous apporter la reconnaissance de ce passé oublié. Restez, mes frères, en ce paysage d'amour, seul recours en lequel vous puissiez vraiment aider et être aidé.
L'amour et le respect sont les éléments consacrés en un Dieu qui se penche sur votre avenir sans jamais vous imposer le retour en votre liberté. La définition n'est peut-être pas très claire, mais elle a le mérité de vous exposer ce que l'amour saura à tous vous apporter, le secret n'est pas fait pour être gardé, mais pour être sans cesse renouvelé et partagé ; car le coeur des hommes souffre de ce passé alors qu'en distinguer les formes saurait les réconforter.
Amour et liberté mes frères, audience à celui qui saura la trouver pour guider ses frères vers la continuité."

Commentaires autour du texte
commentaire Re: Communication écrit par Dax le 13.05.2002
Plan du site · Recommander ce site
Tous droits de reproduction réservés (c) 2011
Tous les textes · Toutes les questions · Tous les avis · Toutes les lectures · 
spiritisme esprits spiritualite