-

 

Infos pratiques


tl4
icone

L'enfant

Texte publié le 26 juin 2010 proposé par Xianaelle
C'est un pays tout gris
Sans présent, sans histoire,
Sans joie ni mélancolie,
Sans matin et sans soir.
Les gens qui y existent
Sont ici sans savoir
Qu'une force les habite
Elle qu'on appelle espoir.
Ici le temps s'arrête sur ces vies incolores,
Comment aurait-il su qu'alors ...

Elle ne regardait rien
Quand elle le devina,
Au carrefour d'un chemin
Vers elle il accourra.
Il était si petit
Qu'elle compris alors
Qu'il n'était pas d'ici,
Qu'il venait du dehors.
Ici le temps s'arrête sur ces vies incolores,
Comment aurait-elle su qu'alors...

Il lui tendit les mains
En lui criant maman,
Elle su qu'il était sien
Et ce dès cet instant,
Elle le prit dans ses bras
Une larme coula,
Elle ne sut pas pourquoi
Mais son coeur s'inonda.
Ici le temps s'arrête sur ces vies incolores,
Comment auraient-ils su qu'alors...

Elle ramena l'enfant
Au village, avec elle,
Et tous en le voyant
Eurent la même étincelle.
Partout où on le vit
On vit la joie paraître,
Ainsi naquit la vie
L'amour venait de naître.
Et le temps repartit sur ces vies incolores
Comment auraient-ils su qu'alors...

Le temps passa ainsi
Aux côtés de l'enfant,
Tout leur paru moins gris
Et moins terne qu'avant.
Mais bientôt dans son lit
Il ferma les yeux,
Il quitta cette vie
Sans même un seul adieu.
Et le temps s'écoulait sur ces vies incolores,
Comment auraient-ils su qu'alors...

Leurs larmes furent si dures
Qu'elles mouillèrent la terre,
Ainsi vint la nature
Et tout devint vert,
Les saisons apparurent
Et le jour et la nuit,
La lumière soudain pure
Vint éclairer leurs vies.
Et le temps défilait sur ces vies incolores,
Comment auraient-ils su qu'alors...

Tous reconnurent alors
Que l'âme de l'enfant
Avait quitté son corps
Pour devenir le vent.
C'est ainsi que chaque an
Ils fêtèrent son retour,
Ils appelèrent printemps
L'enfant de cet amour.
Et le temps défilait sur ces vies incolores,
Comment auraient-il su qu'alors...

D'autres enfants naquirent,
Des maisons s'élevèrent,
Et l'on fit des navires
Pour traverser les mers.
On écrivit des livres
Afin que tous surent
Qu'en s'arrêtant de vivre
L'enfant devint nature.
Et le temps défilait sur ces vies incolores
Comment auraient-ils su qu'alors...

Mais bientôt les enfants
Devinrent eux mêmes parents
Et défilait le temps
Bien plus vite qu'avant
Les années se suivaient
Les chagrins, les espoirs
Peu à peu s'éteignaient ...

Chanson sans âge

Source : Texte reçu par un ami à propos du changement en rêve.
En fait, il s'agit des paroles d'une chanson, entendues durant un rêve.
L'action se déroule sur le bord d'une route où je marche avec d'autres personnes. A un croisement se trouve une petit troupe de musiciens et au milieu d'eux une petite fille aveugle habillée avec une sorte de tenue traditionnelle d'Amérique du sud (Pérou?) chante d'une petite voix.
Plan du site · Recommander ce site
Tous droits de reproduction réservés (c) 2011
Tous les textes · Toutes les questions · Tous les avis · Toutes les lectures · 
spiritisme esprits spiritualite