-

 

Infos pratiques


tl4
icone

Mythes de la destruction

Texte publié le 30 janvier 2006 proposé par Regis
« Mais, dans le temps qui suivit, il y eut des tremblements de terre effroyables et des cataclysmes. Dans l'espace d'un seul jour et d'une nuit terrible, toute votre armée fut engloutie d'un seul coup sous la terre, et, de même, l'île Atlantide s'abîma dans la mer et disparut », c'est ainsi que Platon décrivit l'engloutissement de cette mystérieuse île qui fera tant parler d'elle. Cette fin tragique, que d'aucuns n'hésiterons pas à assimiler à un mythe, voit ainsi la séculaire civilisation atlante s'évanouir de la surface terrestre, pour la grande joie des conteurs de légendes... Ce synopsis, digne d'un scénario hollywoodien, n'est pourtant pas un fait unique dans les annales de l'humanité. D'autres traditions et textes anciens nous rappellent à ces durs moment, à ces « fins du monde » des plus tragiques. Que doit-on comprendre à travers ces textes ?
Les quatre soleils Aztèques
Dans l'ancien manuscrit précolombien des « Anales de Cuauhtilan », où est exposé une partie de la cosmogonie aztèque, le Soleil est assimilé à une période de plusieurs siècles. Ainsi, selon ces écrits, quatre Soleils auraient précédé notre ère, théâtre d'un incessant combat entre les dieux Tezcatlipoca (Le Mirroir qui fume) et Quetzalcoàtl (Le Serpent à plume). Le point commun entre toutes ces périodes est sans doute la façon apocalyptique dont elles se terminent toutes. Le premier Soleil, placé sous le signe de Quatre-Jaguar, symbole des forces de la nuit et du règne animal, régit par Tezcatlipoca, a vu sa population dévorée par des jaguars. Le second Soleil, placé sous les auspices de Quatre-Vent et dominé par Quetzalcoàtl, a vu l'humanité quand à elle, détruite par une terrible tempête. Le troisième Soleil, placé sous le signe de Quatre-Pluie et régenté par Tlaloc, s'est vu détruit par une pluie de feu. Enfin le quatrième Soleil, placé sous le signe de Quatre-Eau, a vu sa destruction provoquée par un déluge. La légende place notre monde actuel, le cinquième Soleil, sous le signe de Quatre-Mouvement. Il devrait connaître un sort similaire aux précédents, mais cette fois-ci « au cours du cinquième Soleil, la Terre se mettra en mouvement et nous périrons tous ». Loin de l'imaginaire apocalyptique du texte, il est bien entendu fait allusion aux quatre éléments composant la Terre : terre, air, feu, eau. Au travers de cette légende imagée, la conjonction/mort de ces quatre Soleil a donné naissance au cinquième monde. Il est intéressant de noter que cette vision aztèque de la création du monde s'accorde en tout point avec l'ensemble des autres traditions de l'époque.
Sumer et l'épopée de Gilgamesh
C'est sans doute à Sumer que l'histoire commence, comme le clame S.N Kramer. Malgré les milliers d'années qui nous séparent de l'époque des sumériens, la mémoire de cette civilisation a survécu par l'entremise de milliers de tablettes d'argiles découvertes au gré des recherches menées au Moyen Orient.
La traduction d'une tablette trouvée à Nippur fait référence à une destruction de l'humanité par les eaux, seul le roi Ziusudra en réchappera : « Toutes les tempêtes, d'une violence inouïe, firent rage en même temps. Au même instant, le Déluge envahit les centres du culte. Lorsque, durant sept jours et sept nuits, le déluge eut balayé la terre et que l'énorme bateau eut été ballotté par les tempêtes sur les eaux, Utu (le dieu du soleil) sortit, lui qui dispense la lumière au ciel et sur la terre. Ziusudra ouvrit une fenêtre de son bateau, et Utu fit pénétrer ses rayons dans le gigantesque bateau. Ziusudra le roi se prosterna devant Utu. » (S.N Kramer)
Les tablettes d'argiles ont permis aussi de redécouvrir ce qui fut sans doute l'un des premiers livres des hommes, l'épopée du légendaire roi Sumer en quête d'immortalité : Gilgamesh. Là aussi on retrouve cette symbolique du déluge, synonyme de fin du monde : « Durant six jours et sept nuits. Le vent souffla, tempête et inondation submergèrent le pays ; Quand vint le septième jour, la tempête, l'inondation et la tuerie, qui avaient lutté comme une femme en travail, s'évanouirent. La mer se calma, le vent s'apaisa, l'inondation s'arrêta. Je regardais le temps dehors ; le silence régnait car toute l'humanité était redevenue argile. La plaine d'inondation était plate comme un toit. J'ouvris un hublot et la lumière tomba sur mes joues. Je me courbai, puis m'assis. Je pleurai... » (Outanapishtim)
Mythes Judéo-chrétien
Ces épisodes sumériens relatifs à un déluge ont sans doute remémoré en vous l'histoire du célèbre Noe décrit dans la Génèse (Bible) : « Dieu dit à Noé : " La fin de toute chair est arrivée, je l'ai décidé, car la terre est pleine de violence à cause des hommes et je vais les faire disparaître de la terre. Fais-toi une arche en bois résineux (Genèse 6,13-14)... Car encore sept jours et je ferai pleuvoir sur la terre pendant quarante jours et quarante nuits et j'effacerai de la surface du sol tous les êtres que j'ai faits. » (Genèse 7,4)... Au bout de sept jours, les eaux du déluge vinrent sur la terre. » (Genèse 7,10) ». Là encore des hommes survivent à l'anéantissement totale, hébergés dans une arche qui leur vaudra le salut. Mais la bible n'en reste pas là, elle fait également allusion à la terrible destruction des anciennes villes cananéennes de Sodome et Gohmorre. Abraham, spectateur de la scène, nous dit : « Au moment où le soleil se levait sur la terre et où Lot entrait à Çoar, Yahvé fit pleuvoir sur Sodome et sur Gomorrhe du soufre et du feu venant de Yahvé, et il renversa ces villes et toute la Plaine, avec tous les habitants des villes et la végétation du sol. Or la femme de Lot regarda en arrière, et elle devint une colonne de sel. Levé de bon matin, Abraham vint à l'endroit où il s'était tenu devant Yahvé et il jeta son regard sur Sodome, sur Gomorrhe et sur toute la plaine, et voici qu'il vit la fumée monter du pays comme la fumée d'une fournaise (Genèse 19:28) ». Une fois de plus les hommes devaient subir le châtiment divin : « Voici quel a été le crime de Sodome, ta soeur. Elle avait de l'orgueil, elle vivait dans l'abondance et dans une insouciante sécurité, elle et ses filles, et elle ne soutenait pas la main du malheureux et de l'indigent. Elles sont devenues hautaines, et elles ont commis des abominations devant moi. Je les ai fait disparaître, quand j'ai vu cela. » (Ezéchiel 16 :49-50).
Conclusion
La liste est longue et on pourrait faire allusions à la destruction du non moins mythique continent de Mu, à la mythologie germanique et hindouiste qui recèlent d'exemple du même type, aux mythes indiens et d'Océanie, etc. Y a t'il un message à comprendre de ces fins du monde chroniques ? Faut-il prendre au pied de la lettre ces textes et les voir comme des avertissements aux générations qui les lisent, ou au contraire ces textes nécessitent-ils tous une interprétation mystique et ésotérique ? Certains n'hésiteront pas à souligner les points communs entre les différents écrits venant de chaque partie du monde, voyant là une preuve de l'évidence de ces destructions extraordinaires. D'autres au contraire ne préféreront retenir que le fond du message plutôt que de s'attacher à la sémantique catastrophique créé sans doute pour effrayer ou captiver l'attention les foules. A ce jour nul ne connaît vraiment la réalité de ces cataclysmes, même si les historiens ne nient pas l'existence de déluges. Peut être est-il temps pour l'homme de prendre conscience que chaque civilisation peut mourir ? Peut-être que ces mythes témoignent un certain constat d'échec des précédents hommes et sont là pour nous rappeler que le chemin à parcourir est encore bien long.

Commentaires autour du texte
commentaire La destruction ... écrit par Bateaux le 07.02.2006
commentaire Mytes de la destruction écrit par Jc25032005 le 10.02.2006
commentaire Bienvenue sur ce site... écrit par Chorusfr le 10.02.2006

Thèmes associés


Nuage de mots clés


Derniers textes parus


Derniers commentaires


Dernières questions parues


Derniers avis parus


Plan du site · Recommander ce site
Tous droits de reproduction réservés (c) 2011
Tous les textes · Toutes les questions · Tous les avis · Toutes les lectures · 
spiritisme esprits spiritualite