-

 
tl4
icone

Le noûs

Texte publié le 23 novembre 2007 proposé par Patricia
"Les autres choses ont une part du tout ; mais le noûs, lui, est infini, autonome, et ne se mélange à rien ; il est seul lui-même et par lui-même, car, s'il n'était pas par lui-même et s'il était mêlé à quelque chose, il participerait à toutes chose dans la mesure où il serait mêlé à l'une d'elle. Car, en tout, il y a une part du tout, ainsi que nous l'avons dit précédemment. et ce qui serait mêlé au noûs l'empêcherait d'avoir pouvoir sur chaque chose, comme il l'a maintenant étant seul par lui-même. C'est de toutes les choses la plus légère et la plus pure ; il possède de tout et la force la plus grande. Tout ce qui a une âme, le plus grand comme le plus petit, est sous le pouvoir du noûs. Son pouvoir s'est exercé sur la révolution tout entière et c'est lui qui a donné l'impulsion à cette révolution. Celle-ci, tout d'abord, n'a porté que sur une faible partie, puis elle s'est étendue davantage et s'entendra encore plus. Tout ce qui est mélangé, séparé et distinct, tout a été connu du noûs. De quelle façon tout doit être et de quelle façon tout a été et n'est pas maintenant, de quelle façon tout est, c'est le noûs qui l'a mis en ordre (panta diekosménsé noûs). Il en va de même de cette révolution qui entraîne les astres et le soleil, la lune et l'éther, actuellement séparés... le noûs tout entier est identique, à la fois le plus grand et le plus petit...
Le noûs, qui existe toujours, se trouve certainement maintenant encore là où est tout le reste, dans la masse environnante, dans ce qui a été uni à elle et dans ce qui est séparé"

Source : ANAXAGORE de Clazomènes (500-428), "Les penseurs grecs avant Socrate", Flammarion, 1993, p. 148-149.
Plan du site · Recommander ce site
Tous droits de reproduction réservés (c) 2011
Tous les textes · Toutes les questions · Tous les avis · Toutes les lectures · 
spiritisme esprits spiritualite