-

 

Infos pratiques


tl4
icone

Les chamans

Texte publié le 02 mars 2008 proposé par Jean
Comme le sont aujourd'hui les médiums de l'Alliance, malgré des outils et des rites différents, les chamans sont des passeurs entre le monde des esprits et celui des hommes.
Les chamans existent depuis l'aube de l'humanité. Ils sont le témoignage vivant que depuis toujours, notre race contacte l'invisible, en quête de spiritualité.
Bien entendu, nous ne nous inscrivons pas exactement dans la même démarche, et si la relation à l'esprit n'est pas identique, c'est par une communication en l'Esprit que nous nous retrouvons à travers le temps.
Certains historiens, et non des moindres, pensent que la créature mi-homme mi-animal peinte sur les parois de la grotte des Trois-frères en Ariège, serait la plus ancienne représentation connue d'un chaman. Cela nous ramènerait donc à une période préhistorique, indiquant combien l'idée religieuse, sous quelque forme qu'elle prenne, est ancrée en l'homme.
Le mot chaman est lui, assez récent. Il vient d'une racine mongole signifiant « celui qui sait ». Selon les régions du monde, car le chamanisme est présent depuis toujours partout, on peut parler de « medecine-man », de « curandero » (guérisseur), de « brujo » (sorcier).
Il est toujours question de trouver un intermédiaire entre les deux mondes, car ce qui se voit et ce qui ne se voit pas communiquent afin de s'entendre, à la recherche de l'équilibre, et dans un tout lié et un. Pour les chamans, comme pour nous, l'oeuvre de Dieu, du créateur, est multiple, mais toute la beauté de la créature ne peut exister que par une recherche de paix et d'harmonie.
Le monde des chamans est un monde dualiste, et il l'est bien plus encore que le nôtre qui est plus soucieux de nuances. Si le leur est vaste et empli d'une variété incroyable d'esprits divers, il nous paraît malgré tout un peu loin de nous maintenant.
Nous pourrions voir leur monde comme celui de certains de nos ancêtres ayant des coutumes éloignées des nôtres. Mais le fond reste le même. Je dirai pourtant du dualisme chamanique qu'il l'est bien d'avantage encore que celui des membres de l'Alliance ou des sociétés initiatiques que nous ressentons proches de notre message.
Pour les chamans, tout ce qui existe, homme et minéraux, est composé de matière, et de non-matière (d'esprit). Par ailleurs, il existe un autre monde, peuplé d'esprits, auquel les hommes peuvent avoir accès sous certaines conditions. Pour ce faire, l'homme va, pour un moment, quitter son corps. On parle aussi bien de rêve que de voyage.
Les chamans pensent que le monde des esprits peut agir sur le monde des vivants. Pour eux, une épidémie, un dérèglement climatique, tout est lisible comme acte liant le visible et l'invisible. Leur croyance va jusqu'à penser que, parfois, le monde des esprits fait payer aux hommes un tribut en nature lorsque les choses ne se passent pas comme les esprits le souhaitent. Dans cet univers ou tout est lié, le chaman est un intermédiaire qui oeuvre à l'équilibre entre le visible et l'invisible.
Si nous ne pouvons rejoindre la tradition dans ses croyances, mais surtout dans certaines pratiques qui peuvent nous sembler archaïques, nous pouvons rejoindre les chamans sur cette notion d'équilibre à laquelle tout médium de l'Alliance est sensible, et doit oeuvrer dans le profane comme dans le spirituel.
On ne devient pas chamans par le seul désir de l'être. C'est parfois une épreuve difficile qu'attend le profane, et comme dans toute société initiatique, il y a un avant et un après.
Dans l'avant, on peut voir souvent que le profane doit s'astreindre à de longues périodes de jeunes, à des périodes de retraite et d'isolement, à des rites variés qui, bien entendu, ne sont pas les nôtres. Si nous trouvons des chamans issus de lignées de chamans, la plupart du temps, c'est un événement personnel qui va révéler au prétendant qu'il est proche du monde des esprits. Un rêve précis, une action de l'invisible bénéfique envers lui-même ou tout autre manifestation qui puisse donner un signe et offrir à l'homme sincère le désir de se diriger vers un chaman plus ancien afin de lui demander son aide et son conseil.
Dans certaines sociétés chamaniques, le prétendant peut alors se voir proposer comme gage de sa bonne volonté, une épreuve faite de l'ingestion d'une substance hallucinogène très dangereuse. Si le novice accepte l'épreuve, il sera alors accepté dans la famille des chamans. Les chamans nous montrent ainsi que rien ne peut s'obtenir sans une volonté farouche, un vrai désir et surtout une foi en la main de l'invisible, capable de nous grandir comme de nous détruire.
Une fois le novice accepté, c'est un long et patient apprentissage qui va commencer. Cet apprentissage peut durer plusieurs années. Dans le monde complexe des esprits des chamans, qui ne ressemble en rien à celui que certains spirites d'aujourd'hui voudraient nous donner sous une définition bien différente, le disciple va mourir symboliquement un jour pour renaître. On lui offrira alors sa sacoche en peau de loutre ou autre symbole de sa nouvelle fonction.
Le chaman est avant tout un médecin qui obtiendrait la guérison par une négociation avec l'invisible, par un voyage permettant aussi d'en savoir plus sur la situation du consultant.
Bien entendu, les sujets de discussion avec l'invisible étant nombreux, le chaman pourra intervenir aussi pour des problèmes autres... Mais c'est essentiellement la santé qui représente son chantier le plus important.
Si l'Alliance est toute entière axée vers l'Esprit immortel en l'homme, le chamanisme, bien qu'y prêtant une attention certaine, est intéressé par un plan légèrement différent.
Lors de séances, le chaman entonne un chant accompagné d'un tambour et tente ainsi de libérer l'esprit du malade de son corps afin d'en obtenir la guérison. Le chaman pense alors que la maladie est un voile qui pèse sur le corps du malade. Le travail sera alors de déchirer ce voile à l'aide d'amis invisible (représentés par certains animaux sacrés et autres intervenants).
Il est évident que dans les sociétés anciennes, seul le résultat comptait, et nous pouvons supposer que si aucun résultat n'avait été obtenu, le chamanisme n'aurait pas vécu des millions d'années.
Il y a forcément, pour ceux qui étudieront la chose avec sérieux, des leçons intéressantes à retenir. Si les « miracles », l'aspect « foi du coupable », « le rachat du pêché de l'homme » de la religion catholique ne peuvent résister plus de 2000 ans de notre histoire sans s'écrouler, c'est que le chamanisme repose lui sur de solides bases pour avoir survécu un peu partout et sous différentes formes. Elles seront, ces formes, toujours et encore à redécouvrir. Elles prendront des routes différentes, mais elles sont, et ce qu'elles sont est bien un dialogue avec l'invisible. Un monde et un autre, de la vie et de la vie, et non de la mort et de la vie.
Mais revenons au chaman pour dire qu'il est aussi devin. Il communique avec les esprits pour savoir l'avenir d'un consultant et cherche à recevoir les meilleurs conseils.
On fait aussi appel à lui pour guider l'esprit des morts vers le lieu de leur destination dans l'au-delà.
Dans certaines sociétés croyant en la réincarnation, le chaman est chargé de ramener l'âme d'un défunt dans un nouveau corps terrestre. C'est ainsi que l'esprit de l'homme peut réintégrer le corps d'un oiseau ou d'un insecte.
Les chamanes ont un grand respect du vivant sous toutes ses formes et c'est par eux, par leurs primitives sensations, que nous pouvons penser que l'homme a depuis toujours en lui la perception de l'invisible.
En effet, aussi loin que nous puissions remonter dans le temps, quels que soient les rites et la complexité des croyances, nous trouvons toujours que l'homme n'existe qu'avec l'invisible à ses côtés. Aucune société, aucun peuple ne s'est créé sans cette foi.
Aujourd'hui, et demain aussi, une société construit des rites et des hiérarchies en fonction des modes, des mentalités d'une époque, d'une sensibilité particulière, mais si nous devons retenir une seule chose de ce passé qui nous parle, c'est bien le message qui consiste à ne point trop se figer sur un dogme mais plutôt sur une idée : depuis toujours le visible et l'invisible vivent ensemble et sont liés. L'homme le sait, le sent et construit autour de cela.
Pour que l'équilibre se maintienne, il est donc important que le Tout soit uni de manière équilibrée et harmonieuse.
Les pratiques d'une société chamanique ne peuvent correspondre aux esprits incarnés d'aujourd'hui. Une autre forme d'initiation est alors en construction ; car si tout est symbole, tout est également initiation en ce monde. Toute société est initiatique, toute avancée l'est aussi. Mais ceci n'est pas le sujet de ce billet. Nous en reparlerons.
Plan du site · Recommander ce site
Tous droits de reproduction réservés (c) 2011
Tous les textes · Toutes les questions · Tous les avis · Toutes les lectures · 
spiritisme esprits spiritualite