-

 

Infos pratiques


tl4
icone

Notre mère la terre

Texte publié le 11 août 2002 proposé par Leia44fr
" ... Alors viendra le temps des grands changements et des créations devant l'éternel.
Je ne suis rien d'autre qu'une âme parmi tant d'autres et pourtant je t'ai vécu comme on traverse une rivière, je t'ai aperçu en toi cherchant la manière de nous comprendre enfin, et tu en as reçu la lumière de l'éternel. Reviens en ce chemin, il n'est pas celui de ton Père il est le mien, le tien, et il nous appartient qu'il le devienne demain. Ce que Dieu a construit il nous faut le conserver intact de toutes ces passions débonnaires qu'ont les hommes d'aujourd'hui, il nous faut le faire avant que la passion ne casse ce qu'il y a de plus beau ici. La terre et ses environs ne sont plus que matière dans l'immensité de vos vies de tristesse et d'ennuis, pourtant avant même qu'il existe une race qui puisse y évoluer il existait un passage secret, un passage qui rendait la lumière à tous les objets qui vous sembleraient inanimés et qui pourtant autrefois respiraient. Il n'y avait alors ni guerre, ni rejet de la terre, tout y vivait avec des éternels projets de constructions. De démolition de la terre il n'en avait pas encore, et c'est par cela que nous vivions en ce respect. Mais qu'avez-vous fait mes frères ?!
Qu'avez-vous fait de cette terre et pourquoi ne vous en soucier que lorsque sa chute vous ferait succomber ? ! Pourquoi ne pas protéger plutôt qu'espérer sauver ?!
S'il me faut mesurer aujourd'hui le chemin que j'ai traversé, je vous dirais que lorsque j'étais sur la terre j'ai souvent fait et agi contre ma mère et pourtant je la regretterais agile et pure comme ce qu'elle a toujours été. Mais il m'arrivait aussi de la préférer docile plutôt que vivante et c'est pourquoi je ne l'ai pas toujours respectée. Aujourd'hui je m'en soucie à votre place et c'est par tout cela que je viens vers la terre pour vous en dire davantage que toutes les opinions des hommes savants que vous rencontrez.
Bien avant vous les hommes, il fut créé une osmose, une durée, une éternité, quelque chose d'incroyable pour l'homme que vous représentez et pourtant croyez-moi ce que je vois aujourd'hui de là où je vous suis est de pure merveille et de pure intensité. Il y avait sur terre la même prière d'amour et de liberté pour les hommes alors qu'ils n'étaient pas encore nés ! Il restait encore bien du chemin avant de vous y retrouver et le jour de votre arrivée rien n'a changé au cours des premiers siècles, la nature y dominait sereine et encore bien secrète. Et puis vous avez voulu la convaincre de votre supériorité, vous avez voulu la faire taire et cela ne vous a plus jamais quitté. Il suffisait de vous faire la morale que chaque chose pouvait ainsi exister sans que l'homme ait ce besoin de dominer, de forcer les choses. Il suffisait de vous y adapter ! Combien de vos pères, de vos mères n'ont jamais pu voir que ce qu'ils faisaient était une condamnation de vos frères, ce que vous vous continuez de ne pas voir exister. Oui, il existe bien plus de conséquences que ce que vous vous y voyez, parce que la terre qui vous a toujours consacré sa lumière ne peut plus toujours se régénérer, il lui faut de l'air de la lumière et de tout ce respect que vous manquez de lui concéder.
Pourquoi faut-il toujours attendre de l'homme qu'il puisse enfin se relever, qu'il puisse enfin regarder vers la lumière afin de pouvoir se consacrer à autre chose qu'à ce que lui-même représente sur cette même planète, qu'il n'arrête pas de vouloir posséder ! Combien de temps vous restera-t-il à y vivre lorsque vous aurez tout massacré ? Combien de vies vous faudra t il pour enfin le réaliser ?
Je sais que ma lettre n'est pas dans le goût que vous imaginiez, parce que vous ne ressentez que des choses dont vous-mêmes vous souffrez, vous ne croyez plus en l'homme mais en votre individualité votre moi, votre vous, et vous vous y complaisez. Vous ne cherchez plus à regarder en arrière les serments qui alors existaient, qui faisaient que la terre entière se satisfaisait de votre affection et que le jour de l'échange vous n'avez pas su voir et conserver.
Tu veux que je te parle de ce qui va arriver ce soir le jour même où tous ces hommes vont entrer en cette plénitude ! Et bien il sera venu le moment de prendre son envol pour certains d'entre vous et vous ne verrez plus les choses comme vous pouvez le voir aujourd'hui. Vous serez là en attente mais sûr d'une chose : que l'amour vous avait été partagé entre tous sans aucune forme d'iniquité. Vous mes frères de la lumière et de la vie vous serez mes alliés le soir de notre arrivée, car lorsque l'aube brillera enfin nous seront là main dans la main à entendre s'ouvrir ce chemin. Des étoiles et du ciel descendront des pluies de lumières, le soleil ne sera plus l'unique dans l'astre que vous verrez, il y en aura par milliers ! Vous serez heureux et espèrerez que l'avènement de la force que vous aviez préparé transcendera l'homme en cette fraternité. Mais vous ne pourrez pas faire que chaque homme, chaque destin fut en ce jour préparé, aussi il y aura des humains qui en leurs âmes, en leurs coeurs souffriront de notre arrivée. Mais les émotions passées, il sera toujours possible de nous rencontrer de vous préparer à la venue de votre âme dans cette universalité, parce que le chemin ne se sera pas ainsi refermé, parce que certains pourront toujours entrer. Mais ce ne sera pas hélas la majorité ! Il existera ainsi un ciel, un matin, une éternité, fraternité entre toutes celles qui ont pu à ce jour exister, mais il y aura surtout un chemin qui ne vous sera plus jamais étranger et ce chemin s'appellera liberté.
La liberté s'offre mais ne s'accompagnera jamais d'argent ou de présents, il vous faudra la vouloir, la conserver et la redonner à tous pour enfin la voir exister. Et s'il existe des hommes capables de le comprendre, il existe aussi des hommes qui ne pourront jamais se faire à cette idée. Des hommes pour qui exister c'est d'abord posséder, et vouloir exister parce que la matière peut vous en donner, mais jamais ils ne regardent en eux, jamais ils pensent les choses possibles sans que le mot posséder ne soit prononcé. Alors comme tu le vois rien n'est inutile dans le travail que vous avez commencé, parce qu'en vous il y aura un chemin, un ciel et que l'humanité pourra ainsi s'y préparer. Cependant il vous faudra toujours conserver ceci en votre amitié, car le jour n'est pas encore annoncé que déjà des bras contre vous vont se lever. Ils vous diront fous et faux prophètes, ils vous diront en marge de toute normalité, ils seront vos frères et pourtant dans toutes leurs paroles vous les reconnaîtrez comme ennemis de toutes vos idées
Mes frères sachez que je vous aime et que je vous guiderais mais sachez aussi que rien de ce qui va arriver ne vous sera ainsi caché, vous aurez toujours cette possibilité de nous voir à vos cotés, rien sur votre terre ne saurait vous séparer de ce qui pour vous représente le chemin de la réalité. De votre amitié, de votre amour nous vous avons écouté, reçu et vous y serez éternellement invité."
Plan du site · Recommander ce site
Tous droits de reproduction réservés (c) 2011
Tous les textes · Toutes les questions · Tous les avis · Toutes les lectures · 
spiritisme esprits spiritualite