-

 

Infos pratiques


tl4
icone

Les entretiens de Confucius

Texte publié le 02 novembre 2005 proposé par Patricia
CHAPITRE IV
IV.1. Le Maître dit : « Il est bon d'habiter là où règne le sens de l'humanité. Pourrait-on appeler sage un homme qui choisirait de n'y point habiter ? »
IV.2. Le Maître dit : « Un homme dépourvu d'humanité ne peut demeurer longtemps dans le malheur ou dans le bonheur. L'homme honorable trouve la paix dans la vertu d'humanité ; l'homme sage en connaît tout le profit. »
IV.3. Le Maître dit : « Seul l'homme honorable sait aimer et haïr les hommes comme il convient. »
IV.4. Le Maître dit : « Celui qui s'applique sérieusement à cultiver la vertu d'humanité s'abstient de mal faire. »
IV.5. Le Maître dit : « Les richesses et les honneurs sont très ambitionnés des hommes ; si vous ne pouvez les obtenir qu'en sacrifiant vos principes, ne les acceptez pas. La pauvreté et l'abjection sont en horreur aux hommes ; si elles vous viennent, même sans aucune faute de votre part, ne les fuyez pas. Si l'homme honorable abandonne la voie de la vertu, comment soutiendra-t-il son titre d'"honorable" ? L'homme honorable ne l'abandonne jamais, pas même le temps d'un repas. Il y demeure toujours, même au milieu des affaires les plus pressantes, même au milieu des plus grands troubles. »
IV.6. Le Maître dit : « je n'ai pas encore vu un homme qui aimât la vertu et haït sincèrement l'inhumanité. Celui qui aime la vertu la préfère à toute autre chose ; celui qui hait sincèrement l'inhumanité cultive la vertu, et fuit toute atteinte du mal. Est-il un homme qui travaille de toutes ses forces à pratiquer la vertu un jour entier ? Je n'ai jamais vu aucun homme qui n'eût pas assez de forces pour le faire. Peut-être en existe-t-il ; mais je n'en ai jamais vu. »
Tout homme, s'il fait des efforts sérieux, peut atteindre la perfection.
IV.7. Le Maître dit : « Chaque classe d'hommes tombe dans un excès qui lui est particulier. On peut connaître le sens humain d'un homme en observant ses défauts. »
L'homme honorable excède toujours en libéralité, et l'homme de peu, en parcimonie ; l'homme honorable, en bienfaisance, et l'homme de peu, en dureté de coeur. En voyant les défauts d'un homme, on peut connaître s'il a le sens de l'humanité ou non.
IV.8. Le Maître dit : « Celui qui le matin a compris la Voie, le soir peut mourir content. »
IV.9. Le Maître dit : « Un gentilhomme qui tend vers la Voie, s'il rougit d'un vêtement grossier et d'une nourriture ordinaire, ne mérite pas de recevoir mes enseignements. »
IV.10. Le Maître dit : « Dans le gouvernement d'ici-bas, l'homme honorable ne veut ni ne rejette rien avec opiniâtreté. La justice est sa règle. »
IV.11. Le Maître dit : « L'homme honorable aspire à la perfection, et l'homme de peu, à la terre ; l'homme honorable s'attache à observer les lois, et l'homme de peu, à s'attirer des faveurs. »
IV.12. Le Maître dit : « Celui qui dans ses entreprises cherche uniquement son intérêt propre excite beaucoup de mécontentements. »
IV.13. Le Maître dit : « Celui qui, dans le gouvernement de l'État, montre cette déférence qui fait le fondement de l'urbanité, quelle difficulté rencontrera-t-il ? Celui qui dans le gouvernement n'a pas la déférence requise par l'urbanité, quelle urbanité peut-il avoir¹ ? ».
1. Il peut encore moins gouverner l'État.
IV.14. Le Maître dit : « Ne soyez pas en peine de ce que vous n'ayez pas de charge ; mettez-vous en peine de vous rendre digne d'être élevé à une charge. Ne soyez pas en peine de ce que personne ne vous connaît ; travaillez à vous rendre digne d'être connu. »
IV.15. Le Maître dit : « Ma Voie est cousue d'un seul fil. » Tseng tzeu répondit : « Certainement. » Lorsque le Maître se fut retiré, ses disciples demandèrent ce qu'il avait voulu dire. Tseng tzeu répondit : « La Voie de notre maître consiste en la loyauté et en l'amour d'autrui comme de soi-même. »
IV.16. Le Maître dit : « L'homme honorable considère les choses à travers la justice, et 1'homme de peu à travers son intérêt. »
IV.17. Le Maître dit : « Quand vous voyez un homme sage, pensez à l'égaler en vertu. Quand vous voyez un homme dépourvu de sagesse, examinez-vous vous-même. »
IV.18. Le Maître dit : « Si vos parents tombent dans une faute, avertissez-les avec grande douceur. Si vous les voyez déterminés à ne pas suivre vos avis, redoublez vos témoignages de respect, sans vous opposer. Quand même ils vous maltraiteraient, n'en ayez aucun ressentiment. »
IV.19. Le Maître dit : « Durant la vie de vos parents, n'allez pas voyager au loin. Si vous voyagez, que ce soit dans une direction déterminée¹. »
1. Afin qu'ils sachent où vous êtes.
IV.20. Le Maître dit : « Vous devez vous rappeler souvent l'âge de vos parents, vous réjouir de leur longévité, et craindre qu'ils ne viennent à mourir. »
IV.21. Le Maître dit : « Les Anciens n'osaient pas émettre de maximes ; ils craignaient que leurs actions ne répondissent pas à leurs paroles. »
IV.22. Le Maître dit : « On s'égare rarement en s'imposant à soi-même des règles sévères. »
IV.23. Le Maître dit : « L'homme honorable s'applique à être lent dans ses discours et diligent dans ses actions. »
IV.24. Le Maître dit : « La Vertu ne va jamais seule ; elle attire toujours des imitateurs. »
IV.25. Tzeu lou dit : « Celui qui par des avis réitérés se rend importun à son prince tombe dans la disgrâce ; celui qui par des remontrances réitérées se rend importun à son ami perd son amitié. »
Chapitre IV extrait de "Les entretiens de Confucius", Lun yu

Source : Chapitre IV extrait de "Les entretiens de Confucius", Lun yu

Commentaires autour du texte
commentaire Reactions écrit par Gilles le 05.11.2005
commentaire Inspiration écrit par Capella le 06.11.2005
Plan du site · Recommander ce site
Tous droits de reproduction réservés (c) 2011
Tous les textes · Toutes les questions · Tous les avis · Toutes les lectures · 
spiritisme esprits spiritualite