-

 

Infos pratiques


tl4
icone

Message de foi et d'espérance

Texte publié le 25 janvier 2012 proposé par Ptitecoeurette
Bonjour à tous qui êtes en quête ou en partage, je vous écris pour vous faire part d'une expérience récente (il y a tout juste cinq semaines). En voici le contenu.

Ma chère et tendre soeur est morte le 24 mars 2010 à 12h15, après une agonie épouvantable suite à un cancer contre lequel elle a lutté avec courage, force, vaillance et coeur. Elle a laissé ses enfants dans la sidération, mes parents dans un immense chagrin et culpabilité, ainsi que mes autres soeurs dans un mélange d'émotions et de sentiments inconnus jusqu'à maintenant, inhérents à la séparation et au deuil que chacune vit à sa façon.
Pour ma part, et au-delà de ce qui emplit mon coeur depuis ce jour, je suis à la fois dans le chagrin et la joie, spectatrice du chemin que je parcours. Prenant chaque jour la mesure de la perte, des choix que j'aurais pu ou du prendre de son vivant. Chaque jour une leçon d'humilité, chaque jour la mesure des choix que je dois prendre envers mes proches et moins proches. J'ai appris que je suis ici sur cette terre pour accomplir mon destin (je le savais depuis déjà bien longtemps, mais cette conscience est devenue plus aigüe comme une piqûre de rappel) mais qu'est-ce qu'accomplir son propre destin si je ne suis et ne reste pas en relation permanente avec l'autre et le divin en l'autre ?
En relation d'amour, témoin et agissante en amour ? Témoin et respectueuse de ce qui est agissant en l'autre ? Tel est ce qui m'habite en ce moment et je sens que ce qui m'habite dépasse ma propre volonté, mon propre égo... propulsée dans de multiples prises de conscience qui me ramènent à l'essentiel. Et que je comprends ainsi : la vie est une chance qui nous est donnée afin d'en faire une oeuvre de beauté et de perfection à la mesure humaine. C'est une responsabilité dont nous devons tous prendre conscience car quoique l'on pense de la réincarnation, (certains pourraient se dire "bah j'aurai une autre chance dans une autre vie !"). Il n'en reste pas moins que j'ai et nous avons à vivre le présent comme la seule chose à vivre afin d'être toujours en joie et en paix avec nous-même et l'idée d'un au-delà quelle que soit la manière dont je et nous l'imaginons.

Ma soeur a vécu une vie extrêmement difficile, tant sur le plan physique, que moral et affectif. Rien des vicissitudes de la vie ne lui ont été épargnées (divorce, conflits familiaux avec ses enfants ou avec sa propre famille, conflits de travail, conflits avec elle-même, maladies et désert affectif). Bref une vie que personne n'envierait... et pourtant, elle avait la foi ! Une foi en Dieu inébranlable, lumineuse. Et même si sa vie n'a pas été celle que nous aurions voulue pour elle, j'ai compris qu'elle l'a reçue et acceptée telle qu'elle était. Même si parfois elle se révoltait, non pour elle, mais pour toutes les imperfections de ce monde qu'elle voulait en Dieu, elle était dans l'acceptation totale de ce qui lui arrivait. Elle acceptait son humanité, humblement, savait revenir à l'essentiel lorsqu'elle constatait qu'elle s'en éloignait. L'essentiel étant pour elle d'accepter que nous ne sommes qu'humains et, qu'en tant que tels, nous devons accepter l'autre comme étant un autre nous-même, et ne jamais baisser les bras devant le refus. Telle était la compréhension qu'elle avait de la vie. Et bien d'autre choses encore...

Le jour de son grand saut, le seul que nous accomplissons dans la solitude totale avec soi, elle était seule dans son lit de réanimation. Nous l'avions veillée jusqu'à 6h30 du matin, puis nous étions allés nous coucher un peu, épuisés, comme dans un rêve, dédoublés en quelque sorte... espérant la retrouver encore vivante à notre réveil, juste pour être là au moment où...
Elle nous a quittés seule, du moins en apparence. Car ce que j'ai vu, durant la nuit de son agonie et ce que j'ai vu durant les heures qui ont suivi son dernier souffle, dépasse l'entendement humain, c'est de l'ordre de la vision du coeur.

Pour que vous puissiez comprendre la portée de ce que je vous allez lire, je vous précise que j'ai adopté une autre religion que celle dans laquelle nous avons été élevées. Au grand dam de mes parents !
Cela ne nous a absolument pas séparées ma soeur et moi, convaincues que nous étions unies par le même amour de Dieu et le même et unique Dieu.
Cela dit, voici les circonstances dans lesquelles une vision m'a été donnée lors de sa nuit d'agonie :
Nous étions, ma famille, mes neveux et nièces ainsi que moi-même, autour de ma chère soeur, unis dans la prière et les larmes, durant toute la nuit. Nous étions unis du même amour, traversés de souvenirs, de paroles, de pensées, d'émotions et de sentiments que nous partagions autour d'elle, lui parlant comme si elle entendait nos paroles (alors qu'elle était dans une sorte de sommeil provoqué, anesthésiée au maximum du possible contre la souffrance), mais qui peut dire si elle n'entendait pas ?
J'ai vu, durant l'espace d'un instant qui m'a paru une éternité, des êtres de lumière autour de nous, le corps de ma soeur reposant sur son lit, mais elle, son corps astral ou son âme, flottait au-dessus d'elle. Les êtres de lumière formaient un dôme autour et au-dessus de nous tous. Ils nous écoutaient attentivement avec tendresse, respect, compassion, et amour. J'ai senti une immense paix, de la reconnaissance envers eux, parce qu'ils venaient nous soutenir et nous apporter leur témoignage.
Je savais que ma soeur entendait tout, qu'elle attendait que tout s'accomplisse, qu'elle était déjà aux portes de ce monde inconnu, presque partie, mais pas encore partie.
(Je n'ai rien dit de ce que j'ai vu, parce que pour moi tout était une évidence, ne voulant pas heurter ma famille, et plus tard dans les jours qui suivirent doutant un peu, tentant aussi de rationaliser ces ressentis et visions comme étant le résultat d'un effet-choc par rapport aux circonstances.)
Lorsque le service de réanimation nous a appelés pour annoncer son décès, je suis allée tout de suite la voir, je voulais la laver, lui donner ce dernier soin corporel avec toute la tendresse que je pouvais lui donner. Lorsque je suis arrivée, les soignants avaient déjà fait les choses. (Voulant ainsi m'épargner, j'imagine.)
25 minutes après qu'elle ait rendu son dernier souffle, j'étais près d'elle.
J'ai prié, prié, prié de tout mon coeur, certaine que ma soeur avait enfin trouvé la paix, son visage était reposé, beau. Une autre vision m'est apparue : je voyais ma soeur flotter légèrement au-dessus de son corps, et les êtres de lumière étaient là encore, cette fois-ci uniquement pour elle. Deux d'entre eux, (les autres - une armée d'êtres de lumière - sont restés plus haut) sont descendus jusqu'à elle et l'ont lavée, purifiée, accomplissant leur soin avec un respect, une tendresse et une délicatesse infinie. Nettoyée de toute la négativité qu'elle avait accumulée au cours de sa vie, de sa maladie et de son agonie (par elle-même ou par nous). Puis lorsqu'ils eurent terminé, ces êtres de lumière l'ont soulevée et emportée vers les autres qui se sont tout de suite rassemblés autour d'elle d'une manière compacte, lui transmettant amour, consolation (eh oui!) tendresse, réconfort, apaisement jusqu'à ce qu'ils sentent qu'elle était bien. Puis je l'ai vue souriante, heureuse et le groupe d'êtres de lumière s'est doucement écarté d'elle. Je l'ai vue avancer en compagnie de six d'entre eux, deux étaient derrière elle une main sur chacune de ses épaules, deux autres de chaque côté d'elle, chacun lui tenant une main, les deux autres se placèrent devant elle et lui présentèrent un grand livre ouvert, ils lui faisaient voir sa vie, discutaient avec elle et l'aidaient à comprendre ses erreurs avec beaucoup de gentillesse sans culpabilisation, mais sans rien laisser de côté. Je voyais qu'elle comprenait et acquiesçait. Bien sûr, je n'ai pas eu accès au contenu de cet entretien qui doit rester, je l'ai compris, une affaire privée entre ma soeur et les êtres de lumière. Mais ce qui m'a été accordé de voir et de comprendre est stupéfiant de beauté, de simplicité, de grandeur. J'insiste sur l'extrême respect, la douceur, la tendresse, la compassion et l'amour qui se dégage de ces êtres de lumière.

Toute cette vision m'est apparue comme une évidence si tangible que lorsque je suis sortie de la chambre, j'avais comme un sourire en moi. Ce n'est que dans les heures qui ont suivi cet évènement, que je me suis demandée si je n'avais pas été victime d'hallucinations ou de projections de sentiments ou d'émotions dues aux circonstances. J'ai douté un moment, puis j'ai re-analysé les choses et mes réactions. En repensant à l'évidence présente en moi, au moment des faits, j'ai, finalement, accepté qu'effectivement il s'était bien passé quelque chose de particulier durant ces heures si difficiles.

Je ne cherche à convaincre personne de le réalité de cette expérience. Je veux juste partager avec vous un moment de vécu personnel qui dans la douleur extrême fut très lumineux et m'a apporté un regard encore bien différend de la mort. Je l'avais en connaissance ce regard et par d'autres expériences du ,mais jamais avec autant de luminosité qu'aujourd'hui. Ce que je veux encore dire, c'est que depuis, j'ai un sentiment encore plus fort de la responsabilité de ma vie et de la mission que chacun de nous avons ici dans ce monde nous semblant parfois le seul réel. Maintenant, je sais que d'autres réalités ont encore plus d'importance. Je termine en retranscrivant une phrase d'un britannique, je crois, "seule l'expérience a le pouvoir de transformer la connaissance en sagesse".

Merci de m'avoir lue. Je vous aime et vous respecte.

Commentaires autour du texte
commentaire Un peu plus haut, un peu plus loin ? écrit par Xianaelle le 10.02.2012
commentaire OUI ce n'est pas évident ! écrit par Alx le 28.02.2012
commentaire Au boulot ? écrit par Xianaelle le 28.03.2012
commentaire OUI ! il faut relever les manches ! écrit par Alx le 03.06.2012
Plan du site · Recommander ce site
Tous droits de reproduction réservés (c) 2011
Tous les textes · Toutes les questions · Tous les avis · Toutes les lectures · 
spiritisme esprits spiritualite